Franc-Nohain

Flûtes


Propos de bain


 
– Ami, tu ne me reconnais pas ? —
M’a dit, d’un ton de doux reproche,
Le bouchon qui tout autour de moi tourne et s’approche,
Et qui flotte,
Dans la baignoire où je m’ébroue et je m’ébats :
 
— Ami, tu ne me reconnais pas ? —
Et comme je lui avouais que non,
Voici qu’il m’a dit à l’oreille :
— Je suis le bouchon de la bouteille,
Tu sais, la bouteille si vieille,
Une bouteille des grandes occasions,
Qu’on dégusta le jour de ta première communion...
 
Ah ! tu n’es plus l’enfant très sage,
Avec un grand cierge et un brassard à filigranes,
L’enfant que de bonnes et pieuses dames
Embrassaient, en lui donnant de belles images...
 
Car tu n’as pas triomphé des épreuves,
Et Satan, ses pompes, ses œuvres,
Ont sur toi repris leur empire :
En as-tu fait, en as-tu fait,
Et les filles, et le café,
— Tant de péchés ! –
Et même pire !
 
Et moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne ;
Quand j’eusse pu, au lieu de ce métier indigne,
Être le tranquille bouchon d’un pêcheur à la ligne,
— Moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne...
 
— Calmes pêcheurs le long des peupliers,
 
Ménages d’ouvriers,
Ménages d’employés,
Ménages de petits rentiers :
Sur l’herbe drue la nappe est mise, —
Voici des fleurs, des fruits, des goujons et des tanches
Pour l’appétit que le grand air aiguise,
En manches
De chemise,
Pêchons la friture des dimanches ! –
 
Mais j’ai trouvé ces saines joies
Bonnes seulement aux bourgeois,
Trop simples, trop bêtes :
Aller taquiner le goujon,
Fi donc !
J’en ai voulu faire à ma tête...
Et, profite de mon histoire,
Que la bassesse de mes instincts te soit connue,
Te soit notoire :
Je me suis fait bouchon flotteur dans les baignoires,
Pour voir
Des femmes, des petites femmes nues...
 
Tu parles, que je les ai vues !
 
Et j’ai vu des hommes, tu sais :
J’ai vu Sarcey,
Et d’autres, et d’autres, et d’autres,
D’aucuns barbus comme des apôtres,
D’aucuns rasés ;
 
Et ils m’ont mis une ficelle, ils m’ont ficelé,
Les lâches, — pour que je ne puisse plus m’en aller !
 
— À bon droit si tu te lamentes. —
Lui dis-je alors, — du moins, en compensation,
Tu évites ici la blessure du tire-bouchon,
Sournoise, humiliante,
Et voire
Attentatoire... —
 
Mais il prit à ces mots un air si singulier,
 
Que je ne remettrai plus jamais les pieds
Dans cette baignoire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе