Léon Dierx

 ?


Crépuscule


 
C’était le soir, à l’heure où, s’étirant les bras,
Le laboureur se dit : « Ma journée est finie ! »
Une ombre sur les champs roulait son harmonie.
Les chansons se mêlaient aux jurements ingrats.
 
L’hirondelle penchée effleurait l’herbe grise ;
La cigale dormait dans les blés mûrissants,
Et, le long des chemins aux nocturnes passants,
Les peupliers rangés chuchotaient dans la brise.
 
Assis dans un sentier, je regardais le ciel
S’étoiler, ou vers lui les vapeurs de la plaine
Avec les bruits confus dont la terre était pleine
Monter comme un encens sur un immense autel.
 
Je pensais : « La nuit vient ; tout va bientôt se taire ;
C’est l’instant de l’amour, et Vénus a brillé. »
Et je laissais s’ouvrir mon être émerveillé,
Tandis qu’au loin cornait un pâtre solitaire.
 
Tout à coup, près de moi défila lentement
Un long troupeau de bœufs descendus des collines.
Leurs fanons tout souillés battaient sur leurs poitrines ;
Leurs têtes s’abaissaient dans un balancement.
 
Ils allaient. À pas lourds, comme ceux d’un homme ivre,
Ils foulaient la broussaille aux murmures légers,
Et faisaient en leur marche à l’appel des bergers
Tinter sous leurs cous bruns leurs clochettes de cuivre.
 
Comme on écoute en rêve un chant de timbres d’or,
J’écoutais, seul, perdu sur le plateau qui fume.
Depuis longtemps déjà, submergés par la brume,
Ils avaient disparu, que j’écoutais encor.
 
À votre aspect, ô bœufs si puissants et si mornes !
Qui, sans vouloir, sonniez votre servage en chœur,
Une amère tristesse avait serré mon cœur,
Bœufs résignés, songeurs oublieux de vos cornes !
 
Vos grelots me parlaient ; et, comme un criminel,
Il me sembla, prêtant l’oreille aux rumeurs saintes
Du soir, entendre en moi se fondre aussi les plaintes
Que tous les opprimés poussaient vers l’éternel.
 
D’autres troupeaux venaient les rejoindre aux vallées ;
Et l’horizon s’emplit de ces clairs tintements
Qui se multipliaient comme les ralliements
Des douleurs d’ici-bas à la fois révélées.
 
Et j’entendais, autour d’un noir vallon, les voix
Innombrables de ceux que l’injustice accable
Éclater, réveillant le juge irrévocable
Si longtemps sourd, aveugle et muet sur la croix.
 
Le mot qui t’échappa dans ton râle suprême,
Jésus, le monde entier toujours le jette au ciel !
Ah ! Rêveur, tu doutas sous l’éponge de fiel !
Sans cela, ton sanglot n’eût été qu’un blasphème !
 
Les morts savent si Dieu tient ce qu’il promettait !
Mais partout où je vois l’homme en proie à la femme ;
Un poète attelé dans un manège infâme ;
Sous l’aiguillon vulgaire un malheur qui se tait ;
 
La force sous le joug de l’inepte faiblesse ;
L’éclair superbe éteint dont l’ombre épaisse a ri ;
Un vaincu dont jamais on ne surprend un cri ;
L’idéal aux abois que la faim mène en laisse ;
 
Partout où je les vois en leur orgueil déçus,
Tous les forçats du beau que la laideur écrase,
Je crois entendre encor, pris d’une sombre extase,
Vos clochettes, ô bœufs dans la brume aperçus !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz