Antoinette Deshoulières


Idylle


 
                Tombeau dont la vue empoisonne
                Les plus agréables plaisirs,
Confond l’orgueil humain, et toutefois ne donne
Ni frein aux passions, ni bornes aux désirs.
Le cœur débarrassé de ces vives alarmes
                Que cause le plus tendre amant,
Je venais dans ce bois rêver tranquillement.
De son ombrage, hélas ! que tu gâtes les charmes !
Près de toi, quelque loin qu’on porte l’enjouement,
                Rêve-t-on agréablement ?
Quelle réflexion accablante, importune,
Fait-on, lorsque sur toi l’on porte ses regards ?
La mort, par une route au vulgaire commune,
A conduit dans ton sein un homme tel que Mars,
                Et tel que le dieu des beaux arts,
Qui jamais n’éleva d’autels à la fortune,
Et qui pour le mérite eut toujours des égards.
                Ailleurs tu caches aux cœurs tendres
Les restes précieux, les adorables cendres
D’un objet que les soins, ni les ardents souhaits,
                Ni les appas, ni la jeunesse,
                Ne purent garantir des traits
                Que lance la sourde déesse.
Dans cette affreuse nuit dont on ne sort jamais,
Combien renfermes-tu de dépouilles mortelles
De héros, de savants, de monarques, de belles ?
Abîme où tout se perd, si ce n’est que pour toi
Que nous fait voir le jour la nature inhumaine,
Que d’inutiles soins ! que d’abus ! Et pourquoi,
Pour orner un tombeau, se donner tant de peine ?
Pourquoi, pour arriver aux brillantes grandeurs,
Être dévot par mode, et flatteur par bassesse ?
                Par une criminelle adresse
Pourquoi des mécontents faut-il sonder les cœurs,
Et suivre un heureux fat qu’un ministre caresse ?
                Vous coûtez trop, tristes honneurs.
Et vous disparaissez avec trop de vitesse,
                Pour avoir des adorateurs.
                Insatiable et dur avare,
Qui, par la faim, la soif, fais souffrir a ton corps
                Tout ce que l’enfer te prépare,
Que te sert de te rendre à toi-même barbare ?
                Emporteras-tu tes trésors ?
Et vous, jeunes amants dont la tendresse extrême
                Semble vous faire un sort heureux,
Ah ! pourquoi cédiez-vous à ce pouvoir suprême,
                Beaucoup moins doux que dangereux ?
Hélas ! il faut quitter trop tôt ce que l’on aime ;
Le moins d’attachement est toujours le meilleur.
                Lorsque l’heure fatale sonne,
                On souffre moins par la douleur
                Que parce qu’il faut que le cœur
                Dans ce triste état abandonne.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Νоаillеs : Lеs Ρlаintеs d’Αriаnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lе Сеrf mаlаdе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Соntе simplе (Сосtеаu)

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе