Paul Desforges-Maillard


Le Tabac


 

             
Ode


Des ennuis accablants, de la morne tristesse,
              Ô tabac, l’unique enchanteur !
Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,
              Ô tabac, la source et l’auteur !
 
Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,
              Dans les chagrins il est plongé :
De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,
              S’il n’était par toi soulagé.
 
En diverses façons on connaît ton mérite ;
              Il est d’un prix toujours nouveau.
Tu fais à flots aisés s’écouler la pituite,
              Et tu dégages le cerveau.
 
L’esprit, quand au travail sa force est languissante,
              Par ta poudre est ressuscité.
Ton odeur évertue une âme croupissante
              Dans une molle oisiveté.
 
Le sang est étanché, la blessure est guérie,
              Quand on t’applique sur le mal ;
Dans leurs climats féconds, le Pérou, l’Assyrie
              N’ont point de baume au tien égal.
 
Tu joins presque toujours l’agréable à l’utile.
              Que j’aime, en ton étroit foyer,
Du bout d’un long tuyau mettre en cendre ma bile,
              Et dans les airs la renvoyer !
 
Aussitôt dans un cœur la tempête est calmée.
              Mon âme avec ravissement
S’occupe à voir sortir de la pipe allumée
              Un petit nuage fumant.
 
Tes charmants tourbillons dans la tête échauffée,
              Font glisser l’appât du repos ;
Et volant après toi, le docile Morphée
              Sème tes traces de pavots.
 
Cupidon, d’un fumeur, à ses chaînes honteuses
              N’attache guère le destin.
Tu n’as, divin tabac, dans tes fêtes joyeuses,
              D’autre compagnon que le vin.
 
La mourante vieillesse est par toi rajeunie
              Mieux que par les médicaments,
Ta vertu merveilleuse, en prolongeant la vie,
              Répare les tempéraments.
 
À ton propice aspect les vapeurs de la peste
              Cessent d’infecter les maisons :
Ton odeur salutaire est une odeur funeste
              À ses tristes exhalaisons.
 
Celui qui le premier nous apprit ton usage,
              Est digne du nectar des dieux :
À nos neveux transmis, son bienfait d’âge en âge
              Doit rendre son nom précieux.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе