Tristan Corbière


Femme


 
                                        La Bête féroce
 
Lui — cet être faussé, mal aimé, mal souffert,
Mal haï — mauvais livre... et pire : il m’intéresse. —
S’il est vide après tout... Oh mon dieu, je le laisse,
        Comme un roman pauvre — entr’ouvert.
 
Cet homme est laid... — Et moi, ne suis-je donc pas belle,
        Et belle encore pour nous deux ! —
En suis-je donc enfin aux rêves de pucelle ?...
        — Je suis reine : Qu’il soit lépreux !
 
Où vais-je — femme ! — Après... suis-je donc pas légère
        Pour me relever d’un faux pas !
Est-ce donc Lui que j’aime ! — Eh non ! c’est son mystère...
        Celui que peut-être Il n’a pas.
 
Plus Il m’évite, et plus et plus Il me poursuit...
        Nous verrons ce dédain suprême.
Il est rare à croquer, celui-là qui me fuit !...
        Il me fuit — Eh bien non !... Pas même.
 
... Aurais-je ri pourtant ! si, comme un galant homme,
        Il avait allumé ses feux...
Comme Ève — femme aussi — qui n’aimait pas la Pomme,
        Je ne l’aime pas — et j’en veux ! —
 
C’est innocent. — Et lui ?... Si l’arme était chargée...
        — Et moi, j’aime les vilains jeux !
Et... l’on sait amuser, avec une dragée
        Haute, un animal ombrageux.
 
De quel droit ce regard, ce mauvais œil qui touche :
        Monsieur poserait le fatal ?
Je suis myope, il est vrai... Peut-être qu’il est louche ;
        Je l’ai vu si peu — mais si mal. —
 
... Et si je le laissais se draper en quenouille,
        Seul dans sa honteuse fierté !...
— Non. Je sens me ronger, comme ronge la rouille,
        Mon orgueil malade, irrité.
 
Allons donc ! c’est écrit — n’est-ce pas — dans ma tête,
        En pattes-de-mouche d’enfer ;
Écrit, sur cette page où — là — ma main s’arrête.
        — Main de femme et plume de fer. —
 
Oui ! — Baiser de Judas — Lui cracher à la bouche
        Cet amour ! — Il l’a mérité —
Lui dont la triste image est debout sur ma couche,
        Implacable de volupté.
 
Oh oui : coller ma langue à l’inerte sourire
        Qu’il porte là comme un faux pli !
Songe creux et malsain, repoussant... qui m’attire !
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
        — Une nuit blanche.... un jour sali...
 

                                                       
* * *

Les Amours jaunes, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе