Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


Dormeuse


 
      Si l’enfant sommeille,
      Il verra l’abeille,
Quand elle aura fait son miel,
Danser entre terre et ciel.
 
      Si l’enfant repose,
      Un ange tout rose,
Que la nuit seule on peut voir,
Viendra lui dire : « Bonsoir. »
 
      Si l’enfant est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera.
 
      Si mon enfant m’aime,
      Dieu dira lui-même :
J’aime cet enfant qui dort ;
Qu’on lui porte un rêve d’or.
 
      Fermez ses paupières,
      Et sur ses prières,
De mes jardins pleins de fleur
Faites glisser les couleurs.
 
      Ourlez-lui des langes,
      Avec vos doigts d’anges,
Et laissez sur son chevet,
Pleuvoir votre blanc duvet.
 
      Mettez-lui des ailes
      Comme aux tourterelles,
Pour venir dans mon soleil,
Danser jusqu’à son réveil !
 
      Qu’il fasse un voyage,
      Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !
 
      Donnez-lui la chambre
      De perles et d’ambre,
Et qu’il partage en dormant,
Nos gâteaux de diamant !
 
      Brodez-lui des voiles,
      Avec mes étoiles,
Pour qu’il navigue en bateau,
Sur mon lac d’azur et d’eau !
 
      Que la lune éclaire,
      L’eau pour lui plus claire,
Et qu’il prenne au lac changeant,
Mes plus fins poissons d’argent !
 
      Mais je veux qu’il dorme,
      Et qu’il se conforme,
Au silence des oiseaux
Dans leurs maisons de roseaux !
 
      Car si l’enfant pleure,
      On entendra l’heure,
Tinter partout qu’un enfant,
A fait ce que Dieu défend !
 
      L’écho de la rue,
      Au bruit accourue,
Quand l’heure aura soupiré
Dira : L’enfant a pleuré !
 
      Et sa tendre mère,
      Dans sa nuit amère,
Pour son ingrat nourrisson,
Ne saura plus de chanson !
 
      S’il brame, s’il crie,
      Par l’aube en furie,
Ce cher agneau révolté,
Sera peut-être emporté !
 
      Un si petit être,
      Par le toit peut-être,
Tout en criant, s’en ira,
Et jamais ne reviendra !
 
      Qu’il rôde en ce monde,
      Sans qu’on lui réponde ;
Jamais l’enfant que je dis,
Ne verra mon paradis !
 
      Oui ! mais s’il est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

Εustоrg dе Βеаuliеu

Du Βеllау

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quе fеrаi-је, Μоrеl ? Dis-mоi, si tu l’еntеnds...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Ô mаl nоn mаl qui dоuсеmеnt m’оpprеssеs !...» (Gоulаrt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе