Laurent Drelincourt


              22 ou 24 «De/IN«Ca             
Sur les Vents


 
Voix sans poumons, corps invisibles,
Lutins volants, char des oiseaux,
Vieux courriers, postillons nouveaux,
Sur terre, et sur mer, si sensibles ;
 
Doux médecins, bourreaux terribles,
Maîtres de l’air, tyrans des eaux,
Qui rendez aux craintifs vaisseaux
Les ondes fières ou paisibles ;
 
Vents, qui, dans un cours inconstant,
Naissez et mourez, chaque instant,
Mes jours ne sont qu’un vent qui passe ;
 
Mon cœur fait naufrage en la mort :
Mais Dieu, du souffle de sa Grâce,
Pousse mon âme dans le port.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 avril 2016 à 17h32

Cadran des bicoqs
-------------------------

Passent les instants invisibles,
Au loin s’endorment les oiseaux,
Reviennent des instants nouveaux,
Que la nature est insensible !

Les bicoqs, de leur chant terrible,
Éveillent la terre et les eaux ;
À l’horizon passe un vaisseau,
Ce jour, la mer est bien paisible.

La mer, c’est la vie et la mort,
C’est un destin dans chaque port,
Ce sont des coeurs à marée basse;

Chantez donc, bicoqs inconstants,
Ne retenez pas les instants :
Qu’est-il donc, le temps, s’il ne passe ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 octobre 2018 à 18h41

Chaudron miraculeux
---------------------------

Le rouge chaudron invisible
N’est vu que par quelques oiseaux
Qui ne le trouvent pas nouveau ;
Car ces oiseaux sont insensibles.

En écoutant leur chant terrible,
Ce chaudron perd toute son eau ;
Il voudrait devenir vaisseau
Pour voguer vers des lieux paisibles.

Chaudron de vie, chaudron de mort,
Jamais on n’y cuira du porc,
Ni le produit d’aucune chasse.

Forgé par un druide inconstant,
Il rouille d’instant en instant :
Dur est pour lui le temps qui passe.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 5 avril 2020 à 13h46

Survivant
-------------

Dans ces circonstances pénibles
J’écoute craquer mes vieux os,
Et je sanglote comme un veau
Qu’assaillent des bêtes nuisibles.

J’avale, angoisse indescriptible,
Mon dernier bout de chorizo
Et me soulage dans un seau :
Ma déchéance est indicible.

Dans ma tanière, grelottant,
Je ne suis plus que l’habitant
Grisâtre de ma carapace.

On prétend, pour mon réconfort,
Me jouer de la contrebasse,
Mais je ne vois pas le rapport.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе tеmps légеr s’еnfuit sаns m’еn аpеrсеvоir...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Hоmmаgе : «Lе silеnсе déјà funèbrе d’unе mоirе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz