Constant Dubos

Les Épigrammes de Martial traduites en vers français, 1841


À son livre


   
Vade salutatum pro me, liber: ire iuberis
    Ad Proculi nitidos, officiose, lares.
Quaeris iter, dicam. Vicinum Castora canae
    Transibis Vestae virgineamque domum;
Inde sacro veneranda petes Palatia clivo,
    Plurima qua summi fulget imago ducis.
Nec te detineat miri radiata colossi
    Quae Rhodium moles vincere gaudet opus.
Flecte vias hac qua madidi sunt tecta Lyaei
    Et Cybeles picto stat Corybante tholus.
Protinus a laeva clari tibi fronte Penates
    Atriaque excelsae sunt adeunda domus.
Hanc pete: ne metuas fastus limenque superbum:
    Nulla magis toto ianua poste patet,
Nec propior quam Phoebus amet doctaeque sorores.
    Si dicet ’Quare non tamen ipse venit?’,
Sic licet excuses ’Quia qualiacumque leguntur
    Ista, salutator scribere non potuit.’
MARTIAL, I, 71.


          Pars, mon cher livre, et sans retard
          Cours au bel hôtel de Procule,
          Et répète-lui, de ma part,
          Du salut la simple formule,
          Mon tribut de chaque matin.
          Crains-tu de te perdre en chemin ?
          Du long trajet que tu dois faire,
          Écoute et suis l’itinéraire :
          Longe le temple de Castor,
          Ensuite celui des Vestales,
          Puis, franchissant dans ton essor
          Du Mont-Sacré les hautes dalles,
          Tu verras l’auguste palais
          Où partout le marbre et l’ivoire
          De notre prince offrent les traits,
          Où tout nous parle de sa gloire.
          Admire en passant la grandeur
          De cette statue imposante,
          Dont le soleil, de sa splendeur,
          Revêt la tête rayonnante,
          Et dont celle qu’à Rhode on vante
          Pourrait envier la hauteur.
          Dirige-toi vers la chapelle
          Où le vin coule pour Bacchus ;
          Plus loin est le dôme où Cybèle
          Est peinte avec ses attributs
          Au milieu de sa cour fidèle.
          Enfin, à gauche tu verras
          S’élever le noble portique
          De l’édifice magnifique
          Où doivent s’adresser tes pas.
          Jamais le sourire ironique
          Ni l’insolence des valets
          N’en prétend défendre l’accès.
          On ne trouve pas dans la ville
          Maison d’un abord plus facile,
          Ni plus accessible aux auteurs ;
          Apollon et ses doctes sœurs
          Y trouvent leur plus cher asile.
          Si l’on te demandait pourquoi,
          Au lieu de venir avec toi,
          Ton maître ce matin s’absente,
          L’excuse aussitôt se présente :
          C’est que ces vers, bons ou mauvais,
          Qu’avec son salut il vous donne,
          Procule, il ne les eût point faits
          S’il eût dû venir en personne.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz