Franc-Nohain

Flûtes


Propos de bain


 
– Ami, tu ne me reconnais pas ? —
M’a dit, d’un ton de doux reproche,
Le bouchon qui tout autour de moi tourne et s’approche,
Et qui flotte,
Dans la baignoire où je m’ébroue et je m’ébats :
 
— Ami, tu ne me reconnais pas ? —
Et comme je lui avouais que non,
Voici qu’il m’a dit à l’oreille :
— Je suis le bouchon de la bouteille,
Tu sais, la bouteille si vieille,
Une bouteille des grandes occasions,
Qu’on dégusta le jour de ta première communion...
 
Ah ! tu n’es plus l’enfant très sage,
Avec un grand cierge et un brassard à filigranes,
L’enfant que de bonnes et pieuses dames
Embrassaient, en lui donnant de belles images...
 
Car tu n’as pas triomphé des épreuves,
Et Satan, ses pompes, ses œuvres,
Ont sur toi repris leur empire :
En as-tu fait, en as-tu fait,
Et les filles, et le café,
— Tant de péchés ! –
Et même pire !
 
Et moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne ;
Quand j’eusse pu, au lieu de ce métier indigne,
Être le tranquille bouchon d’un pêcheur à la ligne,
— Moi non plus, je n’ai pas suivi la droite ligne...
 
— Calmes pêcheurs le long des peupliers,
 
Ménages d’ouvriers,
Ménages d’employés,
Ménages de petits rentiers :
Sur l’herbe drue la nappe est mise, —
Voici des fleurs, des fruits, des goujons et des tanches
Pour l’appétit que le grand air aiguise,
En manches
De chemise,
Pêchons la friture des dimanches ! –
 
Mais j’ai trouvé ces saines joies
Bonnes seulement aux bourgeois,
Trop simples, trop bêtes :
Aller taquiner le goujon,
Fi donc !
J’en ai voulu faire à ma tête...
Et, profite de mon histoire,
Que la bassesse de mes instincts te soit connue,
Te soit notoire :
Je me suis fait bouchon flotteur dans les baignoires,
Pour voir
Des femmes, des petites femmes nues...
 
Tu parles, que je les ai vues !
 
Et j’ai vu des hommes, tu sais :
J’ai vu Sarcey,
Et d’autres, et d’autres, et d’autres,
D’aucuns barbus comme des apôtres,
D’aucuns rasés ;
 
Et ils m’ont mis une ficelle, ils m’ont ficelé,
Les lâches, — pour que je ne puisse plus m’en aller !
 
— À bon droit si tu te lamentes. —
Lui dis-je alors, — du moins, en compensation,
Tu évites ici la blessure du tire-bouchon,
Sournoise, humiliante,
Et voire
Attentatoire... —
 
Mais il prit à ces mots un air si singulier,
 
Que je ne remettrai plus jamais les pieds
Dans cette baignoire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Dеs trоis sоrtеs d’аimеr, lа prеmièrе ехpriméе...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе