Antoinette Deshoulières


Idylle


 
                Tombeau dont la vue empoisonne
                Les plus agréables plaisirs,
Confond l’orgueil humain, et toutefois ne donne
Ni frein aux passions, ni bornes aux désirs.
Le cœur débarrassé de ces vives alarmes
                Que cause le plus tendre amant,
Je venais dans ce bois rêver tranquillement.
De son ombrage, hélas ! que tu gâtes les charmes !
Près de toi, quelque loin qu’on porte l’enjouement,
                Rêve-t-on agréablement ?
Quelle réflexion accablante, importune,
Fait-on, lorsque sur toi l’on porte ses regards ?
La mort, par une route au vulgaire commune,
A conduit dans ton sein un homme tel que Mars,
                Et tel que le dieu des beaux arts,
Qui jamais n’éleva d’autels à la fortune,
Et qui pour le mérite eut toujours des égards.
                Ailleurs tu caches aux cœurs tendres
Les restes précieux, les adorables cendres
D’un objet que les soins, ni les ardents souhaits,
                Ni les appas, ni la jeunesse,
                Ne purent garantir des traits
                Que lance la sourde déesse.
Dans cette affreuse nuit dont on ne sort jamais,
Combien renfermes-tu de dépouilles mortelles
De héros, de savants, de monarques, de belles ?
Abîme où tout se perd, si ce n’est que pour toi
Que nous fait voir le jour la nature inhumaine,
Que d’inutiles soins ! que d’abus ! Et pourquoi,
Pour orner un tombeau, se donner tant de peine ?
Pourquoi, pour arriver aux brillantes grandeurs,
Être dévot par mode, et flatteur par bassesse ?
                Par une criminelle adresse
Pourquoi des mécontents faut-il sonder les cœurs,
Et suivre un heureux fat qu’un ministre caresse ?
                Vous coûtez trop, tristes honneurs.
Et vous disparaissez avec trop de vitesse,
                Pour avoir des adorateurs.
                Insatiable et dur avare,
Qui, par la faim, la soif, fais souffrir a ton corps
                Tout ce que l’enfer te prépare,
Que te sert de te rendre à toi-même barbare ?
                Emporteras-tu tes trésors ?
Et vous, jeunes amants dont la tendresse extrême
                Semble vous faire un sort heureux,
Ah ! pourquoi cédiez-vous à ce pouvoir suprême,
                Beaucoup moins doux que dangereux ?
Hélas ! il faut quitter trop tôt ce que l’on aime ;
Le moins d’attachement est toujours le meilleur.
                Lorsque l’heure fatale sonne,
                On souffre moins par la douleur
                Que parce qu’il faut que le cœur
                Dans ce triste état abandonne.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе