Jean Dominique

L’Anémone des mers, 1906


Les Enfants que j’instruis


 
Quand ce sera l’été et que je serai mort,
Et qu’il fera plus doux et parfumé dehors
Que dans l’obscur salon sentant la violette,
Ils iront quelquefois jusqu’à me faire fête
De quelques vers perdus comme des sons de cor.
 
Ils seront forts et grands, et moi, je serai mort
Et peut-être effacé, presque, de leur mémoire
Où cependant j’ai mis une si longue histoire...
Ils seront beaux, mais moi je coucherai dehors,
Pour jamais, sur un lit de violettes noires.
 
Quand ce sera l’hiver aussi, ou bien un soir
Qu’entre eux, en devisant, ils se partageront
Les livres amassés dans la vieille maison,
Ils seront étonnés tout à coup de savoir
Qu’un jour, lointain déjà, j’eus cette vision.
 
Mais moi je serai mort, et mon cœur sera mort !
Et mes mains qui touchaient leurs nuques puériles,
Mes yeux qui rencontraient leur douce âme tranquille,
Mes lèvres qui disaient leur nom,... et puis, encor,
Mon cœur, mon cœur, mon cœur ! car, moi, je serai mort !
 
Si tu sais regarder mon âme dans mes yeux,
Je te serai meilleur qu’une couche profonde
Où ta fatigue enfin, soupire et puis retombe ;
Je te serai plus doux et plus délicieux
Qu’un retour épuisé après de vains adieux,
Et plus miraculeux qu’un ciel plein de colombes !
 
Ah ! si tu sens mon cœur qui monte dans mes yeux,
Pareil au grand parfum des roses de l’automne,
Et si tu veux entrer dans le désert pierreux
De mon âme où ton pas est le seul qui résonne,
Et si tu veux aimer mes songes et mes vœux,
 
Sur la mousse et le thym sauvages de mon âme,
Et sur la pierre nue où danse le soleil,
Et dans le vent chargé de douceur et de flamme,
Dans le désert entier de mon amour vermeil,
Je tremperai ta vie à mes rayons de miel.
 
Ah ! peux-tu regarder mon âme éblouissante,
Et sais-tu que mon cœur a jailli dans mes yeux,
Comme la fronde envoie après l’oiseau qui chante
Une pierre lancée au ciel mystérieux ?...
 
Si tu veux regarder le désert de mes yeux,
Tu verras, tu verras quelle immense souffrance,
Et quelle immense joie et quel divin silence,
Quand, du haut de mon âme où je te porterai,
Nous sentirons monter le flot miraculeux

[...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Lе Саrdоnnеl : Villе mоrtе

Riсhеpin : Ρаs frilеuх

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz