Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Le Novice en partance

et
sentimental


   
              À la déçente des marins ches
              Marijane serre à boire & à manger
              couche à pieds et à cheval.
                            debit.


 
Le temps était si beau, la mer était si belle...
        Qu’on dirait qu’y en avait pas.
Je promenais, un coup encore, ma Donzelle,
        À terre, tous deux, sous mon bras.
 
C’était donc, pour du coup, la dernière journée.
        Comme-ça : ça m’était égal...
Ça n’en était pas moins la suprême tournée
        Et j’étais sensitif pas mal.
 
... Tous les ans, plus ou moins, je relâchais près d’elle
        — Un mois de mouillage à passer —
Et je la relâchais tout fraîchement fidèle...
        Et toujours à recommencer.
 
Donc, quand la barque était à l’ancre, sans malice
        J’accostais, novice vainqueur,
Pour mouiller un pied d’ancre, Espérance propice !...
        Un pied d’ancre dans son cœur !
 
Elle donnait la main à manger mon décompte
        Et mes avances à manger.
Car, pour un mathurin[1] faraud, c’est une honte :
        De ne pas rembarquer léger.
 
J’emportais ses cheveux, pour en cas de naufrage,
        Et ses adieux au long-cours.
Et je lui rapportais des objets de sauvage,
        Que le douanier saisit toujours.
 
Je me l’imaginais pendant les traversées,
        Moi-même et naturellement.
Je m’en imaginais d’autres aussi — censées
        Elle — dans mon tempérament.
 
Mon nom mâle à son nom femelle se jumelle,
        Bout-à-bout et par à peu-près :
Moi je suis Jean-Marie et c’est Mary-Jane elle...
        Elle ni moi n’ons fait exprès.
 
... Notre chien de métier est chose assez jolie
        Pour un leste et gueusard amant ;
Toujours pour démarrer on trouve l’embellie :
        — Un pleur... Et saille de l’avant !
 
Et hisse le grand foc ! — la loi me le commande. —
        Largue les garcettes[2], sans gant !
Étarque à bloc ! — L’homme est libre et la mer est grande —
        La femme : un sillage !... Et bon vent ! —
 
On a toujours, puisque c’est dans notre nature,
        — Coulant en douceur, comme tout —
Filé son câble par le bout, sans fignolure...
        Filé son câble par le bout !
 
— File !... La passion n’est jamais défrisée.
        — Évente tout et pique au nord !
Borde la brigantine et porte à la risée !...
        — On prend sa capote et s’endort...
 
— Et file le parfait amour ! à ma manière,
        — Ce n’est pas la bonne : tant mieux !
C’est encor la meilleure et dernière et première...
        As pas peur d’échouer, mon vieux !
 
Ah ! la mer et l’amour ! — On sait — c’est variable...
        Aujourd’hui : zéphyrs et houris !
Et demain... c’est un grain : Vente la peau du diable !
        Debout au quart ! croche des ris !...
 
— Nous fesons le bonheur d’un tas de malheureuses,
        Gabiers volants de Cupidon !...
Et la lame de l’ouest nous rince les pleureuses...
        — Encore une ! et lave le pont !
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 
Comme ça moi je suis. Elle, c’était la rose
        D’amour, et du débit d’ici...
Nous cherchions tous deux à nous dire quelque chose
        De triste. — C’est plus propre aussi. —
 
... Elle ne disait rien — Moi : pas plus. — Et sans doute,
        La chose aurait duré longtemps...
Quand elle dit, d’un coup, au milieu de la route :
        — Ah Jésus ! comme il fait beau temps. —
 
J’y pensais justement, et peut-être avant elle...
        Comme avec un même cœur, quoi !
Donc, je dis à mon tour : — Oh ! oui, mademoiselle,
        Oui... Les vents hâlent le noroî...
 
— Ah ! pour où partez-vous ? — Ah ! pour notre voyage...
        — Des pays mauvais ? — Pas meilleurs...
— Pourquoi ? — Pour faire un tour, démoisir l’équipage...
        Pour quelque part, et pas ailleurs :
 
New-York... Saint-Malo... — Que partout Dieu vous garde !
        — Oh !... Le saint homme y peut s’asseoir ;
Ça n’est notre métier à nous, ça nous regarde :
        Éveillatifs, l’œil au bossoir !
 
— Oh ! ne blasphémez pas ! Que la Vierge vous veille !
        — Oui : que je vous rapporte encor
Une bonne Vierge à la façon de Marseille :
        Pieds, mains, et tête et tout, en or ?...
 
— Votre navire est-il bon pour la mer lointaine ?
        — Ah ! pour ça, je ne sais pas trop,
Mademoiselle ; c’est l’affaire au capitaine,
        Pas à vous, ni moi matelot.
 
— Mais le navire a-t-il un beau nom de baptême ?
        — C’est un brick... pour son petit nom ;
Un espèce de nom de dieu... toujours le même,
        Ou de sa moitié : Junon...
 
— Je tremblerai pour vous, quand la mer se tourmente...
        — Tiens bon, va ! la coque a deux bords...
On sait patiner ça ! comme on fait d’une amante...
        — Mais les mauvais maux ?... — Oh ! des sorts !
 
— Je tremble aussi que vous n’oubliiez mes tendresses
        Parmi vos reines de là-bas...
— Beaux cadavres de femme : oui ! mais noirs et singesses...
        Et puis : voyez, là, sur mon bras :
 
C’est l’Hôtel de l’Hymen, dont deux cœurs en gargousse
        Tatoués à perpétuité !
Et la petite bonne-femme en froc de mousse :
        C’est vous, en portrait... pas flatté.
 
— Pour lors, c’est donc demain que vous quittez ?... — Peut-être.
        — Déjà !... — Peut-être après-demain.
— Regardez en appareillant, vers ma fenêtre :
        On fera bonjour de la main.
 
— C’est bon. Jusqu’au retour de n’importe où, m’amie...
        Du Tropique ou Noukahiva.
Tâchez d’être fidèle, et moi : sans avarie...
        Une autre fois mieux ! — Adieu-vat !
 

                                 
Brest-Recouvrance.

______
[1] Mathurin : Dumanet maritime.
[2] Garcettes : Bouts de cordes qui servent à serrer les voiles.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μоntrеuil : «J’аi pris vоtrе évеntаil...»

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Μussеt : Αprès unе lесturе

Gоmbаud : Démаngеаisоn d’éсrirе

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Éсrit еn 1827

Rоdеnbасh : Rеndеz-vоus tristеs

Βаudеlаirе : Lе Viеuх Sаltimbаnquе

Luсiе Dеlаruе-Μаrdrus

Νоаillеs : «S’il tе plаît dе sаvоir јusqu’оù...»

Сrоs : Сuеillеttе

Βruаnt : À Μоntmеrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Flеur dеs fièvrеs (Hаnnоn)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μuséе dе mаrinе (Соppéе)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе