Constant Dubos

Les Épigrammes de Martial traduites en vers français, 1841


Contre Mancinus


   
Bis tibi triceni fuimus, Mancine, vocati
    Et positum est nobis nil here praeter aprum,
Non quae de tardis servantur vitibus uvae
    Dulcibus aut certant quae melimela favis,
Non pira quae longa pendent religata genesta
    Aut imitata brevis Punica grana rosas,
Rustica lactantes nec misit Sassina metas
    Nec de Picenis venit oliva cadis:
Nudus aper, sed et hic minimus qualisque necari
    A non armato pumilione potest.
Et nihil inde datum est; tantum spectavimus omnes:
    Ponere aprum nobis sic et harena solet.
Ponatur tibi nullus aper post talia facta,
    Sed tu ponaris cui Charidemus apro.
MARTIAL, I, 44.


À soixante dîneurs invités à ta table,
Tu servis pour tout mets, hier, un sanglier.
Je ne vis ni raisins mûris dans le cellier,
Ni ces fruits savoureux dont le suc délectable
Au miel le plus exquis me semble préférable,
Ni la poire qu’un jonc suspend dans le fruitier,
Ni la pomme incarnate, honneur du grenadier ;
Point de ces simples mets préparés au village.
De cette crème grasse ou de ce pur laitage,
Meule, cube ou cylindre épaissi dans l’osier ;
De cette verte olive, en ovale allongée,
Qui vient de Picenum en barils bien rangée.
Ton sanglier vint seul. C’était un marcassin
Qu’un nain eût terrassé d’un revers de sa main ;
Rien, absolument rien, ne lui servait d’escorte.
Le convive surpris attend que l’on apporte
Les mets que d’ordinaire on sert en un festin ;
C’est en vain qu’il espère ; il fait le rôle enfin
D’un spectateur au cirque, alors que l’on amène
Un sanglier qui doit figurer dans l’arène.
Après un tel méfait, que jamais cuisinier,
Mancinus, devant toi ne serve un sanglier ;
Mais pour nous venger mieux, qu’on te serve toi-même
À celui dont la dent déchira Charidême.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz