Charles Dovalle


Un soir de mai

au Bois de Boulogne


      Roulez, élégantes calèches !...
      En avant, coursiers, en avant !...
      Ceintures légères et fraîches,
                Flottez au vent !
 
  Du jour qui meurt la lumière abaissée
          Joue entre les rameaux,
  Dore les troncs, et serpente, brisée,
          Sur l’herbe, en longs réseaux...
 
          Silence ! amants, silence !...
          Le vent du soir balance
          Le chèvrefeuille en fleur :
          Le bois est déjà sombre...
          Ne confiez qu’à l’ombre
          Vos soupirs de bonheur !
 
— Voyez-vous par ici des corolles fermées,
Qui d’un nouveau soleil attendent les rayons ?...
Prenons à l’ébénier ses grappes embaumées,
        À l’aubépine ses boutons...
 
          — Oh ! la belle amazone !
          Son jeune front rayonne
          D’orgueil et de plaisir :
          Son cheval d’Angleterre
          Brûle du pied la terre...
          Quel bonheur de courir !...
 
La poussière s’élève... Ici l’air frais caresse,
        Flatte, ravive tous les sens ;
C’est comme un doux parfum de vie et de jeunesse,
        Comme une haleine de printemps !
 
          — « Petit jockey, cours vite
          Sous ces arbres : invite
          Ces dames à venir...
          Ou plutôt... non ! arrête...
          Ma jument ? — Elle est prête,
          Madame peut partir ! »
 
  Deux cavaliers franchissent les allées,
          Et se tendent la main ;
  Un autre passe, et deux femmes voilées
          Lui disent : « À demain ! »
 
        Roulez, élégantes calèches !...
        En avant, coursiers, en avant !...
        Ceintures légères et fraîches,
                Flottez au vent !...
 
        — Si j’avais un équipage,
        Des chevaux, beaucoup d’argent,
        Amoureux et négligent,
        Je viendrais sous cet ombrage
            À toute heure changeant...
 
        Sous la voûte obscure et verte
            Où le jour disparaît,
        Ma voiture découverte
            Le soir nous conduirait...
 
Tous deux seuls, elle et moi, l’amant et la maîtresse :
Elle, avec son sourire et ses grands yeux si doux ;
Moi, brûlant, et tous deux serrant avec ivresse
          Nos mains jointes sur nos genoux !
 
Sous un large chapeau, lors du départ, cachée,
Sa joue appellerait alors un long baiser,
Un long baiser d’amour, que sa tête penchée
          Ne saurait pas me refuser...
 
Et la roue, en glissant sur le sable mobile,
Comme en un songe heureux nous bercerait sans bruit,
Et je dirais enfin lentement : « À la ville !... »
          Mais il serait bien nuit...
 
Chimères !... Du bonheur riche et brillante aurore,
              Si tu ne viens jamais,
Comme un sommeil de mai, du moins réchauffe et dore
              Les rêves que je fais !
 
          Roulez, élégantes calèches !...
          En avant, coursiers, en avant !...
          Ceintures légères et fraîches,
                  Flottez au vent !...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz