Gaston Couté


Idylle des grands gâs comme il faut et des jeunesses convenables


 
L’ chef-yeu d’ canton a troués mille âm’s, et guère avec.
On peut pas y péter sans qu’ tout le monde en tersaute ;
La moquié du pays moucharde aux chauss’s de l’aut’e,
Et les vilains coups d’ yeux pond’nt les mauvés coups d’ becs.
 
Pourtant, su’ les vieux murs nouérs coumm’ l’esprit du bourg,
La bell’ saison fait berlancer des giroflées ;
Pourtant, dans l’ bourg de sournoués’rie et de d’ mauvais’té,
Y a des gâs et des fill’s qui sont dans l’âg’ d’amour !
 
V’là coumme i’s s’aim’nt : les galants r’vienn’nt, après l’ouvrage,
Par les ru’s oùsqu’ leus bell’s cous’nt su’ l’ devant d’ la f’nét’e :
Un pauv’ sourir’ qu’a peur, un grand bonjour bébéte,
Deux grouss’s pivouén’s de hont’ qu’éclat’nt su’ les visages,
 
Et c’est tout. I’s font point marcher l’ divartissouèr,
Rouet qu’on tourne à deux pour filer du bounheur
Et qui reste entre eux coumme un rouet su’ l’ormouère
Pasque... Eh ! ben, et l’ Mond’, quoué qu’i dirait, seigneur !
 
Vous l’avez jamés vu, l’ Mond’, dépecer un coup’e
Qu’ les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?
Et su’ la place, au sorti’ d’ mess’, par pequits groupes,
Vous l’avez jamais vu, l’ Mond’, baver su’ l’amour ?
 
Alors, les fill’s renfonc’nt les envi’s qui les roingent,
Souffrant tout bas l’ désir qui piqu’ dans leu’ pieau blanche
Coumm’ leu-z-aiguill’ d’acier dans la blancheur du linge,
Et les gâs fil’nt, sans bruit, par el’ train du dimanche ;
 
Car la Ville est pas loin oùsqu’y a la garnison,
L’ Martroué, la Préfectur’, l’Évêché, l’ Tribunal,
La Ville, enfin, la Ville oùsqu’on trouv’ des maisons...
— Vous savez, des maisons darrièr’ la cathédrale ?
 
Donc, les gâs but’nt au nid des tendress’s à bon compte ;
Eun’ grouss’ chouette est guchée au bas du lumério :
« Mes p’tits agneaux, on pai’ tout d’ suite ; après on monte ! »
Les gru’s accour’nt. « Fait’s-nous d’abord nos p’tits cadeaux ! »
 
Et les gâs pai’nt ben châr, étant allés ben loin,
C’ que les fill’s de cheux eux voudrin dounner pour ren !
Pis les gothons s’ déb’hill’nt, et, quand leu’ ch’mise est chute,
D’vant leu’ corps usagé par le frott’ment des ruts,
 
D’vant leu’s tétons, molass’s coumm’ des blancs fromag’s mous,
Les gâs song’nt ; et i’s douèv’nt se dir’ dans leu’ song’rie :
« Y a des bieaux fruits qui s’ pard’nt dans les enclos d’ cheu nous,
Et faut que j’ galvaudin après des poumm’s pourries ! »
 
Enfin, les pauv’s fumell’s rentr’nt dans les bras des mâles
Coumme ent’er les limons queuqu’ pauv’ jument fourbue,
Et pis les v’là qu’as pouss’nt, qu’as tir’nt et qu’as s’emballent
Pour charrouéyer les aut’s vars la joué qu’as n’ trouv’nt pus !
 
Mais Ell’s ! quand on y pens’, coumme a seurin ben aise,
Les Mari’-Clair’ du bourg, les Touénons, les Thérèse,
Si qu’a’ s’ trouvin tertout’s att’lés, pour el’ quart d’heure,
À la plac’ des gothons d’ la vill’, leu’s tristes sœurs,
 
Victim’s coumme ell’s du mond’ qui t’naille et crucifie
Les vierg’s et les putains au nom d’ la mêm’ morale !
Mais quoué ! « Leu-z-affér’ fait’ », le souer, les gâs r’dévalent
Vars el’ pays oùsqu’ les attend’nt leu’s bounn’s amies.
 
I’s r’déval’ront souvent ! A’s attendront longtemps !
D’aucuns r’viendront avec du pouéson dans les veines,
D’aucun’s dépériront, coumm’ les giroflé’s viennent
À mouri’ su’ les murs de la séch’ress’ du temps.
 
Pis, par un coup, avant d’ leu’ r’céder l’ fonds d’ boutique,
Les vieux disant : « Ma fill’ te faurait un bon gâs ! — 
— Mon gâs, t’ faurait eun’ femm’ pour sarvi’ la pratique ! »
I’s s’uniront avec tout l’ légal tralala...
 
L’blé s’ra d’pis longtemps mûr quand qu’i’s noueront leu’ gearbe.
Après bieaucoup d’éguermillage i’s f’ront l’amour,
Ayant r’mis au lend’main « c’ qu’i’s pouvin fère el’ jour, »
À cau’ du mond’ qui ment jusque dans ses provarbes.
 
Et i’s d’viendront eux mêm’s ce Monde au cœur infect
Qui fait des enfants pour pouvouér les fèr’ souffri
Quand qu’arriv’ la saison des giroflé’s fleuries
Dans l’ méchant bourg de troués mille âm’s, et guère avec.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе