Franc-Nohain

La Nouvelle Cuisinière bourgeoise


Le Petit Nid


 
Il convient que nous dégustions
Les joies de l’installation.
 
Nous avions dit : — Le principal
N’est pas des lambris d’or, des tentures de soie :
Le principal est que ce soit
Un petit intérieur où l’on soit bien chez soi,
— Et pas banal !
 
On se meuble avec rien du tout,
Pourvu qu’on ait un peu de goût.
 
Et nous avons, dans la maison,
Introduit, sans plus de façons,
Un bon tapissier à façon.
 
En des alexandrins d’une coupe ternaire,
Quelque jour, empruntant ses éclats au tonnerre,
Je dirai (et ça ne sera pas ordinaire !)
Ô tapissiers, votre âme fourbe et mercenaire ;
Pour le moment, j’ai mieux à faire :
 
Car c’est le temps où nous étions
Tout entiers aux joies neuves de l’installation.
 
Et d’abord ce furent les papiers peints et les cretonnes
Avec des fleurs et des bêtes d’apocalypse,
Que festonnent
Des cercles, et des triangles, et des ellipses :
Il faut bien égayer les murs ;
Ce furent,
Ce furent d’abord les papiers peints et les cretonnes... ?
 
(— Chère, vous souvient-il de ce papier chamois,
Qui fut l’objet charmant d’une courte dispute :
L’espiègle insistance et l’amoureux émoi
Que vous y mîtes, chère, eut tôt raison de moi,
Et ce papier chamois, vous l’eûtes :
Mais combien il vous dégoûtait au bout d’un mois !
Et pourtant, chère, que de fois
Vous m’en redemandez, de tels papiers chamois... —)
 
Alors que de trocs,
Hélas ! que de craques,
De brique et de broque,
Dans les bric-à-brac !
 
En découvris-je, alors, des armoires normandes,
Armoires qui, certainement,
N’avaient jamais connu le beau pays normand ;
Était-ce même de vraies armoires, je me le demande ?
 
Et le vénérable antiquaire,
Devant moi, amateur énigmatique et fier,
Restait stupéfait de mon flair...
 
Hôtel des Ventes, hôtel des Ventes,
Témoin jadis de mes batailles émouvantes ;
— On a dit trente ; — Ici, trente-neuf ; — Et quarante ! — 
— À vous, monsieur ? — À moi, et je m’en vante ! — 
Hôtel des Ventes,
Je ne saurais longer tes murs sans épouvante !
 
Fausse créance
En des crédences,
Et confiance
En des faïences :
Et tous ces lots
De bibelots,
Et tapisseries, et tableaux,
Et panoplies aussi : des lances,
Des épées et des javelots,
Chassepots :
Car, pour orner dignement nos
Salles à manger, rien ne vaut
Cet attirail guerrier de notre vieille France !
 
Et puis, grimpé sur une échelle,
Le soin n’en fut laissé à nul autre que moi,
J’accrochais, je clouais, parfois
Me flanquant de grands coups de marteau sur les doigts :
— Les beaux garçons sont maladroits !... — 
Souriait-elle...
 
Et des oiseaux qui passaient près de la fenêtre.
En confrères, donnaient leur avis :
 
Cet avis général était que notre nid
N’était, il le faut reconnaître,
Pas d’un style assez uni :
— Pour nous, disaient les hirondelles,
De la mode, toujours, respectant la puissance,
Cette année, nous bâtirons surtout dans les tourelles
Henri II et les croisillons Renaissance. — 
— Et nous, disaient les passereaux,
Nous sommes pour l’art Renouveau !... — 
(Ce qui faisait rire les hirondelles, par complaisance...)
 
Puis quand tout fut cloué, planté,
Et décroché, et replanté,
Cent fois pendu, et dépendu,
Et rependu,
Satisfaits de notre œuvre et jaloux qu’on l’admire,
 
Gaîment nous nous plaisions à dire :
— Notre temps, nos efforts ne furent point perdus :
Un petit nid coquet, cossu...
Le shah de Perse peut venir !... — 
 
Ce sont les mites et les huissiers qui sont venus.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе