Alphonse Daudet

Les Amoureuses


Le Croup


 

Alors Hérode envoya tuer dans Bethléem et dans les pays d’alentour les enfants de deux ans et au-dessous.
Saint Matthieu, III.



 

I


 
Dans son petit lit, sous le rayon pâle
D’un cierge qui tremble et qui va mourir,
                L’enfant râle.
Quel est le bourreau qui le fait souffrir ?
 
Quel boucher sinistre a pris à la gorge
Ce pauvre agnelet que rien ne défend ?
                Qui l’égorge ?
Qui sait égorger un petit enfant ?
 
Sombre nuit ! La chambre est froide. On frissonne.
Dans l’âtre glacé fume un noir tison.
                L’heure sonne.
Le vent de la mort court dans la maison.
 
 
 

II


 
Aux rideaux du lit la mère s’accroche.
Elle est nue. Elle est pâle. Elle défend
                Qu’on l’approche :
Elle veut rester seule avec l’enfant.
 
Son fils ! Il faut voir comme elle lui cause !
« Ami, ne meurs pas. Je te donnerai
                Quelque chose ;
Ami, si tu meurs, moi je pleurerai. »
 
Et pour empêcher que l’oiseau s’envole,
Elle lui promet du mouron plus frais...
                Pauvre folle !
Comme si l’oiseau s’envolait exprès.
 
Le père est debout dans l’ombre. Il se cache,
Il pleure. On l’entend dire en étouffant :
                « Ô le lâche
Qui n’ose pas voir mourir son enfant ! »
 
Dans un coin, l’aïeul accroupi par terre
Chante une gavotte, et quand on lui dit
                De se taire,
Il répond : « Hé ! hé ! j’endors le petit. »
 
 
 

III


 
Le cierge s’éteint près du lit qui sombre...
Un râle de mort, un cri de douleur,
                Et dans l’ombre
On entend quelqu’un fuir comme un voleur.
 
Qui va là ? Qui vient d’ouvrir cette porte ?...
Courons ! C’est un spectre armé d’un couteau,
                Il emporte
Le petit enfant dans son grand manteau.
 
Oh ! je te connais, – ne cours pas si vite,
Massacreur d’enfants ! Je t’ai reconnu
                Tout de suite
À ton manteau rouge, à ton couteau nu.
 
Hérode t’a fait ce legs effroyable.
Tu portes sa pourpre et son yatagan.
                Vas au diable
Comme Hérode, spectre, assassin, forban !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz