Marceline Desbordes-Valmore


L’Enfant et le Pauvre


 
Mère ! faut-il donner quand le pauvre est bien laid ?
Qu’il ne fait pas sa barbe et qu’elle est toute noire,
        Et qu’il ne dit pas s’il vous plaît !
Faut-il donner ?
                                — Enfant ! tu n’as pas de mémoire :
Le pauvre qui demande est l’envoyé de Dieu ;
Qu’importe s’il a fait sa barbe et sa parure ;
Il est beau du malheur écrit sur sa figure,
C’est là son passeport trop lisible en tout lieu !
— Mais s’il est malhonnête ?
                                                      — Il ne l’est pas s’il pleure ;
            Si son regard te dit : J’ai faim !
Veux-tu qu’il se prosterne en te tendant la main ?
C’est l’envoyé de Dieu, je l’ai dit tout à l’heure ;
Que ses lambeaux sacrés ne te fassent pas peur ;
Il vient sonder ton âme avec son infortune :
Le mépris pour le pauvre est la seule laideur
          Qui m’épouvante et m’importune.
          Dieu sur toi lui donne un pouvoir
          Bien au-dessus de la parole !
          Le jour où l’enfant le console,
          Par une colombe qui vole,
          Dieu le sait bien avant le soir !
          Dieu qui dit aux heureux du monde :
          « Donnez pour qu’il vous soit remis ;
          Et si votre voie est profonde,
          Pour que partout on vous réponde,
          Prenez les pauvres pour amis ! »
Juge quand un enfant donne ses fraîches larmes
À ce scruteur du monde et qu’il lui dit : « Bonjour ! »
Du ciel, dont il a soif, il lui rend le séjour ;
D’une eau qui désaltère il baigne ses alarmes ;
Qui donne n’a pas peur !
                                                  — Mère ! si j’étais roi,
Mes pauvres aux passants ne feraient point d’effroi
Ils n’auraient jamais faim, de cette faim qui pleure,
Et la colombe à Dieu l’irait dire à toute heure :
Ils n’auraient pas l’hiver un âtre sans charbon,
Des jours sans aliments et des soirs sans lumières ;
Je leur ferais du feu dans de belles chaumières,
          Et des habits qui sentent bon !
 
— Cher petit perroquet ! comme tu parles vide !
Ton roi, c’est Dieu ; la terre est sa grande maison ;
Il observe d’en haut si le plus fort, avide,
Ne prend pas au semeur le blé de sa moisson :
Un jour il pèse, il juge ! Autour de sa balance,
Les semeurs dépouillés se rangent en silence ;
Chaque homme a recouvré le grain qu’il a perdu,
          Et le plus fort est confondu.
N’ai-je pas lu cela dans tes leçons apprises ?
— Mère ! ne gronde pas ! va ! j’ai donné mon pain
          Et la moitié de mes cerises.
— Viens donc que je te baise ! Alors sur ton chemin
N’as-tu pas vu monter des ailes de colombe ?...
Toi, si peu, tu soutiens un homme qui succombe !
— J’ai dit bonjour !
                                    — Tu fais ce que nous avons lu :
Dieu dit : « puisez l’aumône à votre superflu. »
— Du superflu, ma mère, en ai-je ?
                                                                    — C’est possible.
Voisin de l’indigence on se sent riche. Hélas !
Le superflu, tu vois, c’est pour l’être sensible
          Tout ce que les pauvres n’ont pas !
 

Pauvres fleurs, 1839

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Rоllinаt : Lе Dоutе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’Hеurе (Duсhоsаl)

De Сосhоnfuсius sur «Νоn аutrеmеnt quе lа Ρrêtrеssе fоllе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «L’еnfаnt qui rаmаssа lеs bаllеs...» (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lе Μétinguе du Μétrоpоlitаin (Μас-Νаb)

De Сосhоnfuсius sur «Сhеf, éсоlе dеs аrts, lе séјоur dе sсiеnсе...» (Rоnsаrd)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе