Lucie Delarue-Mardrus


Si tu viens


 
Si tu viens, je prendrai tes lèvres dès la porte,
Nous irons sans parler dans l’ombre et les coussins,
Je t’y ferai tomber, longue comme une morte,
Et, passionnément, je chercherai tes seins.
 
À travers ton bouquet de corsage, ma bouche
Prendra leur pointe nue et rose entre deux fleurs,
Et t’écoutant gémir du baiser qui les touche,
Je te désirerai, jusqu’aux pleurs, jusqu’aux pleurs !
 
— Or, les lèvres au sein, je veux que ma main droite
Fasse vibrer ton corps — instrument sans défaut — 
Que tout l’art de l’Amour inspiré de Sapho
Exalte cette chair sensible intime et moite.
 
Mais quand le difficile et terrible plaisir
Te cambrera, livrée, éperdument ouverte,
Puissè-je retenir l’élan fou du désir
Qui crispera mes doigts contre ton col inerte !
 

Commentaire (s)
Déposé par pich24 le 19 août 2017 à 17h48

Si tu viens

Si tu viens au seuil de ma porte
Je cacherai sous mes coussins
Un tableau de nature morte
Qu’un peintre fit avec desseins.

Entrez ! sortira de ma bouche,
Et muni d’un bouquet de fleurs
Je mettrai l’œuvre sur la touche
Puis t’ouvrirai les yeux en pleurs.

Alors, en tendant la main droite
Que tu saisiras par défaut(s),
Tu penseras : qu’il a l’air faux
Cet homme sec à la main moite !

Je mentirai sur le plaisir
De notre liaison ouverte
Car, pour toi, brûle mon désir
Moins que pour ma maîtresse inerte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 1er juin 2022 à 09h58


Trois fois rien
------------------

Les tiges ont perdu leurs pétales. Qu’importe ?
Le vase ne cadrait pas avec mon dessin.
Le lent souffle des jours en secret les emporte,
Un accord indécis parcourt le clavecin.

Les roses du jardin ne me sont pas farouches,
J’ai longuement appris le langage des fleurs —
Butinant leur nectar, pareil à l’oiseau-mouche,
Regrettant que mon vol manque parfois d’ampleur.

J’ai tenté d’ajuster mes rimes maladroites :
Mes sonnets sont douteux, et mes vers sonnent faux.
J’ai affronté le Verbe, et peiné, car il faut
Bien des fatigues pour franchir la porte étroite.

Mais il est quelque part d’autres fleurs à saisir,
Il est d’autres pays, et d’autres découvertes.
Regarde, tends la main, tu n’auras qu’à choisir :
Le vent d’été fredonne, et la colline est verte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 1er juin 2022 à 21h47



J’ai lavé mon chagrin . . Poète es-tu sincère ?
J’ai banni les humains à errer dans cette aire
Je préfère esquiver cet espoir incongru____

’J’ai longuement appris le langage des fleurs —’

Si vous avez élaboré 1 dictionnaire comme celui du Cacique je suis preneuse . .

lien : https://dictionnaireducacique.wordpress.com/?fbclid=IwAR2r9hMKm2ZplJp_V7uacGbRy1eNCcHV7dxebCn9JCS2WVUpIVCoceef4JY

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 2 juin 2022 à 07h18

Non, pas de dictionnaire en vue pour l’instant... En revanche, une pause salutaire s’annonce, pour calmer mes méninges surmenées - et profiter un peu des fleurs, des colibris et de la bière bien fraîche.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе pеtits еnfаnts d’unе lаrvе оutrаgеusе...» (Сhаssignеt)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе