Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


L’Enfant et le Pauvre


 
Mère ! faut-il donner quand le pauvre est bien laid ?
Qu’il ne fait pas sa barbe et qu’elle est toute noire,
        Et qu’il ne dit pas s’il vous plaît !
Faut-il donner ?
                                — Enfant ! tu n’as pas de mémoire :
Le pauvre qui demande est l’envoyé de Dieu ;
Qu’importe s’il a fait sa barbe et sa parure ;
Il est beau du malheur écrit sur sa figure,
C’est là son passeport trop lisible en tout lieu !
— Mais s’il est malhonnête ?
                                                      — Il ne l’est pas s’il pleure ;
            Si son regard te dit : J’ai faim !
Veux-tu qu’il se prosterne en te tendant la main ?
C’est l’envoyé de Dieu, je l’ai dit tout à l’heure ;
Que ses lambeaux sacrés ne te fassent pas peur ;
Il vient sonder ton âme avec son infortune :
Le mépris pour le pauvre est la seule laideur
          Qui m’épouvante et m’importune.
          Dieu sur toi lui donne un pouvoir
          Bien au-dessus de la parole !
          Le jour où l’enfant le console,
          Par une colombe qui vole,
          Dieu le sait bien avant le soir !
          Dieu qui dit aux heureux du monde :
          « Donnez pour qu’il vous soit remis ;
          Et si votre voie est profonde,
          Pour que partout on vous réponde,
          Prenez les pauvres pour amis ! »
Juge quand un enfant donne ses fraîches larmes
À ce scruteur du monde et qu’il lui dit : « Bonjour ! »
Du ciel, dont il a soif, il lui rend le séjour ;
D’une eau qui désaltère il baigne ses alarmes ;
Qui donne n’a pas peur !
                                                  — Mère ! si j’étais roi,
Mes pauvres aux passants ne feraient point d’effroi
Ils n’auraient jamais faim, de cette faim qui pleure,
Et la colombe à Dieu l’irait dire à toute heure :
Ils n’auraient pas l’hiver un âtre sans charbon,
Des jours sans aliments et des soirs sans lumières ;
Je leur ferais du feu dans de belles chaumières,
          Et des habits qui sentent bon !
 
— Cher petit perroquet ! comme tu parles vide !
Ton roi, c’est Dieu ; la terre est sa grande maison ;
Il observe d’en haut si le plus fort, avide,
Ne prend pas au semeur le blé de sa moisson :
Un jour il pèse, il juge ! Autour de sa balance,
Les semeurs dépouillés se rangent en silence ;
Chaque homme a recouvré le grain qu’il a perdu,
          Et le plus fort est confondu.
N’ai-je pas lu cela dans tes leçons apprises ?
— Mère ! ne gronde pas ! va ! j’ai donné mon pain
          Et la moitié de mes cerises.
— Viens donc que je te baise ! Alors sur ton chemin
N’as-tu pas vu monter des ailes de colombe ?...
Toi, si peu, tu soutiens un homme qui succombe !
— J’ai dit bonjour !
                                    — Tu fais ce que nous avons lu :
Dieu dit : « puisez l’aumône à votre superflu. »
— Du superflu, ma mère, en ai-je ?
                                                                    — C’est possible.
Voisin de l’indigence on se sent riche. Hélas !
Le superflu, tu vois, c’est pour l’être sensible
          Tout ce que les pauvres n’ont pas !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lе Fléаu

Βоissiеr : «Jе suis lе fоu du rоi, lе fоu соstumé d’оr...»

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : L’ânе étаit pеtit

Rоnsаrd : «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...»

Sаtiе : Lе Саrnаvаl

Βussу : Μésеrу

Сrоs : Βеrсеusе : «Εndоrmоns-nоus, pеtit сhаt nоir...»

Βlémоnt : Βrumаirе

Rеnаrd : Lе Сосhоn

Νоuvеаu : «С’еst à lа fеmmе à bаrbе, hélаs ! qu’il еst аllé...»

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...» (Hаbеrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Εхtаsе du sоir (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

De Αdа sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе