Antoinette Deshoulières

Idylles


Les Moutons


 
Hélas ! petits moutons, que vous êtes heureux !
Vous paissez dans nos champs sans souci, sans alarmes,
          Aussitôt aimés qu’amoureux !
On ne vous force point à répandre des larmes ;
Vous ne formez jamais d’inutiles désirs.
Dans vos tranquilles cœurs l’amour suit la nature ;
Sans ressentir ses maux, vous avez ses plaisirs.
L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture,
          Qui font tant de maux parmi nous,
          Ne se rencontrent point chez vous.
Cependant nous avons la raison pour partage,
          Et vous en ignorez l’usage.
Innocents animaux, n’en soyez point jaloux :
          Ce n’est pas un grand avantage.
Cette fière raison, dont on fait tant de bruit,
Contre les passions n’est pas un sûr remède :
Un peu de vin la trouble, un enfant la séduit,
Et déchirer un cœur qui l’appelle à son aide
          Est tout l’effet qu’elle produit.
          Toujours impuissante et sévère,
Elle s’oppose à tout, et ne surmonte rien.
          Sous la garde de votre chien,
Vous devez beaucoup moins redouter la colère
          Des loups cruels et ravissants
Que, sous l’autorité d’une telle chimère,
          Nous ne devons craindre nos sens.
Ne vaudrait-il pas mieux vivre comme vous faites,
          Dans une douce oisiveté ?
Ne vaudrait-il pas mieux être comme vous êtes,
          Dans une heureuse obscurité,
          Que d’avoir, sans tranquillité,
          Des richesses, de la naissance,
          De l’esprit et de la beauté ?
Ces prétendus trésors, dont on fait vanité,
          Valent moins que votre indolence.
Ils nous livrent sans cesse à des soins criminels ;
          Par eux plus d’un remords nous ronge.
          Nous voulons les rendre éternels,
Sans songer qu’eux et nous passerons comme un songe.
          Il n’est, dans ce vaste univers,
          Rien d’assuré, rien de solide :
Des choses d’ici-bas la fortune décide
          Selon ses caprices divers.
          Tout l’effort de notre prudence
Ne peut nous dérober au moindre de ses coups.
Paissez, moutons, paissez sans règle et sans science :
          Malgré la trompeuse apparence,
Vous êtes plus heureux et plus sages que nous.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er mai 2016 à 16h46

D’un chien et de deux papegaults
---------------------------------------

Le chien de la maison coulait des jours heureux,
Ayant peu d’occasions de lancer une alarme ,
Rarement affamé, rarement amoureux,
D"un aimable printemps, il savourait le charme.

Soudain, il crut entendre, à son grand déplaisir,
Son maître qui disait quelques paroles dures.
S’approchant d’une porte, il écoute à loisir ;
Une autre voix répond, et ça dure, et ça dure.

Il s’en trouve perplexe. Il pénètre au salon
Pour trouver la raison de cette humeur acerbe.
Aussitôt détrompé, il se rassure : « Allons,
C’est, de deux papegaults, le ridicule verbe. »

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Lоup еt l’Αgnеаu (Lа Fоntаinе)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Kееpsаkе (Sаmаin)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе