Gaston Dumestre

(1860 ??-1940 ??)

 

 

Gaston Dumestre


Les Inquiets


 
Quand la nuit tombe sur Paris,
Une bande noire chemine ;
Ce sont les inquiets sans logis,
Par la misère et la famine
Leurs yeux quêteurs sont agrandis.
 
Ils vont, ils vont
Le long du fleuve profond,
Au bruit des vagues chanteuses
Berçant leurs âmes rêveuses,
Les yeux brillants du désir
Des flots verts qui font mourir !
 
Les inquiets ont de fous espoirs
D’amantes qui leur seraient douces
Et dans la tristesse des soirs,
Rêvant de brunes et de rousses,
Ils recherchent les coins bien noirs,
 
Ils vont, ils vont
Le long du fleuve profond,
Au bruit des vagues chanteuses
Berçant leurs âmes rêveuses,
Les yeux brillants du désir
Des flots verts qui font mourir !
 
Les inquiets dorment sur le bord
Du fleuve en rêvant de richesses :
La lune a l’air d’un flambeau d’or
Et les pierreuses de duchesses.
Ils rêvent, leur douleur s’endort.
 
Ils vont, ils vont
Le long du fleuve profond,
Au bruit des vagues chanteuses
Berçant leurs âmes rêveuses,
Les yeux brillants du désir
Des flots verts qui font mourir !
 
Quelquefois on entend le cri
D’un pauvre qui coule dans l’onde,
Lors un inquiet s’arrête et dit :
« Requiem. En quittant ce monde
Réponds-nous, frère, es-tu guéri ? »
 
Ils vont, ils vont
Le long du fleuve profond,
Au bruit des vagues chanteuses
Berçant leurs âmes rêveuses,
Les yeux brillants du désir
Des flots verts qui font mourir !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz