Gaston Couté


Idylle des grands gâs comme il faut et des jeunesses convenables


 
L’ chef-yeu d’ canton a troués mille âm’s, et guère avec.
On peut pas y péter sans qu’ tout le monde en tersaute ;
La moquié du pays moucharde aux chauss’s de l’aut’e,
Et les vilains coups d’ yeux pond’nt les mauvés coups d’ becs.
 
Pourtant, su’ les vieux murs nouérs coumm’ l’esprit du bourg,
La bell’ saison fait berlancer des giroflées ;
Pourtant, dans l’ bourg de sournoués’rie et de d’ mauvais’té,
Y a des gâs et des fill’s qui sont dans l’âg’ d’amour !
 
V’là coumme i’s s’aim’nt : les galants r’vienn’nt, après l’ouvrage,
Par les ru’s oùsqu’ leus bell’s cous’nt su’ l’ devant d’ la f’nét’e :
Un pauv’ sourir’ qu’a peur, un grand bonjour bébéte,
Deux grouss’s pivouén’s de hont’ qu’éclat’nt su’ les visages,
 
Et c’est tout. I’s font point marcher l’ divartissouèr,
Rouet qu’on tourne à deux pour filer du bounheur
Et qui reste entre eux coumme un rouet su’ l’ormouère
Pasque... Eh ! ben, et l’ Mond’, quoué qu’i dirait, seigneur !
 
Vous l’avez jamés vu, l’ Mond’, dépecer un coup’e
Qu’ les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?
Et su’ la place, au sorti’ d’ mess’, par pequits groupes,
Vous l’avez jamais vu, l’ Mond’, baver su’ l’amour ?
 
Alors, les fill’s renfonc’nt les envi’s qui les roingent,
Souffrant tout bas l’ désir qui piqu’ dans leu’ pieau blanche
Coumm’ leu-z-aiguill’ d’acier dans la blancheur du linge,
Et les gâs fil’nt, sans bruit, par el’ train du dimanche ;
 
Car la Ville est pas loin oùsqu’y a la garnison,
L’ Martroué, la Préfectur’, l’Évêché, l’ Tribunal,
La Ville, enfin, la Ville oùsqu’on trouv’ des maisons...
— Vous savez, des maisons darrièr’ la cathédrale ?
 
Donc, les gâs but’nt au nid des tendress’s à bon compte ;
Eun’ grouss’ chouette est guchée au bas du lumério :
« Mes p’tits agneaux, on pai’ tout d’ suite ; après on monte ! »
Les gru’s accour’nt. « Fait’s-nous d’abord nos p’tits cadeaux ! »
 
Et les gâs pai’nt ben châr, étant allés ben loin,
C’ que les fill’s de cheux eux voudrin dounner pour ren !
Pis les gothons s’ déb’hill’nt, et, quand leu’ ch’mise est chute,
D’vant leu’ corps usagé par le frott’ment des ruts,
 
D’vant leu’s tétons, molass’s coumm’ des blancs fromag’s mous,
Les gâs song’nt ; et i’s douèv’nt se dir’ dans leu’ song’rie :
« Y a des bieaux fruits qui s’ pard’nt dans les enclos d’ cheu nous,
Et faut que j’ galvaudin après des poumm’s pourries ! »
 
Enfin, les pauv’s fumell’s rentr’nt dans les bras des mâles
Coumme ent’er les limons queuqu’ pauv’ jument fourbue,
Et pis les v’là qu’as pouss’nt, qu’as tir’nt et qu’as s’emballent
Pour charrouéyer les aut’s vars la joué qu’as n’ trouv’nt pus !
 
Mais Ell’s ! quand on y pens’, coumme a seurin ben aise,
Les Mari’-Clair’ du bourg, les Touénons, les Thérèse,
Si qu’a’ s’ trouvin tertout’s att’lés, pour el’ quart d’heure,
À la plac’ des gothons d’ la vill’, leu’s tristes sœurs,
 
Victim’s coumme ell’s du mond’ qui t’naille et crucifie
Les vierg’s et les putains au nom d’ la mêm’ morale !
Mais quoué ! « Leu-z-affér’ fait’ », le souer, les gâs r’dévalent
Vars el’ pays oùsqu’ les attend’nt leu’s bounn’s amies.
 
I’s r’déval’ront souvent ! A’s attendront longtemps !
D’aucuns r’viendront avec du pouéson dans les veines,
D’aucun’s dépériront, coumm’ les giroflé’s viennent
À mouri’ su’ les murs de la séch’ress’ du temps.
 
Pis, par un coup, avant d’ leu’ r’céder l’ fonds d’ boutique,
Les vieux disant : « Ma fill’ te faurait un bon gâs ! — 
— Mon gâs, t’ faurait eun’ femm’ pour sarvi’ la pratique ! »
I’s s’uniront avec tout l’ légal tralala...
 
L’blé s’ra d’pis longtemps mûr quand qu’i’s noueront leu’ gearbe.
Après bieaucoup d’éguermillage i’s f’ront l’amour,
Ayant r’mis au lend’main « c’ qu’i’s pouvin fère el’ jour, »
À cau’ du mond’ qui ment jusque dans ses provarbes.
 
Et i’s d’viendront eux mêm’s ce Monde au cœur infect
Qui fait des enfants pour pouvouér les fèr’ souffri
Quand qu’arriv’ la saison des giroflé’s fleuries
Dans l’ méchant bourg de troués mille âm’s, et guère avec.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе