Alphonse Daudet

Les Amoureuses


Le Croup


 

Alors Hérode envoya tuer dans Bethléem et dans les pays d’alentour les enfants de deux ans et au-dessous.
Saint Matthieu, III.



 

I


 
Dans son petit lit, sous le rayon pâle
D’un cierge qui tremble et qui va mourir,
                L’enfant râle.
Quel est le bourreau qui le fait souffrir ?
 
Quel boucher sinistre a pris à la gorge
Ce pauvre agnelet que rien ne défend ?
                Qui l’égorge ?
Qui sait égorger un petit enfant ?
 
Sombre nuit ! La chambre est froide. On frissonne.
Dans l’âtre glacé fume un noir tison.
                L’heure sonne.
Le vent de la mort court dans la maison.
 
 
 

II


 
Aux rideaux du lit la mère s’accroche.
Elle est nue. Elle est pâle. Elle défend
                Qu’on l’approche :
Elle veut rester seule avec l’enfant.
 
Son fils ! Il faut voir comme elle lui cause !
« Ami, ne meurs pas. Je te donnerai
                Quelque chose ;
Ami, si tu meurs, moi je pleurerai. »
 
Et pour empêcher que l’oiseau s’envole,
Elle lui promet du mouron plus frais...
                Pauvre folle !
Comme si l’oiseau s’envolait exprès.
 
Le père est debout dans l’ombre. Il se cache,
Il pleure. On l’entend dire en étouffant :
                « Ô le lâche
Qui n’ose pas voir mourir son enfant ! »
 
Dans un coin, l’aïeul accroupi par terre
Chante une gavotte, et quand on lui dit
                De se taire,
Il répond : « Hé ! hé ! j’endors le petit. »
 
 
 

III


 
Le cierge s’éteint près du lit qui sombre...
Un râle de mort, un cri de douleur,
                Et dans l’ombre
On entend quelqu’un fuir comme un voleur.
 
Qui va là ? Qui vient d’ouvrir cette porte ?...
Courons ! C’est un spectre armé d’un couteau,
                Il emporte
Le petit enfant dans son grand manteau.
 
Oh ! je te connais, – ne cours pas si vite,
Massacreur d’enfants ! Je t’ai reconnu
                Tout de suite
À ton manteau rouge, à ton couteau nu.
 
Hérode t’a fait ce legs effroyable.
Tu portes sa pourpre et son yatagan.
                Vas au diable
Comme Hérode, spectre, assassin, forban !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоnаvеnturе dеs Ρеrriеrs : «Lеs аvеuglеs еt viоlеurs...»

Βаnvillе : Lаpins

Rоllinаt : Lеs Ρrојеts

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Ρеndаnt lа pluiе

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur unе bеllе Νоnnаin qui sе disоit Εspоusе du Сhrist (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz