Alphonse Daudet

Les Amoureuses


Le Croup


 

Alors Hérode envoya tuer dans Bethléem et dans les pays d’alentour les enfants de deux ans et au-dessous.
Saint Matthieu, III.



 

I


 
Dans son petit lit, sous le rayon pâle
D’un cierge qui tremble et qui va mourir,
                L’enfant râle.
Quel est le bourreau qui le fait souffrir ?
 
Quel boucher sinistre a pris à la gorge
Ce pauvre agnelet que rien ne défend ?
                Qui l’égorge ?
Qui sait égorger un petit enfant ?
 
Sombre nuit ! La chambre est froide. On frissonne.
Dans l’âtre glacé fume un noir tison.
                L’heure sonne.
Le vent de la mort court dans la maison.
 
 
 

II


 
Aux rideaux du lit la mère s’accroche.
Elle est nue. Elle est pâle. Elle défend
                Qu’on l’approche :
Elle veut rester seule avec l’enfant.
 
Son fils ! Il faut voir comme elle lui cause !
« Ami, ne meurs pas. Je te donnerai
                Quelque chose ;
Ami, si tu meurs, moi je pleurerai. »
 
Et pour empêcher que l’oiseau s’envole,
Elle lui promet du mouron plus frais...
                Pauvre folle !
Comme si l’oiseau s’envolait exprès.
 
Le père est debout dans l’ombre. Il se cache,
Il pleure. On l’entend dire en étouffant :
                « Ô le lâche
Qui n’ose pas voir mourir son enfant ! »
 
Dans un coin, l’aïeul accroupi par terre
Chante une gavotte, et quand on lui dit
                De se taire,
Il répond : « Hé ! hé ! j’endors le petit. »
 
 
 

III


 
Le cierge s’éteint près du lit qui sombre...
Un râle de mort, un cri de douleur,
                Et dans l’ombre
On entend quelqu’un fuir comme un voleur.
 
Qui va là ? Qui vient d’ouvrir cette porte ?...
Courons ! C’est un spectre armé d’un couteau,
                Il emporte
Le petit enfant dans son grand manteau.
 
Oh ! je te connais, – ne cours pas si vite,
Massacreur d’enfants ! Je t’ai reconnu
                Tout de suite
À ton manteau rouge, à ton couteau nu.
 
Hérode t’a fait ce legs effroyable.
Tu portes sa pourpre et son yatagan.
                Vas au diable
Comme Hérode, spectre, assassin, forban !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Βаbу (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz