Antoinette Deshoulières


Caprice


 
Vers les bords d’un ruisseau dont l’onde vive et pure
Des arbres d’alentour entretient la verdure,
Iris dont les chansons, Iris dont les appâts,
Ont fait voler le nom de contrée en contrée
          D’un profond ennui pénétrée
          Conduisait lentement ses pas
Ni le naissant émail d’une jeune prairie,
          Ni le doux murmure des eaux,
          Ni le tendre chant des oiseaux
          Ne dissipait sa rêverie.
          — Enfin, s’écria-t-elle, amour,
          Tu ne fais plus couler mes larmes.
Je ne soupire plus, je ne sens plus d’alarmes ;
    Tranquillité, vous êtes de retour.
Mais que dans ce bonheur je trouve peu de charmes.
En perdant mes transports, mes craintes, mes désirs,
Hélas, que j’ai perdu de biens et de plaisirs !
Ah, le repos n’est pas aussi doux qu’on le pense !
Rien, dans ce triste état, n’occupe ni ne plaît.
          On fait tout avec nonchalance ;
L’amour vaut cent fois mieux, tout dangereux qu’il est ;
À d’agréables maux son caprice nous livre ;
On n’a point avec lui d’inutiles moments ;
          Tout est plaisir pour les amants.
À sa tendresse, hélas ! pourquoi faut-il survivre ?
Peut-on s’accoutumer à ne sentir plus rien ?
Et Pour les cœurs enfin le calme est-il un bien ?
Non non, reviens, amour, chasse par ta présence
Cet ennuyeux loisir qui suit l’indifférence :
Rassemble tous tes feux pour rallumer le mien.
Hélas, tu ne viens point ! Vainement je t’appelle.
          Que mon aventure est cruelle !
          Malgré moi tu sus m’enflammer,
    Et quand je veux que mon feu renouvelle,
          Tu ne veux pas le rallumer.
Que t’aurait-il coûté de me soumettre encore ?
          Pourquoi refuses-tu mes vœux ?
Tes plaisirs ne sont point le secours que j’implore ;
Je ne demande pas de ces destins heureux
Que l’on désire tant, que tu fais quand tu veux.
À toutes tes rigueurs je suis accoutumée.
La haine de l’ingrat qui m’avait su charmer
Me défend de prétendre au plaisir d’être aimée ;
          Je ne veux que celui d’aimer.
Qu’à s’alarmer, hélas, mon esprit est facile !
Qu’est-ce qui me fait voir que mes fers sont rompus ?
          Qui m’a dit que je suis tranquille ?
Souhaiter de l’amour est-ce n’en avoir plus ?
Que de confus transports et que d’incertitude,
          Mais mon destin n’est plus douteux.
Je vois ce beau berger, ce berger orgueilleux
Pour qui seul j’ai senti tout ce qu’a de plus rude
          Un amour tendre et malheureux.
          Ah ! je sens renaître à sa vue
Ces tourments qui faisaient mes plus ardents souhaits !
Le trouble se répand dans mon âme éperdue ;
Je te rends grâce, amour, j’aime plus que jamais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Саnt vоi l’аubе du јоur vеnir...» (Βrulé)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе