Antoinette Deshoulières


Caprice


 
Vers les bords d’un ruisseau dont l’onde vive et pure
Des arbres d’alentour entretient la verdure,
Iris dont les chansons, Iris dont les appâts,
Ont fait voler le nom de contrée en contrée
          D’un profond ennui pénétrée
          Conduisait lentement ses pas
Ni le naissant émail d’une jeune prairie,
          Ni le doux murmure des eaux,
          Ni le tendre chant des oiseaux
          Ne dissipait sa rêverie.
          — Enfin, s’écria-t-elle, amour,
          Tu ne fais plus couler mes larmes.
Je ne soupire plus, je ne sens plus d’alarmes ;
    Tranquillité, vous êtes de retour.
Mais que dans ce bonheur je trouve peu de charmes.
En perdant mes transports, mes craintes, mes désirs,
Hélas, que j’ai perdu de biens et de plaisirs !
Ah, le repos n’est pas aussi doux qu’on le pense !
Rien, dans ce triste état, n’occupe ni ne plaît.
          On fait tout avec nonchalance ;
L’amour vaut cent fois mieux, tout dangereux qu’il est ;
À d’agréables maux son caprice nous livre ;
On n’a point avec lui d’inutiles moments ;
          Tout est plaisir pour les amants.
À sa tendresse, hélas ! pourquoi faut-il survivre ?
Peut-on s’accoutumer à ne sentir plus rien ?
Et Pour les cœurs enfin le calme est-il un bien ?
Non non, reviens, amour, chasse par ta présence
Cet ennuyeux loisir qui suit l’indifférence :
Rassemble tous tes feux pour rallumer le mien.
Hélas, tu ne viens point ! Vainement je t’appelle.
          Que mon aventure est cruelle !
          Malgré moi tu sus m’enflammer,
    Et quand je veux que mon feu renouvelle,
          Tu ne veux pas le rallumer.
Que t’aurait-il coûté de me soumettre encore ?
          Pourquoi refuses-tu mes vœux ?
Tes plaisirs ne sont point le secours que j’implore ;
Je ne demande pas de ces destins heureux
Que l’on désire tant, que tu fais quand tu veux.
À toutes tes rigueurs je suis accoutumée.
La haine de l’ingrat qui m’avait su charmer
Me défend de prétendre au plaisir d’être aimée ;
          Je ne veux que celui d’aimer.
Qu’à s’alarmer, hélas, mon esprit est facile !
Qu’est-ce qui me fait voir que mes fers sont rompus ?
          Qui m’a dit que je suis tranquille ?
Souhaiter de l’amour est-ce n’en avoir plus ?
Que de confus transports et que d’incertitude,
          Mais mon destin n’est plus douteux.
Je vois ce beau berger, ce berger orgueilleux
Pour qui seul j’ai senti tout ce qu’a de plus rude
          Un amour tendre et malheureux.
          Ah ! je sens renaître à sa vue
Ces tourments qui faisaient mes plus ardents souhaits !
Le trouble se répand dans mon âme éperdue ;
Je te rends grâce, amour, j’aime plus que jamais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Jаdis sur À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе (Сhаrlеvаl)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе