Gaston Couté


Idylle des grands gâs comme il faut et des jeunesses convenables


 
L’ chef-yeu d’ canton a troués mille âm’s, et guère avec.
On peut pas y péter sans qu’ tout le monde en tersaute ;
La moquié du pays moucharde aux chauss’s de l’aut’e,
Et les vilains coups d’ yeux pond’nt les mauvés coups d’ becs.
 
Pourtant, su’ les vieux murs nouérs coumm’ l’esprit du bourg,
La bell’ saison fait berlancer des giroflées ;
Pourtant, dans l’ bourg de sournoués’rie et de d’ mauvais’té,
Y a des gâs et des fill’s qui sont dans l’âg’ d’amour !
 
V’là coumme i’s s’aim’nt : les galants r’vienn’nt, après l’ouvrage,
Par les ru’s oùsqu’ leus bell’s cous’nt su’ l’ devant d’ la f’nét’e :
Un pauv’ sourir’ qu’a peur, un grand bonjour bébéte,
Deux grouss’s pivouén’s de hont’ qu’éclat’nt su’ les visages,
 
Et c’est tout. I’s font point marcher l’ divartissouèr,
Rouet qu’on tourne à deux pour filer du bounheur
Et qui reste entre eux coumme un rouet su’ l’ormouère
Pasque... Eh ! ben, et l’ Mond’, quoué qu’i dirait, seigneur !
 
Vous l’avez jamés vu, l’ Mond’, dépecer un coup’e
Qu’ les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?
Et su’ la place, au sorti’ d’ mess’, par pequits groupes,
Vous l’avez jamais vu, l’ Mond’, baver su’ l’amour ?
 
Alors, les fill’s renfonc’nt les envi’s qui les roingent,
Souffrant tout bas l’ désir qui piqu’ dans leu’ pieau blanche
Coumm’ leu-z-aiguill’ d’acier dans la blancheur du linge,
Et les gâs fil’nt, sans bruit, par el’ train du dimanche ;
 
Car la Ville est pas loin oùsqu’y a la garnison,
L’ Martroué, la Préfectur’, l’Évêché, l’ Tribunal,
La Ville, enfin, la Ville oùsqu’on trouv’ des maisons...
— Vous savez, des maisons darrièr’ la cathédrale ?
 
Donc, les gâs but’nt au nid des tendress’s à bon compte ;
Eun’ grouss’ chouette est guchée au bas du lumério :
« Mes p’tits agneaux, on pai’ tout d’ suite ; après on monte ! »
Les gru’s accour’nt. « Fait’s-nous d’abord nos p’tits cadeaux ! »
 
Et les gâs pai’nt ben châr, étant allés ben loin,
C’ que les fill’s de cheux eux voudrin dounner pour ren !
Pis les gothons s’ déb’hill’nt, et, quand leu’ ch’mise est chute,
D’vant leu’ corps usagé par le frott’ment des ruts,
 
D’vant leu’s tétons, molass’s coumm’ des blancs fromag’s mous,
Les gâs song’nt ; et i’s douèv’nt se dir’ dans leu’ song’rie :
« Y a des bieaux fruits qui s’ pard’nt dans les enclos d’ cheu nous,
Et faut que j’ galvaudin après des poumm’s pourries ! »
 
Enfin, les pauv’s fumell’s rentr’nt dans les bras des mâles
Coumme ent’er les limons queuqu’ pauv’ jument fourbue,
Et pis les v’là qu’as pouss’nt, qu’as tir’nt et qu’as s’emballent
Pour charrouéyer les aut’s vars la joué qu’as n’ trouv’nt pus !
 
Mais Ell’s ! quand on y pens’, coumme a seurin ben aise,
Les Mari’-Clair’ du bourg, les Touénons, les Thérèse,
Si qu’a’ s’ trouvin tertout’s att’lés, pour el’ quart d’heure,
À la plac’ des gothons d’ la vill’, leu’s tristes sœurs,
 
Victim’s coumme ell’s du mond’ qui t’naille et crucifie
Les vierg’s et les putains au nom d’ la mêm’ morale !
Mais quoué ! « Leu-z-affér’ fait’ », le souer, les gâs r’dévalent
Vars el’ pays oùsqu’ les attend’nt leu’s bounn’s amies.
 
I’s r’déval’ront souvent ! A’s attendront longtemps !
D’aucuns r’viendront avec du pouéson dans les veines,
D’aucun’s dépériront, coumm’ les giroflé’s viennent
À mouri’ su’ les murs de la séch’ress’ du temps.
 
Pis, par un coup, avant d’ leu’ r’céder l’ fonds d’ boutique,
Les vieux disant : « Ma fill’ te faurait un bon gâs ! — 
— Mon gâs, t’ faurait eun’ femm’ pour sarvi’ la pratique ! »
I’s s’uniront avec tout l’ légal tralala...
 
L’blé s’ra d’pis longtemps mûr quand qu’i’s noueront leu’ gearbe.
Après bieaucoup d’éguermillage i’s f’ront l’amour,
Ayant r’mis au lend’main « c’ qu’i’s pouvin fère el’ jour, »
À cau’ du mond’ qui ment jusque dans ses provarbes.
 
Et i’s d’viendront eux mêm’s ce Monde au cœur infect
Qui fait des enfants pour pouvouér les fèr’ souffri
Quand qu’arriv’ la saison des giroflé’s fleuries
Dans l’ méchant bourg de troués mille âm’s, et guère avec.
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе