Charles Cros


Les Quatre Saisons


 

À Coquelin Cadet.


 

I


 
Au printemps, c’est dans les bois nus
Qu’un jour nous nous sommes connus.
 
Les bourgeons poussaient, vapeur verte.
L’amour fut une découverte.
 
Grâce aux lilas, grâce aux muguets,
De rêveurs nous devînmes gais.
 
Sous la glycine et le cytise,
Tous deux seuls, que faut-il qu’on dise ?
 
Nous n’aurions rien dit, réséda,
Sans ton parfum qui nous aida.
 
 
 

II


 
En été les lis et les roses
Jalousaient ses tons et ses poses,
 
La nuit, par l’odeur des tilleuls
Nous nous en sommes allés seuls.
 
L’odeur de son corps, sur la mousse,
Est plus enivrante et plus douce.
 
En revenant le long des blés,
Nous étions tous deux bien troublés.
 
Comme les blés que le vent frôle,
Elle ployait sur mon épaule.
 
 
 

III


 
L’automne fait les bruits froissés
De nos tumultueux baisers.
 
Dans l’eau tombent les feuilles sèches
Et, sur ses yeux, les folles mèches.
 
Voici les pêches, les raisins,
J’aime mieux sa joue et ses seins.
 
Que me fait le soir triste et rouge,
Quand sa lèvre boudeuse bouge ?
 
Le vin qui coule des pressoirs
Est moins traître que ses yeux noirs.
 
 
 

IV


 
C’est l’hiver. Le charbon de terre
Flambe en ma chambre solitaire.
 
La neige tombe sur les toits,
Blanche ! Oh, ses beaux seins blancs et froids !
 
Même sillage aux cheminées
Qu’en ses tresses disséminées.
 
Au bal, chacun jette, poli,
Les mots féroces de l’oubli.
 
L’eau qui chantait s’est prise en glace.
Amour, quel ennui te remplace !
 

Le Coffret de santal, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Αgаthе, оù du Sоlеil lе signе еst imprimé...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Αntigоnе (Sаmаin)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе