Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Libertà


 

À la cellule IV BIS
(prison royale de Gênes)


                — Lasciate ogni... —
Dante


 
    Ô belle hospitalière
    Qui ne me connais pas,
    Vierge publique et fière
    Qui m’as ouvert les bras !...
    Rompant ma longue chaîne,
    L’eunuque m’a jeté
    Sur ton sein royal, Reine !...
    — Vanité, vanité ! —
 
    Comme la Vénus nue,
    D’un bain de lait de chaux
    Tu sors, blanche Inconnue,
    Fille des noirs cachots
    Où l’on pleure, d’usage...
    — Moi : jamais n’ai chanté
    Que pour toi, dans ta cage,
    Cage de la gaîté !
 
    La misère parée
    Est dans le grand égout ;
    Dépouillons la livrée
    Et la chemise et tout !
    Que tout mon baiser couvre
    Ta franche nudité...
    Vraie ou fausse, se rouvre
    Une virginité !
 
    — Plus ce ciel louche et rose
    Ni ce soleil d’enfer !...
    — Ta paupière mi-close
    Tes cils, barreaux de fer !
    Ta ceinture-dorée,
    De fer ! — Fidélité —
    Et ta couche encastrée
    Tombeau de volupté !
 
    À nos cœurs plus d’alarmes :
    Libres et bien à nous !...
    Sens planer les gendarmes,
    Pigeons du rendez-vous ;
    Et Cupidon-Cerbère
    À qui la sûreté
    De nos amours est chère...
    Quatre murs ! — Liberté !
 
    Ho ! l’Espérance folle
    — Ce crampon — est au clou.
    L’existence qui colle
    Est collée à l’écrou.
    Le souvenir qui hante
    À l’huys est resté ;
    L’huys n’a pas de fente...
    — Oh le carcan ôté ! —
 
    Laissons venir la Muse,
    Elle osera chanter ;
    Et, si le jeu t’amuse,
    Je veux te la prêter...
    Ton petit lit de sangle,
    Pour nous a rajouté
    Les trois bouts du triangle :
    Triple amour ! — Trinité !
 
    Plus d’huissiers aux mains sales !
    Ni mains de chers amis !
    Ni menottes banales !...
    — Mon nom est Quatre-Bis. —
    Hors la terrestre croûte,
    Désert mal habité,
    Loin des mortels je goûte
    Un peu d’éternité.
 
    — Prison, sûre conquête
    Où le poète est roi !
    Et boudoir plus qu’honnête
    Où le sage est chez soi,
    Cruche, au moins ingénue,
    Puits de la vérité !
    Vide, quand on l’a bue...
    — Vase de pureté ! —
 
    — Seule est ta solitude,
    Et béats tes ennuis
    Sans pose et sans étude...
    Plus de jours, plus de nuits !
    C’est tout le temps dimanche,
    Et le far-niente
    Dort pour moi sur la planche
    De l’idéalité...
 
    ... Jusqu’au jour de misère
    Où, condamné, je sors
    Seul, ramer ma galère...
    Là, n’importe où,... dehors,
    Laissant emprisonnée
    À perpétuité
    Cette fleur cloisonnée,
    Qui fut ma liberté...
 
    — Va : reprends, froide et dure,
    Pour le captif oison,
    Ton masque, ta figure
    De porte de prison...
    Que d’autres, basse race
    Dont le dos est voûté,
    Pour eux te trouvent basse,
    Altière déité !
 

Cellule 4 bis. — Genova-la-Superba.


______
Libertà. Ce mot se lit au fronton de la prison à Gênes.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе