Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Le Mousse


 
Mousse : il est donc marin, ton père ?...
— Pêcheur. Perdu depuis longtemps.
En découchant d’avec ma mère,
Il a couché dans les brisants...
 
Maman lui garde au cimetière
Une tombe — et rien dedans. —
C’est moi son mari sur la terre,
Pour gagner du pain aux enfants.
 
Deux petits. — Alors, sur la plage,
Rien n’est revenu du naufrage ?...
— Son garde-pipe et son sabot...
 
La mère pleure, le dimanche,
Pour repos... Moi : j’ai ma revanche
Quand je serai grand — matelot ! —
 

             
Baie des Trépassés.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er février 2021 à 13h53

Maîtres Étalons
-----

Un fier cheval était mon père,
Sur ses quatre fers gambadant ;
Je vaux autant que lui, j’espère,
Car mon coeur est des plus ardents.

Notre existence est sans mystère,
Nous ne sommes point des forbans ;
Le soleil brille sur nos terres,
On n’y voit rien de perturbant.

De ce que fut notre lignage,
L’histoire garde un témoignage ;
Nous sommes droits sur nos sabots.

Les juments à la robe blanche
S’en vont danser tous les dimanches ;
Venez, vous trouverez ça beau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 octobre 2021 à 11h52

Hippocéros introuvable
------------

Moi qui n’existe pas, je n’ai donc pas de père,
Je ne sais si je fus dans un rêve d’Adam ;
Mais on va me créer, tout au moins, je l’espère,
Avec une âme forte et des désirs ardents.

Je suis l’hippocéros, entouré de mystère,
J’ai plus ou moins l’aspect d’un étalon fringant ;
Je n’ai pas le projet d’être célibataire,
Je veux tirer parti de mon corps élégant.

Je peux d’une licorne enrichir le lignage,
Et que ma descendance en soit le témoignage,
Eux qui de ma valeur reprendront le flambeau.

Veux-tu prier pour moi, grande licorne blanche ?
Tourneras-tu vers moi tes yeux couleur pervenche ?
Je suis sur le point d’être, il n’est rien de plus beau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 décembre 2022 à 11h22

Messire Fringant
----------

Ce papillon n’a de son père
Nul souvenir, c’est évident ;
Il n’en souffre point, je l’espère,
Pas plus que n’en souffrit Adam.

Son existence est sans mystère,
Il ne fait rien de fatigant ;
Il agit en célibataire,
Il veut qu’on le trouve élégant.

Carl von Linné sait son lignage,
Il en donne un clair témoignage ;
Qu’il dorme en paix dans son tombeau...

Un rayon de lumière blanche
Baigne les dernières pervenches  ;
Du Fringant s’éteint le flambeau.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе