Antoinette Deshoulières


Caprice


 
Vers les bords d’un ruisseau dont l’onde vive et pure
Des arbres d’alentour entretient la verdure,
Iris dont les chansons, Iris dont les appâts,
Ont fait voler le nom de contrée en contrée
          D’un profond ennui pénétrée
          Conduisait lentement ses pas
Ni le naissant émail d’une jeune prairie,
          Ni le doux murmure des eaux,
          Ni le tendre chant des oiseaux
          Ne dissipait sa rêverie.
          — Enfin, s’écria-t-elle, amour,
          Tu ne fais plus couler mes larmes.
Je ne soupire plus, je ne sens plus d’alarmes ;
    Tranquillité, vous êtes de retour.
Mais que dans ce bonheur je trouve peu de charmes.
En perdant mes transports, mes craintes, mes désirs,
Hélas, que j’ai perdu de biens et de plaisirs !
Ah, le repos n’est pas aussi doux qu’on le pense !
Rien, dans ce triste état, n’occupe ni ne plaît.
          On fait tout avec nonchalance ;
L’amour vaut cent fois mieux, tout dangereux qu’il est ;
À d’agréables maux son caprice nous livre ;
On n’a point avec lui d’inutiles moments ;
          Tout est plaisir pour les amants.
À sa tendresse, hélas ! pourquoi faut-il survivre ?
Peut-on s’accoutumer à ne sentir plus rien ?
Et Pour les cœurs enfin le calme est-il un bien ?
Non non, reviens, amour, chasse par ta présence
Cet ennuyeux loisir qui suit l’indifférence :
Rassemble tous tes feux pour rallumer le mien.
Hélas, tu ne viens point ! Vainement je t’appelle.
          Que mon aventure est cruelle !
          Malgré moi tu sus m’enflammer,
    Et quand je veux que mon feu renouvelle,
          Tu ne veux pas le rallumer.
Que t’aurait-il coûté de me soumettre encore ?
          Pourquoi refuses-tu mes vœux ?
Tes plaisirs ne sont point le secours que j’implore ;
Je ne demande pas de ces destins heureux
Que l’on désire tant, que tu fais quand tu veux.
À toutes tes rigueurs je suis accoutumée.
La haine de l’ingrat qui m’avait su charmer
Me défend de prétendre au plaisir d’être aimée ;
          Je ne veux que celui d’aimer.
Qu’à s’alarmer, hélas, mon esprit est facile !
Qu’est-ce qui me fait voir que mes fers sont rompus ?
          Qui m’a dit que je suis tranquille ?
Souhaiter de l’amour est-ce n’en avoir plus ?
Que de confus transports et que d’incertitude,
          Mais mon destin n’est plus douteux.
Je vois ce beau berger, ce berger orgueilleux
Pour qui seul j’ai senti tout ce qu’a de plus rude
          Un amour tendre et malheureux.
          Ah ! je sens renaître à sa vue
Ces tourments qui faisaient mes plus ardents souhaits !
Le trouble se répand dans mon âme éperdue ;
Je te rends grâce, amour, j’aime plus que jamais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе