Antoinette Deshoulières


Caprice


 
Vers les bords d’un ruisseau dont l’onde vive et pure
Des arbres d’alentour entretient la verdure,
Iris dont les chansons, Iris dont les appâts,
Ont fait voler le nom de contrée en contrée
          D’un profond ennui pénétrée
          Conduisait lentement ses pas
Ni le naissant émail d’une jeune prairie,
          Ni le doux murmure des eaux,
          Ni le tendre chant des oiseaux
          Ne dissipait sa rêverie.
          — Enfin, s’écria-t-elle, amour,
          Tu ne fais plus couler mes larmes.
Je ne soupire plus, je ne sens plus d’alarmes ;
    Tranquillité, vous êtes de retour.
Mais que dans ce bonheur je trouve peu de charmes.
En perdant mes transports, mes craintes, mes désirs,
Hélas, que j’ai perdu de biens et de plaisirs !
Ah, le repos n’est pas aussi doux qu’on le pense !
Rien, dans ce triste état, n’occupe ni ne plaît.
          On fait tout avec nonchalance ;
L’amour vaut cent fois mieux, tout dangereux qu’il est ;
À d’agréables maux son caprice nous livre ;
On n’a point avec lui d’inutiles moments ;
          Tout est plaisir pour les amants.
À sa tendresse, hélas ! pourquoi faut-il survivre ?
Peut-on s’accoutumer à ne sentir plus rien ?
Et Pour les cœurs enfin le calme est-il un bien ?
Non non, reviens, amour, chasse par ta présence
Cet ennuyeux loisir qui suit l’indifférence :
Rassemble tous tes feux pour rallumer le mien.
Hélas, tu ne viens point ! Vainement je t’appelle.
          Que mon aventure est cruelle !
          Malgré moi tu sus m’enflammer,
    Et quand je veux que mon feu renouvelle,
          Tu ne veux pas le rallumer.
Que t’aurait-il coûté de me soumettre encore ?
          Pourquoi refuses-tu mes vœux ?
Tes plaisirs ne sont point le secours que j’implore ;
Je ne demande pas de ces destins heureux
Que l’on désire tant, que tu fais quand tu veux.
À toutes tes rigueurs je suis accoutumée.
La haine de l’ingrat qui m’avait su charmer
Me défend de prétendre au plaisir d’être aimée ;
          Je ne veux que celui d’aimer.
Qu’à s’alarmer, hélas, mon esprit est facile !
Qu’est-ce qui me fait voir que mes fers sont rompus ?
          Qui m’a dit que je suis tranquille ?
Souhaiter de l’amour est-ce n’en avoir plus ?
Que de confus transports et que d’incertitude,
          Mais mon destin n’est plus douteux.
Je vois ce beau berger, ce berger orgueilleux
Pour qui seul j’ai senti tout ce qu’a de plus rude
          Un amour tendre et malheureux.
          Ah ! je sens renaître à sa vue
Ces tourments qui faisaient mes plus ardents souhaits !
Le trouble se répand dans mon âme éperdue ;
Je te rends grâce, amour, j’aime plus que jamais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаrtаs : «Jе tе sаluе, ô Τеrrе...»

Vаlоis : «Νоs dеuх соrps sоnt еn tоi...»

Gоmbаud : «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...»

Rоllinаt : Lеs Étоilеs blеuеs

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lоuÿs : Svbsсiptvm tvmvmо iоаnnis sесvndi

Βuttеt : «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...»

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μоn pèrе m’а lоuéе...»

Сеndrаrs : L’Οisеаu blеu

Μаuсlаir : «Jе nе sаis pоurquоi...»

Viviеn : Lа Dоuvе

Gréсоurt : Lе Rаt еt lа Ρuсе

Glаtignу : Ρrоmеnаdеs d’Hivеr

Vеrlаinе : Lе Sоnnеt dе l’Hоmmе аu Sаblе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Sаintе-Βеuvе : «Dаns се саbriоlеt dе plасе ј’ехаminе...»

Τаilhаdе : Quinzе сеntimеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Hа, quе tа Lоi fut bоnnе, еt dignе d’êtrе аpprisе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sеmpеr Εаdеm (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur «Ιсi dе millе fаrds lа trаïsоn sе déguisе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Νi vоir flаmbеr аu pоint du јоur lеs rоsеs...» (Rоnsаrd)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

De Сurаrе_ sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur Lе Μusiсiеn dе Sаint-Μеrrу (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur «Αh trаîtrе Αmоur, dоnnе-mоi pаiх оu trêvе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Сhristiаn sur Lа Сhаpеllе аbаndоnnéе (Fоrt)

De Huаliаn sur Lа prеmièrе fоis. (Τоulеt)

De Βеrgаud Α sur Lеs Gеnêts (Fаbié)

De Jаdis sur Lе Rоi dе Τhulé (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Τоut n’еst plеin iсi-bаs quе dе vаinе аppаrеnсе...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De Jеаn Luс ΡRΟFFΙΤ sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Βоb dit l’ânе sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе