Antoinette Deshoulières

Idylles


Le Ruisseau


 
Ruisseau, nous paraissons avoir un même sort ;
D’un cours précipité nous allons l’un et l’autre,
          Vous à la mer, nous à la mort.
Mais, hélas ! que d’ailleurs je vois peu de rapport
          Entre votre course et la nôtre !
Vous vous abandonnez sans remords, sans terreur,
          À votre pente naturelle ;
Point de loi parmi vous ne la rend criminelle.
La vieillesse chez vous n’a rien qui fasse horreur :
          Près de la fin de votre course,
          Vous êtes plus fort et plus beau
          Que vous n’êtes à votre source ;
Vous retrouvez toujours quelque agrément nouveau.
          Si de ces paisibles bocages
La fraîcheur de vos eaux augmente les appas,
          Votre bienfait ne se perd pas ;
          Par de délicieux ombrages
          Ils embellissent vos rivages.
Sur un sable brillant, entre des prés fleuris,
          Coule votre onde toujours pure ;
Mille et mille poissons, dans votre sein nourris,
Ne vous attirent point de chagrins, de mépris :
Avec tant de bonheur d’où vient votre murmure ?
          Hélas ! votre sort est si doux !
          Taisez-vous, ruisseau, c’est à nous
          À nous plaindre de la nature.
De tant de passions que nourrit notre cœur,
          Apprenez qu’il n’en est pas une
Qui ne traîne après soi le trouble, la douleur,
          Le repentir ou l’infortune.
          Elles déchirent nuit et jour
          Les cœurs dont elles sont maîtresses ;
          Mais, de ces fatales faiblesses,
          La plus à craindre, c’est l’amour ;
          Ses douceurs mêmes sont cruelles.
Elles font cependant l’objet de tous les vœux ;
Tous les autres plaisirs ne touchent point sans elles.
Mais des plus forts liens le temps use les nœuds ;
          Et le cœur le plus amoureux
Devient tranquille, ou passe à des amours nouvelles.
          Ruisseau, que vous êtes heureux !
Il n’est point parmi vous de ruisseaux infidèles.
          Lorsque les ordres absolus
De l’être indépendant qui gouverne le monde
Font qu’un autre ruisseau se mêle avec votre onde,
Quand vous êtes unis, vous ne vous quittez plus.
À ce que vous voulez jamais il ne s’oppose ;
Dans votre sein il cherche à s’abîmer :
          Vous et lui jusques à la mer
          Vous n’êtes qu’une même chose.
          De toutes sortes d’unions
          Que notre vie est éloignée !
De trahisons, d’horreurs et de dissensions
          Elle est toujours accompagnée.
Qu’avez-vous mérité, ruisseau tranquille et doux,
          Pour être mieux traité que nous ?
Qu’on ne me vante point ces biens imaginaires,
          Ces prérogatives, ces droits,
Qu’inventa notre orgueil pour masquer nos misères.
C’est lui seul qui nous dit que, par un juste choix,
          Le ciel mit, en formant les hommes,
          Les autres êtres sous leurs lois.
          À ne nous point flatter, nous sommes
          Leurs tyrans plutôt que leurs rois.
          Pourquoi vous mettre à la torture,
Pourquoi vous renfermer dans cent canaux divers,
Et pourquoi renverser l’ordre de la nature
    En vous forçant à jaillir dans les airs ?
Si tout doit obéir à nos ordres suprêmes,
Si tout est fait pour nous, s’il ne faut que vouloir,
Que n’employons-nous mieux ce souverain pouvoir ?
          Que ne régnons-nous sur nous-mêmes ?
Mais, hélas ! de ses sens esclave malheureux,
          L’homme ose se dire le maître
          Des animaux, qui sont peut-être
Plus libres qu’il ne l’est, plus doux, plus généreux,
          Et dont la faiblesse a fait naître
Cet empire insolent qu’il usurpe sur eux.
          Mais que fais-je ? où va me conduire
La pitié des rigueurs dont contre eux nous usons ?
          Ai-je quelque espoir de détruire
          Des erreurs où nous nous plaisons ?
    Non, pour l’orgueil et pour les injustices
          Le cœur humain semble être fait.
Tandis qu’on se pardonne aisément tous les vices,
          On n’en peut souffrir le portrait.
          Hélas ! on n’a plus rien à craindre :
          Les vices n’ont plus de censeurs ;
Le monde n’est rempli que de lâches flatteurs :
          Savoir vivre, c’est savoir feindre.
          Ruisseau, ce n’est plus que chez vous
          Qu’on trouve encor de la franchise :
On y voit la laideur ou la beauté qu’en nous
          La bizarre nature a mise.
          Aucun défaut ne s’y déguise ;
Aux rois comme aux bergers vous les reprochez tous.
          Aussi ne consulte-t-on guère
De vos tranquilles eaux le fidèle cristal.
On évite de même un ami trop sincère :
Ce déplorable goût est le goût général.
Les leçons font rougir ; personne ne les souffre ;
Le fourbe veut paraître homme de probité.
          Enfin, dans cet horrible gouffre
          De misère et de vanité,
          Je me perds ; et plus j’envisage
La faiblesse de l’homme et sa malignité,
          Et moins de la divinité
          En lui je reconnais l’image.
Courez, ruisseau, courez, fuyez-nous ; reportez
Vos ondes dans le sein des mers dont vous sortez ;
Tandis que, pour remplir la dure destinée
          Où nous sommes assujettis,
Nous irons reporter la vie infortunée
          Que le hasard nous a donnée
Dans le sein du néant d’où nous sommes sortis.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе