Franc-Nohain

Les Chansons des trains et des gares


La Ménagerie amoureuse


 
Petite pluie, pluie fine des soirs,
Ma luxurieuse mauvaise conseillère :
Je n’ai pas allumé la lampe familière,
J’ai fui la page blanche, — et j’erre
Par les rues et sur les trottoirs,
— Ombres noires,
Sous les réverbères,
Appels tentateurs et pervers, —
Petite pluie, pluie fine des soirs,
Ma luxurieuse mauvaise conseillère...
 
Et la voix de dames âgées, mais provocantes,
— Blondes grasses ou brunes piquantes :
Bacchantes ! —
La voix de ces dames poursuit
Ma promenade dans la nuit.
 
Encor que leurs propos m’assurent
D’une sympathie qui me flatte,
Je constate
Qu’elles ont des données bien inexactes
Sur
La couleur de ma chevelure ;
 
Bah ! il n’y a pas injure.
 
Mais où leur incohérence passait les bornes,
C’est quand ces aimables personnes
Ont voulu, bon gré, mal gré,
Plutôt mal,
Ont voulu me comparer
À quelque mignon animal :
Rat, chat, lapin, poulet, ça leur était égal.
(D’ailleurs, lapin bleu, poulet rose,
On voyait bien qu’elles parlaient sans cause,—
Uniquement pour dire quelque chose.)
 
Et j’ai dit : — Non, je ne suis pas
Votre rat :
Les rats sont dans votre cuisine,
Qui, des bons reliefs de vos plats
Vont se pourlécher les babines ; —
 
Ou bien, au grenier, ils dansent autour des malles,
Et même, je vous prie de le croire, ne respectent guère
Le portrait, dont on a cassé d’ailleurs le verre,
Et dont est fort endommagé le cadre ovale,
Le portrait, en uniforme de colonel,
Du vieux Monsieur que vous donniez naguère,
— Mais vos opinions ont changé sur l’Affaire :
Elles
Étaient, je crois, superficielles, —
Que vous donniez pour Monsieur votre Père...
Non, Madame, je ne suis pas
Votre rat ! —
 
Et j’ai dit : — Non, je ne suis pas
Votre chat :
(D’un mot à double sens est-il donc bien la peine,
Dont la banalité le dispute à l’obscène, —
Et puis où sont
Où sont les sisters Barrisson ? —)
Non, Madame, je ne suis pas
Votre chat ! —
 
Et j’ai dit : — Non plus le destin
Ne m’a pas fait votre lapin,
Et veuillez, non plus, s’il vous plaît,
Ne m’appeler votre poulet :
Parmi le serpolet, le thym,
Dans les clairières,
Laissez dormir jusqu’au matin,
Au clair de lune, les lapins,
Rangés en rond sur leurs petits derrières ; —
Et laissez, combien loin des foules,
Et de tous ces fiacres, qui roulent,
Et laissez, sans les éveiller,
Tous les poulets au poulailler,
Endormis, depuis très longtemps, comme des poules...
Non je ne suis, Mesdames, s’il vous plaît,
Ni votre lapin, n’est-ce pas, ni votre poulet ! —
 
Et chacune des dames mûres,
Mais cette fois toutes d’accord sur le même mot,
Murmurent
Le nom d’un animal nouveau :
 
— Veau ! —
 
Petite pluie, pluie fine des soirs,
Ma luxurieuse mauvaise conseillère...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Jаdis sur Ρоur unе аnаtоmiе (Guillеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе