Philippe Desportes



Épouvantable Nuit, qui tes cheveux noircis
Couvres du voile obscur des ténèbres humides
Et des antres sortant par tes couleurs livides,
De ce grand Univers les beautés obscurcis,
 
Las ! si tous les travaux par toi sont adoucis,
Au ciel, en terre, en l’air, sous les marbres liquides,
Or’ que dedans ton char le silence tu guides,
Un de tes cours entiers enchante mes soucis.
 
Je dirai que tu es du Ciel la fille aînée,
Que d’astres flamboyants ta tête est couronnée,
Que tu caches au sein les plaisirs gracieux
 
Des Amours et des jeux la ministre fidèle,
Des mortels le repos : bref tu seras si belle,
Que les plus luisants jours en seront envieux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 novembre 2015 à 11h30

Lune exotique
-----------------

La lune monte au ciel, alors qu’il est noirci,
Elle éclaire de haut la vaste plaine humide,
L’endroit marécageux où sont des fleurs livides,
Embellissant soudain l’univers obscurci.

Le monde par cet astre est vraiment adouci ;
Sa face, reflétée par l’étendue liquide,
Se montre au firmament, comme un sincère guide,
Grâce auquel les passants n’auront plus de souci.

De mille astres errants, elle est la soeur aînée,
Et du vaste cosmos, la reine couronnée,
Un plaisir pour le coeur, un régal pour les yeux.

La lune me plaît bien, car, en plus d’être belle,
Elle se montre aussi parfaitement fidèle
Et respecte le cours de l’horloge des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 mars 2017 à 13h36

Art pariétal
--------------

Le mur est très ancien, mais il n’est pas noirci ;
On n’y voit point de trous, ni de taches humides,
Ni de lierre grimpant,  ni de lichens livides,
C’est un mur rassurant, sous le ciel obscurci.

D’un portrait de sinople il se trouve adouci ;
C’est celui d’un seigneur de l’étendue liquide,
Lequel, pour tout navire, est un excellent guide
Grâce auquel les marins n’auront plus de souci.

Baleine en dit du bien, sa noble soeur aînée
Qui par Neptune fut autrefois couronnée,
Sirène l’apprécie et le couve des yeux.

Mais il aime une femme, incroyablement belle,
Qui, montrant son désir de lui rester fidèle,
Fit peindre cette image à la face des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 août 2018 à 15h24

Planète Triskell
-----------

La planète survit près d’un soleil noirci ;
On y voit des déserts et des zones humides,
Des primates malins,  des acariens livides
Et des sylphes dansant sous le ciel obscurci.

Vastes sont les étangs, l’air en est adouci ;
Les poissons parcourant ces étendues liquides
Aux plongeurs tout un jour peuvent servir de guides,
Le pourboire avec eux n’est jamais un souci.

La planète Triskell n’a pas de soeur aînée,
Reine de son système elle fut couronnée,
Par ses propres vivants : il est vrai qu’à leurs yeux

On ne trouvera pas une terre plus belle,
Ils ont le plus grand soin de lui rester fidèles
Et d’orner son image à la face des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе