Charles Cros

Le Collier de griffes, 1908


Malgré tout


 
Je sens la bonne odeur des vaches dans le pré ;
Bétail, moissons, vraiment la richesse étincelle
Dans la plaine sans fin, sans fin, où de son aile
La pie a des tracés noirs sur le ciel doré.
 
Et puis, voici venir, belle toute à mon gré,
La fille qui ne sait rien de ce qu’on veut d’elle
Mais qui est la plus belle en la saison nouvelle
Et dont le regard clair est le plus adoré.
 
Malgré tous les travaux, odeurs vagues, serviles,
Loin de la mer, et loin des champs, et loin des villes
Je veux l’avoir, je veux, parmi ses cheveux lourds,
 
Oublier le regard absurde, absurde, infâme,
Enfin, enfin je veux me noyer dans toi, femme,
Et mourir criminel pour toujours, pour toujours !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 28 mai 2013 à 10h12


J’ai rêvé que j’étais un taureau dans un pré.
La rosée du matin mettait une étincelle
Sur chaque brin d’herbage, et la sombre hirondelle
Poursuivait sans répit les insectes dorés.

Mes vaches (trois ou quatre, et belles à mon gré)
Savaient pertinemment ce que je voulais d’elles.
J’étais heureux quand on m’en offrait de nouvelles,
Et je vivais ainsi, de chacune adoré.

Car nous autres taureaux, ne sommes point serviles
Et ne nous activons, comme les gens des villes,
À du travail utile, à des ouvrages lourds.

Cependant, de l’humain, la vie n’est pas infâme :
Je trouve, quant à moi, bien mignonnes ses femmes,
Elles qui, cependant, ne m’aiment pas toujours.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 juillet 2018 à 12h46

Gynécée de Monseigneur Paon-Périgouste
---------------------------------------

Paon-Périgouste va par les bois et les prés.
Sur son beau postérieur son panache étincelle
Ainsi que le soleil reflété sur ses ailes :
En de nombreux endroits, son plumage est doré.

Les nonnes de ces lieux, bien belles à son gré,
Ne savent pas toujours ce que le paon veut d’elles;
Les anciennes, pourtant, instruisent les nouvelles
Sur les moindres désirs de l’évêque adoré.

Il ne demande pas qu’on se montre servile,
Il lui suffit qu’on ait des manières civiles
Et qu’on lui sache gré de son sens de l’humour.

Vraiment, de ce prélat, la vie n’est pas infâme :
Car, pour être une nonne, on n’en est pas moins femme,
De toutes les vertus, la plus grande est l’amour.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 juillet 2021 à 13h34

Le seigneur Paon Chromatique
-----------

Mon modeste plumage a des reflets dorés,
Souvent, dans mon regard, surgit une étincelle ;
Mon corps est un peu lourd, mais mon âme a des ailes,
Je vole en un jardin vivement coloré.

Ma muse chaque jour me taquine à son gré,
Car je suis indulgent pour tout ce qui vient d’elle ;
Même si mes chansons ne sont pas très nouvelles,
Elles viennent à point pour me revigorer.

Je rumine mes mots en parcourant la ville,
Puis je suis accueilli de façon fort civile
Par une tavernière aux aimables discours.

Pour mon coeur vieillissant qui rarement s’enflamme
Je me veux rassurant , ce sonnet je déclame,
Moi qui sais que la rime est mon dernier recours.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 9 juillet 2021 à 17h20

Révélation


Aucun être ne peu être aussi adoré
Que celui pour lequel mon regard étincelle.
En toutes circonstances, il me donne des ailes,
Grâce à lui l’avenir, je le vois coloré.

J’ai tout quitté pour lui, presque contre mon gré,
Non pas qu’il m’ait contraint à fuir ma citadelle,
Comme le fait le froid, avec les hirondelles,
Mais que l’amour avait mon esprit égaré.

J’habite désormais, loin, très loin, de la ville,
Et de son rythme fou, je ne suis plus servile,
Seul celui des saisons, en cet Éden, a cours.

J’aime par dessus tout lorsque l’automne enflamme
Le chêne de l’abbaye et que le vent déclame,
Agitant sa ramée, un envoûtant discours.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

Hеrеdiа : Αrmоr

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vеrs à mеttrе еn сhаnt (Βоilеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir vu dévаlеr unе triplе mоntаgnе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Rеmоrds pоsthumе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Соmplаintе dе lа Lunе еn prоvinсе (Lаfоrguе)

De Jаdis sur Stаnсеs (Ρоuсhkinе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе