Du Gayverger

(1570???-1630???)

 

 

Du Gayverger

in Le Parnasse des poètes satyriques, 1622


Contre l’ambition d’un jeune courtisan

Satire


Inspire-moi, Muse bouffonne,
De tracer avec mon pinceau,
La vie, les mœurs et la trogne
D’un folâtre et sot damoiseau.
 
C’est un beau fils que la nature
Eût fait capable de l’amour
Si alors qu’il naquit, Mercure
Ne lui eût fait un esprit lourd.
 
Mais toutefois pour avantage
Ayant les traits du corps fort beaux,
Cela fait paraître en cet âge
Que les plus beaux sont les plus veaux.
 
Et pour en montrer un exemple
C’est qu’imitant les courtisans,
Celui qui le voit et contemple,
Pour sûr le croit être hors de sens.
 
Marchant à grands pas par la rue
Comme un hardi fils de putain,
Lève les pieds comme une grue
Faisant crigneter son satin.
 
Vêtu comme un homme fantasque
De gris ou de blanc plus souvent,
Il donne toujours une attaque
Aux prières des sots d’Angoulevent.
 
Le beau manteau sur une épaule
Le fait par Paris bravacher,
Botté comme Amadis de Gaule
Qui va les pavés chevaucher.
 
Sa barbe de pure filasse
Et plus pâle qu’un jaune d’œuf,
Effraye, épouvante et menace
Des étroits du bord du pont-Neuf.
 
Sa tête faite en pot à beurre
N’est pleine de rien que de vent :
Et son œil sent toujours de l’heure
Au gardien qui le va suivant.
 
Son nez sent l’écorniflerie,
Sa bouche l’Épicurien,
Ses deux oreilles l’ânerie,
Et sa façon un vrai vaurien.
 
Enfin tout son geste et sa mine,
Sa pâle et timide couleur,
Ce front ressemble Jean farine
Quand il badine, ou bien la Fleur.
 
Son discours rempli de foucades
Est un coq-à-l’âne si plat,
Qu’en ses amoureuses boutades
On le juge être un très-grand fat.
 
Et tout ce qu’il a qui contente
Les Courtisanes de Cypris,
C’est que son catze à tout il vante
Être des plus beaux de Paris.
 
Discours qui jusqu’au cul chatouille
Toutes les garces du bordeau ;
Qui l’aiment plutôt pour sa couille,
Que pour lui voir un beau museau.
 
Là le plus souvent il préside,
C’est dans les bordeaux que j’entends :
Où il sert à beaucoup de guide,
Afin qu’ils y passent leur temps.
 
Là le chapeau sur une oreille,
Et le pourpoint déboutonné,
Jure que s’il ne fait merveille
Qu’il veut être à l’heure damné.
 
Mais si on lui parle de mettre
Quelque pistolet en la main,
Au diable si vous ne verrez être
Rien de si sot que mon vilain.
 
Il a prou de caquet et bave,
S’il ne faut venir à l’effet,
Sinon il contrefait le grave,
Comme un gros cul sur un retrait.
 
Mais jetons-nous sur sa noblesse
Qu’il dit, faisant du fiolant,
Venir d’un Amadis de Grèce,
Non de Roger ni de Roland.
 
Vrayement oui, je le confesse,
Qu’il a quelque peu de raison ;
Car il peut tirer de la graisse
L’extraction de sa maison.
 
Encore si cette insolence
De son orgueil cessait le cours :
On croirait son insuffisance
Être cause de ce discours.
 
Mais faire mille autres sottises,
Et blâmer des Dames l’honneur,
C’est où il met ses mignardises.
Et là où gît tout son bonheur.
 
Dire qu’il a la courtoisie,
Des plus que parfaites beautés,
Et qu’il les met en fantaisies,
Ce sont là de ses vanités.
 
Aller dedans les Tuileries,
Pour paranympher ses amours,
Ce sont de ses effronteries,
Qu’il fait paraître tous les jours.
 
Avoir la manche retroussée,
Et au bras un faux bracelet,
Ruminer dedans sa pensée
Le moyen d’avoir un poulet,
 
C’est à quoi l’on voit destinées
Les meilleur’s heures de son temps,
Croyant bien passer les journées
Quand il les passe en muguetant.
 
Mais encore si par envie
Il ne blâmait la chasteté,
L’honneur, le renom, et la vie
D’une singulière bonté
 
Ce serait chose supportable ;
Mais pourquoi plus outrepasser
Et voulant se rendre agréable
Un cœur innocent offenser.
 
Ma foi c’est par trop de folie,
Qu’il mérite pour châtiment,
Que l’on le fouette et qu’on le lie,
Comme un privé d’entendement.
 
Puis en le traînant sur le Change
Et sur les degrés du Palais,
Qu’un troupeau de laquais s’y range
Pour la lui donner du relais.
 
Après cela que l’on le laisse,
En lui donnant du pied au cul ;
Et que tous les cochers en presse
Le sifflent là comme un cocu.
 
Voilà pour moi ce que j’ordonne,
Sans toucher son procès au fond :
C’est le salaire que je donne
À celui qui fait le bouffon,
 
Qui tranche partout du bravache,
Et rend les niais étonnés :
Mais qui pleure comme une vache
Lorsque l’on lui couvre le nez.
 
Et si après cette justice
Il retourne encore une fois
En son orgueilleuse malice,
Il aura la fleur de nos Rois.
 
Toi donques, ô esprit volage,
Ne me regarde de travers,
Ou tu verras à ton dommage,
Quel est le pouvoir de mes vers.
 
Apprends seulement à conduire
Plus sagement tes passions,
Et désormais à ne plus nuire
À aucuns par tes actions.
 
Ou bien sinon, pour te répondre
Avec plus d’animosité :
Je porte, de quoi te confondre,
Toujours l’épée à mon côté.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz