Franc-Nohain

Flûtes


Propos de bain


 
– Ami, tu ne me reconnais pas ? —
M’a dit, d’un ton de doux reproche,
Le bouchon qui tout autour de moi tourne et s’approche,
Et qui flotte,
Dans la baignoire où je m’ébroue et je m’ébats :
 
— Ami, tu ne me reconnais pas ? —
Et comme je lui avouais que non,
Voici qu’il m’a dit à l’oreille :
— Je suis le bouchon de la bouteille,
Tu sais, la bouteille si vieille,
Une bouteille des grandes occasions,
Qu’on dégusta le jour de ta première communion...
 
Ah ! tu n’es plus l’enfant très sage,
Avec un grand cierge et un brassard à filigranes,
L’enfant que de bonnes et pieuses dames
Embrassaient, en lui donnant de belles images...
 
Car tu n’as pas triomphé des épreuves,
Et Satan, ses pompes, ses œuvres,
Ont sur toi repris leur empire :
En as-tu fait, en as-tu fait,
Et les filles, et le café,
— Tant de péchés ! –
Et même pire !
 
Et moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne ;
Quand j’eusse pu, au lieu de ce métier indigne,
Être le tranquille bouchon d’un pêcheur à la ligne,
— Moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne...
 
— Calmes pêcheurs le long des peupliers,
 
Ménages d’ouvriers,
Ménages d’employés,
Ménages de petits rentiers :
Sur l’herbe drue la nappe est mise, —
Voici des fleurs, des fruits, des goujons et des tanches
Pour l’appétit que le grand air aiguise,
En manches
De chemise,
Pêchons la friture des dimanches ! –
 
Mais j’ai trouvé ces saines joies
Bonnes seulement aux bourgeois,
Trop simples, trop bêtes :
Aller taquiner le goujon,
Fi donc !
J’en ai voulu faire à ma tête...
Et, profite de mon histoire,
Que la bassesse de mes instincts te soit connue,
Te soit notoire :
Je me suis fait bouchon flotteur dans les baignoires,
Pour voir
Des femmes, des petites femmes nues...
 
Tu parles, que je les ai vues !
 
Et j’ai vu des hommes, tu sais :
J’ai vu Sarcey,
Et d’autres, et d’autres, et d’autres,
D’aucuns barbus comme des apôtres,
D’aucuns rasés ;
 
Et ils m’ont mis une ficelle, ils m’ont ficelé,
Les lâches, — pour que je ne puisse plus m’en aller !
 
— À bon droit si tu te lamentes. —
Lui dis-je alors, — du moins, en compensation,
Tu évites ici la blessure du tire-bouchon,
Sournoise, humiliante,
Et voire
Attentatoire... —
 
Mais il prit à ces mots un air si singulier,
 
Que je ne remettrai plus jamais les pieds
Dans cette baignoire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur «Τristе еt hidеuх fаntômе, еffrоуаblе figurе...» (***)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un nаvirе еn mеr аu fоrt dе lа tоurmеntе...» (Fiеfmеlin)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе