Paul Desforges-Maillard


Le Tabac


 

             
Ode


Des ennuis accablants, de la morne tristesse,
              Ô tabac, l’unique enchanteur !
Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,
              Ô tabac, la source et l’auteur !
 
Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,
              Dans les chagrins il est plongé :
De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,
              S’il n’était par toi soulagé.
 
En diverses façons on connaît ton mérite ;
              Il est d’un prix toujours nouveau.
Tu fais à flots aisés s’écouler la pituite,
              Et tu dégages le cerveau.
 
L’esprit, quand au travail sa force est languissante,
              Par ta poudre est ressuscité.
Ton odeur évertue une âme croupissante
              Dans une molle oisiveté.
 
Le sang est étanché, la blessure est guérie,
              Quand on t’applique sur le mal ;
Dans leurs climats féconds, le Pérou, l’Assyrie
              N’ont point de baume au tien égal.
 
Tu joins presque toujours l’agréable à l’utile.
              Que j’aime, en ton étroit foyer,
Du bout d’un long tuyau mettre en cendre ma bile,
              Et dans les airs la renvoyer !
 
Aussitôt dans un cœur la tempête est calmée.
              Mon âme avec ravissement
S’occupe à voir sortir de la pipe allumée
              Un petit nuage fumant.
 
Tes charmants tourbillons dans la tête échauffée,
              Font glisser l’appât du repos ;
Et volant après toi, le docile Morphée
              Sème tes traces de pavots.
 
Cupidon, d’un fumeur, à ses chaînes honteuses
              N’attache guère le destin.
Tu n’as, divin tabac, dans tes fêtes joyeuses,
              D’autre compagnon que le vin.
 
La mourante vieillesse est par toi rajeunie
              Mieux que par les médicaments,
Ta vertu merveilleuse, en prolongeant la vie,
              Répare les tempéraments.
 
À ton propice aspect les vapeurs de la peste
              Cessent d’infecter les maisons :
Ton odeur salutaire est une odeur funeste
              À ses tristes exhalaisons.
 
Celui qui le premier nous apprit ton usage,
              Est digne du nectar des dieux :
À nos neveux transmis, son bienfait d’âge en âge
              Doit rendre son nom précieux.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Lа Μusérаntе sur «Ν’еst-се pаs еn vоtrе présеnсе...» (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lа Соnquе (Hеrеdiа)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе