Constant Dubos

Les Épigrammes de Martial traduites en vers français, 1841


À son livre


   
Vade salutatum pro me, liber: ire iuberis
    Ad Proculi nitidos, officiose, lares.
Quaeris iter, dicam. Vicinum Castora canae
    Transibis Vestae virgineamque domum;
Inde sacro veneranda petes Palatia clivo,
    Plurima qua summi fulget imago ducis.
Nec te detineat miri radiata colossi
    Quae Rhodium moles vincere gaudet opus.
Flecte vias hac qua madidi sunt tecta Lyaei
    Et Cybeles picto stat Corybante tholus.
Protinus a laeva clari tibi fronte Penates
    Atriaque excelsae sunt adeunda domus.
Hanc pete: ne metuas fastus limenque superbum:
    Nulla magis toto ianua poste patet,
Nec propior quam Phoebus amet doctaeque sorores.
    Si dicet ’Quare non tamen ipse venit?’,
Sic licet excuses ’Quia qualiacumque leguntur
    Ista, salutator scribere non potuit.’
MARTIAL, I, 71.


          Pars, mon cher livre, et sans retard
          Cours au bel hôtel de Procule,
          Et répète-lui, de ma part,
          Du salut la simple formule,
          Mon tribut de chaque matin.
          Crains-tu de te perdre en chemin ?
          Du long trajet que tu dois faire,
          Écoute et suis l’itinéraire :
          Longe le temple de Castor,
          Ensuite celui des Vestales,
          Puis, franchissant dans ton essor
          Du Mont-Sacré les hautes dalles,
          Tu verras l’auguste palais
          Où partout le marbre et l’ivoire
          De notre prince offrent les traits,
          Où tout nous parle de sa gloire.
          Admire en passant la grandeur
          De cette statue imposante,
          Dont le soleil, de sa splendeur,
          Revêt la tête rayonnante,
          Et dont celle qu’à Rhode on vante
          Pourrait envier la hauteur.
          Dirige-toi vers la chapelle
          Où le vin coule pour Bacchus ;
          Plus loin est le dôme où Cybèle
          Est peinte avec ses attributs
          Au milieu de sa cour fidèle.
          Enfin, à gauche tu verras
          S’élever le noble portique
          De l’édifice magnifique
          Où doivent s’adresser tes pas.
          Jamais le sourire ironique
          Ni l’insolence des valets
          N’en prétend défendre l’accès.
          On ne trouve pas dans la ville
          Maison d’un abord plus facile,
          Ni plus accessible aux auteurs ;
          Apollon et ses doctes sœurs
          Y trouvent leur plus cher asile.
          Si l’on te demandait pourquoi,
          Au lieu de venir avec toi,
          Ton maître ce matin s’absente,
          L’excuse aussitôt se présente :
          C’est que ces vers, bons ou mauvais,
          Qu’avec son salut il vous donne,
          Procule, il ne les eût point faits
          S’il eût dû venir en personne.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz