Franc-Nohain

Flûtes, 1898


Ronde pour ceux qui n’étaient pas du dîner


 

— Vous savez comme notre salle à manger est petite : mais vous nous ferez l’amitié de venir prendre une tasse de thé.


Curons nos dents, rinçons nos bouches,
Ils finiront les croquembouches.
 
Quand ils ont bien mangé, bien bu,
D’un tas de choses excellentes,
Et que leur prononciation se fait lente,
À digérer l’exquis menu, par le menu ;
Tandis que les Messieurs, en fumant des londrès,
S’informent discrètement : « Ou est-ce? »
Et que, dans le salon, nulle dame ne bouge,
De peur de devenir plus rouge, —
Alors, très humble et mélancolique, s’avance
La théorie des invités sans importance.
 
Curons nos dents, rinçons nos bouches,
Ils finiront les croquembouches.
 
Voici d’abord les petits lieutenants,
Qui arrivent toujours sept ensemble,
Et qu’on invita « pour leurs jambes » :
— Ma chère, les danseurs se font rares maintenant. —
Le jeune homme bien parisien est attendu,
Qui dira le bal à l’Hôtel de Ville et le Pendu ;
Enfin, il y aura « ces gens si artistes » :
Le Monsieur a l’air un peu cuistre,
Mais sa fille chante, sa femme fait danser,
Et lui, on ne peut pourtant pas le laisser.
 
Curons nos dents, rinçons nos bouches,
Ils finiront les croquembouches.
 
Ceux-là n’ont pas dîné en ville,
Leur teint n’est pas épanoui,
Car ils n’ont mangé que le bouilli
De la famille ;
Mais on a pour eux des bontés,
On leur fait reprendre du thé :
— « Ça ne vous fera pas de mal ! » —
Insiste le vieux général ;
Et, pour leur donner des jambes et de la voix,
On va leur chercher le reste du gâteau de Savoie.
 
Curons nos dents, rinçons nos bouches,
Ils finiront les croquembouches.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin pеrdu (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Ρеtitеs bоuсhеs (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur «Quеl еst сеlui qui vеut fаirе сrоirе dе sоi...» (Du Βеllау)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе