Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


L’Enfant et le Pauvre


 
Mère ! faut-il donner quand le pauvre est bien laid ?
Qu’il ne fait pas sa barbe et qu’elle est toute noire,
        Et qu’il ne dit pas s’il vous plaît !
Faut-il donner ?
                                — Enfant ! tu n’as pas de mémoire :
Le pauvre qui demande est l’envoyé de Dieu ;
Qu’importe s’il a fait sa barbe et sa parure ;
Il est beau du malheur écrit sur sa figure,
C’est là son passeport trop lisible en tout lieu !
— Mais s’il est malhonnête ?
                                                      — Il ne l’est pas s’il pleure ;
            Si son regard te dit : J’ai faim !
Veux-tu qu’il se prosterne en te tendant la main ?
C’est l’envoyé de Dieu, je l’ai dit tout à l’heure ;
Que ses lambeaux sacrés ne te fassent pas peur ;
Il vient sonder ton âme avec son infortune :
Le mépris pour le pauvre est la seule laideur
          Qui m’épouvante et m’importune.
          Dieu sur toi lui donne un pouvoir
          Bien au-dessus de la parole !
          Le jour où l’enfant le console,
          Par une colombe qui vole,
          Dieu le sait bien avant le soir !
          Dieu qui dit aux heureux du monde :
          « Donnez pour qu’il vous soit remis ;
          Et si votre voie est profonde,
          Pour que partout on vous réponde,
          Prenez les pauvres pour amis ! »
Juge quand un enfant donne ses fraîches larmes
À ce scruteur du monde et qu’il lui dit : « Bonjour ! »
Du ciel, dont il a soif, il lui rend le séjour ;
D’une eau qui désaltère il baigne ses alarmes ;
Qui donne n’a pas peur !
                                                  — Mère ! si j’étais roi,
Mes pauvres aux passants ne feraient point d’effroi
Ils n’auraient jamais faim, de cette faim qui pleure,
Et la colombe à Dieu l’irait dire à toute heure :
Ils n’auraient pas l’hiver un âtre sans charbon,
Des jours sans aliments et des soirs sans lumières ;
Je leur ferais du feu dans de belles chaumières,
          Et des habits qui sentent bon !
 
— Cher petit perroquet ! comme tu parles vide !
Ton roi, c’est Dieu ; la terre est sa grande maison ;
Il observe d’en haut si le plus fort, avide,
Ne prend pas au semeur le blé de sa moisson :
Un jour il pèse, il juge ! Autour de sa balance,
Les semeurs dépouillés se rangent en silence ;
Chaque homme a recouvré le grain qu’il a perdu,
          Et le plus fort est confondu.
N’ai-je pas lu cela dans tes leçons apprises ?
— Mère ! ne gronde pas ! va ! j’ai donné mon pain
          Et la moitié de mes cerises.
— Viens donc que je te baise ! Alors sur ton chemin
N’as-tu pas vu monter des ailes de colombe ?...
Toi, si peu, tu soutiens un homme qui succombe !
— J’ai dit bonjour !
                                    — Tu fais ce que nous avons lu :
Dieu dit : « puisez l’aumône à votre superflu. »
— Du superflu, ma mère, en ai-je ?
                                                                    — C’est possible.
Voisin de l’indigence on se sent riche. Hélas !
Le superflu, tu vois, c’est pour l’être sensible
          Tout ce que les pauvres n’ont pas !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τristаn L’Hеrmitе : Lе Ρrоmеnоir dеs dеuх аmаnts

Hеrеdiа

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Épiсеriеs (Μusеlli)

De Сосhоnfuсius sur Viеrgе dаmnéе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Sаint-Сlоud (Lаfоrguе)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе