Gaston Couté


Les Gourgandines


 
Il a poussé du pouél de su’ l’vent’e à la terre,
Les poumm’s vont rondiner aux poummiers des enclos ;
Il a poussé du pouél sous les pans des d’vanquiéres
Et les tétons rondin’nt à c’tt’ heure à plein corset...
Toutes les fill’s de seize ans se sont sentu pisser
En r’gardant par la plaine épier les blés nouvieaux.
 
L’souleil leu’ coll’ des bécots roug’s à mém’ la pieau
Qui font bouilli’ leu’ sang coumme eun’ cuvé’ d’septemb’e,
Les chatouill’s du hâl’ cour’nt sous leu’s ch’misett’s de chanv’e
Et d’vant les mâl’s qui pass’nt en revenant des champs
A s’sent’nt le cœur taqu’ter coumme un moulin à vent.
 
Y a pas à dir’! V’là qu’il est temps ! Il est grand temps !...
Les vieux farmiers qui vont vend’ leu’ taure à la fouère
Ent’rapontront des accordaill’s en sortant d’bouére:
— "Disez-don’, Mét’ Jean-Pierr’, v’la vout’ fill’ qu’est en âge,
j’ai un gâs et j’ai tant d’arpents d’terre au souleil.
V’là c’que j’compte y bailler pour le mett’e en ménage.
— Tope là !... L’marché quient !... R’tournons bouére eun’ bouteille !...
 
Pour fére eun’ femme hounnête, en faut pas davantage !
Voui mais, faut l’fér’!... faut-i’-encor pouvouèr le fère?
 
Les garces des loué’s, les souillons, les vachères,
Cell’s qu’ont qu’leu’ pain et quat’ pâr’s de sabiots par an,
Cell’s qu’ont ren à compter poure c’qu’est des parents,
Cell’s-là, à’ peuv’nt attend’ longtemps eun épouseux,
Longtemps, en par-delà coueffé Sainte Cath’rine...
Attend’!... Mais coumment don’ qu’vous v’lez qu’a fass’nt, bon guieu !
Empêchez vouér un peu d’fleuri’les aubépines
Et les moignieaux d’chanter au joli cœur de Mai...
Cell’s-là charch’ront l’Amour par les mauvais senquiers !
 
Y a des lurons qui besougn’nt aux métari’s blanches,
On s’fait ben queuqu’ galant en dansant les Dimanches...
Et pis, pouf ! un bieau souèr, oùsque l’on est coumm’ saoûle
D’avouèr trop tournaillé au son des violons,
On s’laiss’ chouèr, enjôlé’, sous les suçons d’eun’ goule
Et sous le rudaill’ment de deux bras qui vous roulent,
Coumme eun’ garbée à fér’, dans les foins qui sent’nt bons.
 
Queuq’s moués après, quand y a déjà d’la barbelée
Au fait’ des charnissons et des p’tits brins d’éteule,
Faut entend’ clabauder, d’vant la flamm’ des jav’lées
Les grous boulhoumm’s gaîtieaux et les vieill’s femm’s bégueules :
" Hé ! Hé !... du coup, la michant’ Chous’ s’a fait enfler !... "
 
Et les pauv’s "michant’s chous’s" qui décess’nt pâs d’enfler
Descend’nt au long des champs ousqu’à trouvé linceul
Leu-z-innocenc’tombée, au nez d’un clair de leune.
— Les galants sont partis pus loin, la mouésson faite.
En sublaillant, chacun laissant là sa chaceune,
Après avouèr, au caboulot payé leu’s dettes. —
 
"Quoué fer ? " Qu’a song’nt, le front pendant su’ leu’ d’vanquiére
Et les deux yeux virés vars le creux des orgniéres...
Leu’ vent’e est là qui quient tout l’mitan du frayé !
Au bourg, les vieill’s aubarg’s vésounn’nt de ris d’rouyiers
Qui caus’nt d’ell’s en torchant des plats nouér’s de gib’lotte ;
D’vant l’église à Mari’ qu’a conçu sans péché
Leu’s noms sont écrasés sous les langu’s des bigottes
Qu’un malin p’tit vicair’ fait pécher sans conc’vouer ;
Les conscrits qui gouépaill’nt un brin, avant d’se vouèr
Attaché’s pour troués ans au grand ch’nil des casarnes,
Dis’nt des blagu’s à l’hounneur d’la vieill’ gaîté d’cheu nous :
— "Sapré garc’s, pour avouér un pansier aussi grous
A’s’ont fait coumm’les vach’s qu’ont trop mangé d’luzarne ?...
Ou ben c’est-l’ un caquezieau qui l’sa piquées ?..." —
Au bourg, tout l’monde est prêt à leu’ jiter la pierre...
A’s r’tourn’ront pas au bourg les fill’s au vent’e enflé,
Un matin a’s prendront leu’ billet d’chemin d’fer
Et ça s’ra des putains arrivé’s à Paris...
 
Ben, pis qu’v’là coumm’ ça qu’est... Allez les gourgandines !...
Vous yeux ont d’l’attiranc’ coumm’ yeau profond’ des puits,
Vous lèvres sont prisé’s pus cher qu’un kilo d’guignes,
Les point’s de vous tétons, mieux qu’vout cœur, vout’ esprit,
Vous frayront la rout’ large au travers des mépris.
C’est vout’ corps en amour qui vous a foutu d’dans,
C’est après li qu’i faut vous ragripper à c’tt’ heure ;
Y reste aux fill’s pardus, pour se r’gangner d’l’hounneur
Qu’de s’frotter — vent’e à vent’e — avec les hounnêt’s gens :
L’hounneur quient dans l’carré d’papier d’un billet d’mille...
Allez les gourgandin’s par les quat’ coins d’la ville !...
Allez fout’ su’la paill’ les bieaux môssieu’s dorés,
Mettez l’feu au torchon au mitan des ménages,
Fesez tourner la boule aux mangeux d’pain gangné
Aux p’tits fi’s à papa en attent’ d’héritage.
 
Fesez semaill’ de peine et d’mort su’ vout’ passage
Allez, Allez jusqu’au fin bout d’vout’ mauvais sort,
Allez ! les gourgandin’s œuvrez aux tâch’s du mal :
Soyez ben méprisab’s pour que l’on vous adore !...
Et si vous quervez pas su’ eun’ couétt’ d’hôpital
Ou su’ les banquett’s roug’s des maisons à lanterne
Vous pourrez radeber, tête haute, au village
En traînant tout l’butin qu’ v’ aurez raflé d’bounn’ guerre.
 
Vous s’rez des dam’s à qui qu’on dounne un çartain âge,
Vous tortill’rez du cul dans des cotillons d’souée
V’ aurez un p’tit chalet près des ieaux ou des boués
Que v’ appell’rez " Villa des Ros’s ou des Parvenches "
L’curé y gueultounn’ra avec vous, les dimanches
En causant d’ici et d’ça, d’morale et d’tarte aux peurnes,
Vous rendrez l’pain bénit quand c’est qu’ça s’ra vout’ tour ;
L’Quatorz’ juillet, vous mérit’rez ben d’la Patrie :
Ça s’ra vous qu’aurez l’mieux pavouésé de tout l’bourg ;
Le bureau d’bienfaisanc’ vienra vous qu’ri des s’cours.
Aux écol’s coummunal’s vous f’rez off’er de prix
Et vous s’rez presque autant que l’mair’ dans la Coummeune
 
...Ah ! Quand c’est qu’vous mourrez, comben qu’on vous r’grett’ra
La musiqu’, les pompiers suivront vout’ entarr’ment ;
D’chaqu’ couté d’vout convoué y aura des fill’s en blanc
Qui porteront des ciarg’s et des brassé’s d’lilas...
 
Vous s’rez eun’ saint’ qu’on r’meun’ gîter aux d’meur’s divines...
Allez !... en attendant !... Allez, les gourgandines !...
 

Commentaire (s)
Déposé par esther le 22 février 2013 à 16h30

Là, je ne comprend rien

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 22 février 2013 à 16h56

C’est pourtant facile. C’est une transcription phonétique de l’accent paysan :

Il a poussé du poil dessus le ventre à la terre,
Les pommes vont rondiner aux pommiers des enclos ;
Il a poussé du poil sous les pans des devantières
Et les tétons rondinent à c’tt’ heure à plein corset...
Toutes les filles de seize ans se sont senties pisser
En regardant par la plaine épier les blés nouveaux.

Le soleil leur colle des bécots rouges à même la peau
Qui font bouillir leur sang comme une cuvée de septembre,
Les chatouilles du hâle courent sous leurs chemisettes de chanvre
Et devant les mâles qui passent en revenant des champs
Elle se sentent le cœur tacter comme un moulin à vent.

etc.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lа Siеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе