Franc-Nohain

La Nouvelle Cuisinière bourgeoise


Bonnes


 
J’évoquerai d’abord ton image, ô servante,
Vieille servante du bon vieux temps,
Qui restais dans les familles, des trente ans,
Trente ans, et jusqu’à des quarante !  £x
 
Tu nous avais vus tout petits,
(Ton dévoûment quand nous eûmes la scarlatine !...)
Nuit et jour, près de notre lit,
La blancheur de ta coiffe berrichonne ou poitevine ;
 
Et quand la faillite ennemie
Menaçait le commerce, hélas ! de tes bons maîtres,
Si simplement tu te plaisais à leur remettre
Tes petites économies...
 
 
 

a) Adèle.


 
La saleté de notre bonne Adèle
Dépassa de très loin les limites normales :
Je doute assurément qu’on puisse être aussi sale ;
On ne peut, en tout cas, l’avoir été plus qu’elle ;
 
Au demeurant, pas méchante fille,
Sa saleté était de tout repos, tranquille :
Lui montrait-on des toiles d’araignée,
Avec un franc et large rire,
Adèle se bornait à dire,
Pas le moins du monde étonnée :
— Araignée de midi, plaisir !...
 
Et quand elle apportait des verres encor gras,
Elle vous répondait si calme,
Ne pouvant comprendre le blâme :
— Mais ne vous frappez donc pas,
Monsieur, madame,
C’est sans doute un petit reste de malaga... —   £
 
La saleté de notre bonne Adèle
Dépassa de très loin les bornes naturelles.
 
Quand la bonne Adèle partit,
Tant de choses que, sous les lits,
On découvrit,
Sous le buffet, sous les armoires,
Que, dans un but du reste méritoire,
Tout ce qui n’est pas bon à voir,
Elle poussait d’un balai furtif ou bien du pied, —
Et même un vieux vésicatoire...
 
La seule fois où elle épousseta, plumeau fantasque,
Elle creva un tambour de Basque,
Et émietta notre petit berger en saxe...
 
Et, pourtant, Adèle avait bien ses qualités.
 
 
 

b) Félicité.


 
Félicité fut une fille de débauche :
Les garçons épiciers, les garçons charcutiers,
Bref, tous les garçons du quartier,
Bien avant nous en surent quelque chose :
Félicité fut une fille de débauche.
 
Comme le charbonnier restait longtemps à la cuisine
Quand il apportait le charbon !
Comme c’était long, comme c’était long
Pour que le petit marmiton
Reprît simplement sa terrine...    £

Ah ! coquette Félicité : à telle enseigne
Que, pour fêter Amour, et ses jeux, et ses ris,
Plus d’une fois on la surprit
Mettant notre poudre de riz,
Se coiffant avec notre peigne...
 
Mais, avec nous ne voulant demeurer en reste,
Au sixième, elle répandait le bruit, par politesse,
Qu’elle était ma folle maîtresse.
 
Félicité, d’ailleurs, avait ses qualités.
 
 
 

c) Victoire.


 
Victoire avait le vin triste, et l’alcool aussi,
En dépit
De son nom claironnant : Victoire ! —
(Avec de galants caporaux
Aller sabler des champoreaux !...) —
C’est seule qu’elle aimait à boire.
 
Le concierge et son vulnéraire
N’arrivaient à la satisfaire ;
Sans doute, elle buvait bien, puisqu’il le faut,
De ci, de là, un peu de mon triple-zéro,
Ou finissait les vieux fonds de bordeaux,
Voire même l’eau
De Botot, —
Mais simplement pour se maintenir en haleine.
 
Ce qu’il fallait, c’était, un bel après-midi,
Une bouteille de trois-six,    £x
Qu’elle absorberait toute pleine ;
Et, quand la bouteille était vide,
Victoire avait alors des idées de suicide
Ou l’étrange tentation
De mettre le feu à la maison...
 
Et, cependant, Victoire avait ses qualités.
 
 
 

Moralité.


 
Nous avons eu déjà sept bonnes en dix mois,
Nous en sommes à huit, — et bientôt neuf, je crois.
À dix, nous ferons une croix.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Sаgеssе d’un Lоuis Rасinе, је t’еnviе...» (Vеrlаinе)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе