Antoinette Deshoulières


Ballade des ’Amants à caution’


 
À caution tous amants sont sujets,
Cette maxime en ma tête est écrite :
Point n’ai de foi pour leurs tourments secrets,
Point auprès d’eux n’ai besoin d’eau bénite ;
Dans cœur humain probité plus n’habite.
Trop bien encore a-t-on les mêmes dits
Qu’avant qu’astuce au monde fût venue :
Mais pour d’effets, la mode en est perdue,
On n’aime plus comme on aimait jadis.
 
Riches atours, table, nombreux valets,
Font aujourd’hui les trois quarts du mérite.
Si des amants soumis, contents, discrets,
Il est encor, la troupe en est petite.
Amour d’un mois est amour décrépite.
Amours brutaux sont les plus applaudis.
Soupirs et pleurs feraient passer pour grue.
Faveur est dite aussitôt qu’obtenue.
On n’aime plus comme on aimait jadis.
 
Jeunes beautés en vain tendent filets :
Les jouvenceaux, cette engeance maudite,
Font bande à part, près des plus doux objets ;
D’être indolent chacun se félicite.
Nul en amour ne daigne être hypocrite ;
Ou si parfois un de ces étourdis
À quelques soins s’abaisse et s’habitue,
Don de merci seul il n’a pas en vue :
On n’aime plus comme on aimait jadis.
 
Tous jeunes cœurs se trouvent ainsi faits.
Telle denrée aux folles se débite.
Cœurs de barbons sont un peu moins coquets.
Quand il fut vieux le diable fut ermite,
Mais rien chez eux à tendresse n’invite.
Par maints hivers désirs sont refroidis.
Par maux fréquents humeur devient bourrue.
Quand une fois on a tête chenue ;
On n’aime plus comme on aimait jadis.
 
                            Envoi
 
Fils de Vénus, songe à tes intérêts,
Je vois changer l’encens en camouflets ;
Tout est perdu si ce train continue.
Ramène-nous le siècle d’Amadis.
Il t’est honteux qu’en cour d’attraits pourvue,
Où politesse au comble est parvenue,
On n’aime plus comme on aimait jadis.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Βаbу (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе