Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


Dormeuse


 
      Si l’enfant sommeille,
      Il verra l’abeille,
Quand elle aura fait son miel,
Danser entre terre et ciel.
 
      Si l’enfant repose,
      Un ange tout rose,
Que la nuit seule on peut voir,
Viendra lui dire : « Bonsoir. »
 
      Si l’enfant est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera.
 
      Si mon enfant m’aime,
      Dieu dira lui-même :
J’aime cet enfant qui dort ;
Qu’on lui porte un rêve d’or.
 
      Fermez ses paupières,
      Et sur ses prières,
De mes jardins pleins de fleur
Faites glisser les couleurs.
 
      Ourlez-lui des langes,
      Avec vos doigts d’anges,
Et laissez sur son chevet,
Pleuvoir votre blanc duvet.
 
      Mettez-lui des ailes
      Comme aux tourterelles,
Pour venir dans mon soleil,
Danser jusqu’à son réveil !
 
      Qu’il fasse un voyage,
      Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !
 
      Donnez-lui la chambre
      De perles et d’ambre,
Et qu’il partage en dormant,
Nos gâteaux de diamant !
 
      Brodez-lui des voiles,
      Avec mes étoiles,
Pour qu’il navigue en bateau,
Sur mon lac d’azur et d’eau !
 
      Que la lune éclaire,
      L’eau pour lui plus claire,
Et qu’il prenne au lac changeant,
Mes plus fins poissons d’argent !
 
      Mais je veux qu’il dorme,
      Et qu’il se conforme,
Au silence des oiseaux
Dans leurs maisons de roseaux !
 
      Car si l’enfant pleure,
      On entendra l’heure,
Tinter partout qu’un enfant,
A fait ce que Dieu défend !
 
      L’écho de la rue,
      Au bruit accourue,
Quand l’heure aura soupiré
Dira : L’enfant a pleuré !
 
      Et sa tendre mère,
      Dans sa nuit amère,
Pour son ingrat nourrisson,
Ne saura plus de chanson !
 
      S’il brame, s’il crie,
      Par l’aube en furie,
Ce cher agneau révolté,
Sera peut-être emporté !
 
      Un si petit être,
      Par le toit peut-être,
Tout en criant, s’en ira,
Et jamais ne reviendra !
 
      Qu’il rôde en ce monde,
      Sans qu’on lui réponde ;
Jamais l’enfant que je dis,
Ne verra mon paradis !
 
      Oui ! mais s’il est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Τе rеgаrdаnt аssisе аuprès dе tа соusinе...»

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dе l’аmаnt

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Jаdis sur Huit сhаnsоns rеvеrdiеs dоnt quаtrе plеurеnt еt quаtrе riеnt (Εlskаmp)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Jаdis sur Соrrеspоndаnсеs (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Ρlаintе (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μеrlе (Klingsоr)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе