Georges Courteline

(1859-1929)

Un autrе pоèmе :

Lе Ρеtit Jоuеur

 

Georges Courteline


Le Coup de marteau


 
Au temps lointain où le dénommé Marc Lefort
Était mécanicien sur la ligne du Nord,
Où le nommé Prosper-Nicolas Lacouture
Était mécanicien sur la grande ceinture,
Où les nommés-Lafesse et Gustave Pruneaux
Étaient chauffeurs sur la ligne des Moulineaux
(Champ-de-Mars-Saint-Lazare) en ce même temps, dis-je,
— Et cette vérité tient presque du prodige —
 
Le nommé Jean-Paul-Pierre-Antoine-Oscar Panais
Menait l’express sur la ligne du Bourbonnais.
C’était un grand garçon à l’humeur assagie
De bonne heure, vivant d’un verre d’eau rougie
Et d’un croûton de pain rassis barbouillé d’ail ;
Qui jamais n’eût emménagé sans faire un bail,
Et dont les gens disaient : « C’est une demoiselle ».
Contents de lui, ses chefs l’estimaient pour son zèle,
Prisaient fort son intelligence et trouvaient bon
Qu’il économisât sur ses frais de charbon.
 
Lesseps, un an, l’avait employé, pour son isthme.
 
Par malheur, il était atteint de daltonisme,
En sorte que l’erreur de ses sens abusés
Lui montrait à rebours les tons interposés :
Il voyait le vert rouge et le rouge émeraude.
Fatalité ! Souvent, à l’heure où le soir rôde,
Vieux voleur, sur les toits embrumés des maisons,
Met un voile de rêve aux lointains horizons,
Où la nuit lentement jette ses tentacules,
Où sur la profondeur des fins du crépuscule
Les signaux allumés en feux rouges, verts, blancs,
Épouvantablement ouvrent leurs yeux troublants ;
Oscar Panais sentait sa poitrine oppressée ;
Le front bas sous le poids trop lourd de sa pensée,
Il blêmissait, songeant qu’il tenait en ses mains
Les clés de tant de sorts et tant de fils humains !
Cela devait finir de façon effroyable.
 
Un jour qu’il conduisait son train, le pauvre diable
(La neige à gros flocons tombant d’un ciel couvert)
Vit le disque fermé malgré qu’il fut tout vert.
Au lieu de ralentir, Panais, tendant l’échine,
Renversa la vapeur, fit stopper la machine,
Au même instant, le train de ballast trente-six
Arrivait et prenait le rapide en coccis.
Choc !!!  Vainement Panais, la prunelle agrandie,
Sur le régulateur tient sa dextre roidie,
Fait hurler le sifflet aigu, gémir le frein,
Les wagons de ballast sont déjà sur son train !...
Ô splendeur de l’horrible ! Ô monstrueuse joie
Des veux terrifiés et ravis ! Sur la voie
S’abattent lourdement les fourgons terrassés !
Le sang des morts ruisselle en l’herbe des fossés.
Cris ! pleurs ! sanglots ! spectacle atroce et magnifique !
Les pieds en l’air, près d’un poteau télégraphique,
La machine du train trente-six a sombré ;
La braise coule à flots de son sein éventré.
On entend : « Je me meurs ! Au secours ! » Une mère
Veut revoir son enfant aimé, sa fille chère.
On se cherche à travers les décombres, parmi
Les morts défigurés ; l’ami cherche l’ami,
La sœur cherche son frère ; un vieillard crie « Auguste ! »
Un gros Anglais ganté de rouge, dont le buste
Jaillit hors de la glace en miettes d’un coupé,
Hurle : « J’ai perdu mon chapeau ; j’en ai soupé ;
Je ferai constater le fait par ministère
D’huissier, et m’irai plaindre au consul d’Angleterre.
Je veux d’indemnité dix mille francs au moins !
Et vous, mes compagnons, vous serez les témoins ! »
Puis la nuit vint, sereine, et d’astres constellée.
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
La Compagnie, un mois après, fut appelée
Devant les tribunaux, comme civilement
Responsable, et se vit condamnée amplement.
Les uns eurent cent francs, les autres davantage.
Le gros Anglais eut un chapeau neuf en partage,
Et chacun s’en alla content, ayant son dû.
Touchant Panais, le jugement dit :
                                                                « Attendu
Que Panais est un simple idiot, pas autre chose
Qu’il importe dès lors de le mettre hors cause,
L’acquitte, le renvoie indemne et l’interdit,
Le prive de ses droits civils, ordonne et dit
Qu’il sera dès ce soir reçu dans un asile
Où, défrayé de tout, à titre d’imbécile,
Il sera mis ès-mains des hommes dits de l’art.
 
Or, j’ai vu ce pauvre être, hier, à Ville-Évrard.
Il est fou tout à fait, et se prend pour un disque !!!
Parfois, une heure ou deux, droit comme un obélisque,
Il demeure immobile, et, sans un mot, tourné
Vers le mur de l’hospice, un mur illuminé
De soleil et qu’habille une frondaison verte,
Voulant dire par là que la voie est ouverte,
Puis, sur ses lourds talons évoluant soudain,
Le dos au mur, alors, et le nez au jardin :
« Je suis fermé, dit-il ; que le convoi recule ! »
 
Et je ne trouve pas cela si ridicule.
 

Commentaire(s)
Déposé par François Coppée le 19 juin 2018 à 08h59

Le Coup de tampon
----------

Depuis plus de quinze ans, le nommé Marc Lefort  (...)

http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=coppee/le-coup-de-tampon

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Georges Courteline le 6 octobre 2018 à 21h31



Je remercie François pour cette inspiration.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2018 à 22h17

Blanchemort des neiges d’antan
--------------------

Depuis quinze cents ans, les fous de Blanchemort
N’ont jamais pu capter qu’ils ont perdu le Nord ;
Ne les prends surtout pas pour des gens ridicules,
Car Georges Courteline a dit qu’ils sont très forts.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Romulus de Blanchemort le 23 novembre 2018 à 11h19



J’en suis reconnaissant à Georges Courteline.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jules de Blanchemort le 23 novembre 2018 à 17h46



Moi aussi !

[Lien vers ce commentaire]

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz