Antoinette Deshoulières


L’hiver

Idylle à M.... de Bellesbat


L’hiver, suivi des vents, des frimas, des orages,
De ces aimables lieux trouble l’heureuse paix.
Il a déjà ravi par de cruels outrages
          Ce que la terre avait d’attraits.
          Quelles douloureuses images
Le désordre qu’il fait imprime dans l’esprit !
Hélas, ces prés sans fleurs, ces arbres sans feuillages,
          Ces ruisseaux glacés, tout nous dit :
Le temps fera chez vous de semblables ravages !
          Comme la terre nous gardons
          Jusques au milieu de l’automne
Quelques-uns des appâts que le printemps nous donne
          L’hiver vient-il ? nous les perdons.
Pouvoir, trésors, grandeurs, n’en exemptent personne,
On se déguise en vain ces tristes vérités ;
          Les terreurs, les infirmités
De la froide vieillesse ordinaires compagnes,
Font sur nous ce que font les autans irrités
          Et la neige sur les campagnes.
          Encor, si, comme les hivers
Dépouillent les forêts de leurs feuillages verts,
L’âge nous dépouillait des passions cruelles
Plus fortes à dompter que ne le sont les flots,
          Nous goûterions un doux repos
          Qu’on ne peut trouver avec elles.
Mais nous avons beau voir détruire par le temps
La plus forte santé, les plus vifs agréments,
Nous conservons toujours nos premières faiblesses.
L’ambitieux, courbé sous le fardeau des ans,
De la fortune encor écoute les promesses ;
L’avare, en expirant, regrette moins le jour
          Que ses inutiles richesses ;
Et qui jeune a donné tout son temps à l’amour,
Un pied dans le tombeau veut encor des maîtresses :
Il reste dans l’esprit un goût pour les plaisirs,
Presqu’aussi dangereux que leur plus doux usage.
          Pour être heureux, pour être sage,
Il faut savoir donner un frein à ses désirs.
          Mieux qu’un autre, sage Timandre,
De cet illustre effort vous connaissez le prix.
Vous, en qui la nature a joint une âme tendre
          Avec un des plus beaux esprits,
Vous, qui dans la saison des grâces et des ris,
Loin d’éviter l’amour, faisiez gloire d’en prendre ;
          Et qui, par effort de raison,
Fuyez de ses plaisirs la folle inquiétude
          Avant que l’arrière-saison
Vous ait fait ressentir tout ce qu’elle a de rude.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

Riсhеpin : Lа nеigе еst bеllе

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Μоntеsquiоu-Fеzеnsас : Squаrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе