Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Paris


 
Bâtard de Créole et Breton,
Il vint aussi là — fourmilière,
Bazar où rien n’est en pierre,
Où le soleil manque de ton.
 
— Courage ! On fait queue.... Un planton
Vous pousse à la chaîne — derrière ! —
... Incendie éteint, sans lumière ;
Des seaux passent, vides ou non. —
 
Là, sa pauvre Muse pucelle
Fit le trottoir en demoiselle,
Ils disaient : Qu’est-ce qu’elle vend ?
 
— Rien. — Elle restait là, stupide,
N’entendant pas sonner le vide
Et regardant passer le vent...
 
 
                    *
 
Là : vivre à coups de fouet ! — passer
En fiacre, en correctionnelle ;
Repasser à la ritournelle,
Se dépasser, et trépasser !...
 
— Non, petit, il faut commencer
Par être grand — simple ficelle —
Pauvre : remuer l’or à la pelle ;
Obscur : un nom à tout casser !...
 
Le coller chez les mastroquets,
Et l’apprendre à des perroquets
Qui le chantent ou qui le sifflent...
 
— Musique ! — C’est le paradis
Des mahomets et des houris,
Des dieux souteneurs qui se giflent !
 
 
                    *
 
    « Je voudrais que la rose, — Dondaine !
    Fût encore au rosier, — Dondé ! »
 
Poète. — Après ?... Il faut la chose :
Le Parnasse en escalier,
Les Dégoûteux, et la Chlorose,
Les Bedeaux, les Fous à lier....
 
L’Incompris couche avec sa pose,
Sous le zinc d’un mancenillier ;
Le Naïf « voudrait que la rose,
Dondé ! fût encore au rosier ! »
 
« La rose au rosier, Dondaine ! »
— On a le pied fait à sa chaîne.
« La rose au rosier »... — Trop tard ! —
 
... « La rose au rosier »... — Nature !
— On est essayeur, pédicure,
Ou quelqu’autre chose dans l’art !
 
 
                    *
 
J’aimais... — Oh, ça n’est plus de vente !
Même il faut payer : dans le tas,
Pioche la femme ! — Mon amante
M’avait dit : « Je n’oublierai pas... »
 
... J’avais une amante là-bas
Et son ombre pâle me hante
Parmi des senteurs de lilas...
Peut-être Elle pleure... — Eh bien : chante,
 
Pour toi tout seul, ta nostalgie,
Tes nuits blanches sans bougie...
Tristes vers, tristes au matin !...
 
Mais ici : fouette-toi d’orgie !
Charge ta paupière rougie,
Et sors ton grand air de catin !
 
 
                    *
 
C’est la bohème, enfant : Renie
Ta lande et ton clocher à jour,
Les mornes de ta colonie
Et les bamboulas au tambour.
 
Chanson usée et bien finie,
Ta jeunesse... Eh, c’est bon un jour !...
Tiens : — C’est toujours neuf — calomnie
Tes pauvres amours... et l’amour.
 
Évohé ! ta coupe est remplie !
Jette le vin, garde la lie...
Comme ça. — Nul n’a vu le tour.
 
Et qu’un jour le monsieur candide
De toi dise — Infect ! Ah splendide ! —
... Ou ne dise rien. — C’est plus court.
 
 
                    *
 
Évohé ! fouaille la veine ;
Évohé ! misère : Éblouir !
En fille de joie, à la peine
Tombe, avec ce mot-là. — Jouir !
 
Rôde en la coulisse malsaine
Où vont les fruits mal secs moisir,
Moisir pour un quart-d’heure en scène...
— Voir les planches, et puis mourir !
 
Va : tréteaux, lupanars, églises,
Cour des miracles, cour d’assises :
— Quarts-d’heure d’immortalité !
 
Tu parais ! c’est l’apothéose !!!...
Et l’on te jette quelque chose :
— Fleur en papier, ou saleté. —
 
 
                    *
 
Donc, la tramontane est montée :
Tu croiras que c’est arrivé !
Cinq-cent-millième Prométhée,
Au roc de carton peint rivé.
 
Hélas : quel bon oiseau de proie,
Quel vautour, quel Monsieur Vautour
Viendra mordre à ton petit foie
Gras, truffé ?... pour quoi — Pour le four !...
 
Four banal !... — Adieu la curée ! —
Ravalant ta rate rentrée,
Va, comme le pélican blanc,
 
En écorchant le chant du cygne,
Bec-jaune, te percer le flanc !...
Devant un pêcheur à la ligne.
 
 
                    *
 
Tu ris. — Bien ! — Fais de l’amertume.
Prends le pli, Méphisto blagueur.
De l’absinthe ! et ta lèvre écume...
Dis que cela vient de ton cœur.
 
Fais de toi ton œuvre posthume.
Châtre l’amour... l’amour — longueur !
Ton poumon cicatrisé hume
Des miasmes de gloire, ô vainqueur !
 
Assez, n’est-ce pas ? va-t’en !
                                          Laisse
Ta bourse — dernière maîtresse —
Ton revolver — dernier ami...
 
Drôle de pistolet fini !
... Ou reste, et bois ton fond de vie,
Sur une nappe desservie...
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Lаhоr : Lе Μуstèrе

Lаhоr : Réminisсеnсеs

Vаlérу : L’Εnсhеmiséе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhimèrе (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе