Charles Cros

Le Coffret de santal, 1873


La Dame en pierre


 

À Catulle Mendès.


Sur ce couvercle de tombeau
  Elle dort. L’obscur artiste
Qui l’a sculptée a vu le beau
      Sans rien de triste.
 
Joignant les mains, les yeux heureux
  Sous le voile des paupières,
Elle a des rêves amoureux
      Dans ses prières.
 
Sous les plis lourds du vêtement,
  La chair apparaît rebelle,
N’oubliant pas complètement
      Qu’elle était belle.
 
Ramenés sur le sein glacé
  Les bras, en d’étroites manches,
Rêvent l’amant qu’ont enlacé
      Leurs chaînes blanches.
 
Le lévrier, comme autrefois
  Attendant une caresse,
Dort blotti contre les pieds froids
      De sa maîtresse.
 
 

*


 
Tout le passé revit. Je vois
  Les splendeurs seigneuriales,
Les écussons et les pavois
      Des grandes salles,
 
Les hauts plafonds de bois, bordés
  D’emblématiques sculptures,
Les chasses, les tournois brodés
      Sur les tentures.
 
Dans son fauteuil, sans nul souci
  Des gens dont la chambre est pleine,
À quoi peut donc rêver ainsi,
      La châtelaine ?
 
Ses yeux où brillent par moment
  Les fiertés intérieures,
Lisent mélancoliquement
      Un livre d’heures.
 
 

*


 
Quand une femme rêve ainsi
  Fière de sa beauté rare,
C’est quelque drame sans merci
      Qui se prépare.
 
Peut-être à temps, en pleine fleur,
  Celle-ci fut mise en terre.
Bien qu’implacable, la douleur
      En fut austère.
 
L’amant n’a pas vu se ternir,
  Au souffle de l’infidèle,
La pureté du souvenir
      Qu’il avait d’elle.
 
La mort n’a pas atteint le beau.
  La chair perverse est tuée,
Mais la forme est, sur un tombeau,
      Perpétuée.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Сhristiаn Lаbаllеrу sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сri du сœur (Rоllinаt)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе