Gaston Couté


Le Cantique païen


 
Je suis parti sans savoir où
Comme une graine qu’un vent fou
      Enlève et transporte :
À la ville où je suis allé
J’ai langui comme un brin de blé
      Dans la friche morte.
 
Notre Dame des Sillons !
Ma bonne Sainte Vierge, à moi !
Dont les anges sont les grillons
Ô Terre ! Je reviens vers toi !
 
J’ai dit bonjour à bien des gens,
Mais ces hommes étaient méchants
      Comme moi sans doute.
L’amour m’a fait saigner un jour,
Et puis j’ai fait saigner l’Amour
      Au long de ma route.
 
Je suis descendu bien souvent
Jusqu’au cabaret où l’on vend
      L’ivresse trop brève ;
J’ai fixé le ciel étoilé
Mais le ciel, hélas ! m’a semblé
      Trop haut pour mon rêve.
 
Las de chercher là-haut, là-bas
Tout ce que je n’y trouve pas
      Je reviens vers celle
Dont le sang coule dans mon sang
Et dont le grand cœur caressant
      Aujourd’hui m’appelle.
 
Au doux terroir où je suis né
Je reviens pour me prosterner
      Devant les miracles
De celle dont les champs sans fin
De notre pain de notre vin
      Sont les tabernacles.
 
Je reviens parmi les guérets
Pour gonfler de son souffle frais
      Ma poitrine infâme,
Et pour sentir, au seuil du soir,
Son âme, comme un reposoir
      S’offrir à mon âme.
 
Je reviens, ayant rejeté
Mes noirs tourments de révolté
      Mes haines de Jacques,
Pour que sa Grâce arrive en moi
Comme le dieu que l’on reçoit
      Quand on fait ses Pâques.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αmоur (Gérаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе