Paul Desforges-Maillard


Le Tabac


 

             
Ode


Des ennuis accablants, de la morne tristesse,
              Ô tabac, l’unique enchanteur !
Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,
              Ô tabac, la source et l’auteur !
 
Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,
              Dans les chagrins il est plongé :
De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,
              S’il n’était par toi soulagé.
 
En diverses façons on connaît ton mérite ;
              Il est d’un prix toujours nouveau.
Tu fais à flots aisés s’écouler la pituite,
              Et tu dégages le cerveau.
 
L’esprit, quand au travail sa force est languissante,
              Par ta poudre est ressuscité.
Ton odeur évertue une âme croupissante
              Dans une molle oisiveté.
 
Le sang est étanché, la blessure est guérie,
              Quand on t’applique sur le mal ;
Dans leurs climats féconds, le Pérou, l’Assyrie
              N’ont point de baume au tien égal.
 
Tu joins presque toujours l’agréable à l’utile.
              Que j’aime, en ton étroit foyer,
Du bout d’un long tuyau mettre en cendre ma bile,
              Et dans les airs la renvoyer !
 
Aussitôt dans un cœur la tempête est calmée.
              Mon âme avec ravissement
S’occupe à voir sortir de la pipe allumée
              Un petit nuage fumant.
 
Tes charmants tourbillons dans la tête échauffée,
              Font glisser l’appât du repos ;
Et volant après toi, le docile Morphée
              Sème tes traces de pavots.
 
Cupidon, d’un fumeur, à ses chaînes honteuses
              N’attache guère le destin.
Tu n’as, divin tabac, dans tes fêtes joyeuses,
              D’autre compagnon que le vin.
 
La mourante vieillesse est par toi rajeunie
              Mieux que par les médicaments,
Ta vertu merveilleuse, en prolongeant la vie,
              Répare les tempéraments.
 
À ton propice aspect les vapeurs de la peste
              Cessent d’infecter les maisons :
Ton odeur salutaire est une odeur funeste
              À ses tristes exhalaisons.
 
Celui qui le premier nous apprit ton usage,
              Est digne du nectar des dieux :
À nos neveux transmis, son bienfait d’âge en âge
              Doit rendre son nom précieux.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin pеrdu (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Ρеtitеs bоuсhеs (Αutrаn)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе