André Mage de Fiefmelin



 
Heureux port où j’aspire en ce bas navigage,
Mon Nord, ma Tramontane, et saint phare des Saints,
Doux vent de ma nacelle errant ès flots mondains,
Seule fin de ma vie au terrestre voyage :
 
Mon bien, mon heur, mon tout, mon Dieu que mon langage
Ne put bien exprimer en ses termes humains,
Tu es le seul que j’aime, honore, sens et crains :
Et ne ferai jamais à d’autres Dieux hommage.
 
Le temps qui tout nous ôte et l’oubli, et le sort,
L’ennui, l’impatience, et le mal, et la mort
N’ôteront de mon cœur ton amour et ta crainte.
 
La mer sera sans eaux, le soleil sans clarté,
Sans ténèbres les nuits, et sans chaleur l’Été
Devant que d’autre Saint mon âme soit atteinte.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 8 octobre 2015 à 11h21

Trois tiges de sable
------------------------

Trois tiges surgissant dans un monde sauvage
Forment dans le décor un symbole incertain ;
Sont-ce trois mâts de nef sur l’océan lointain,
Partant pour un paisible et surprenant voyage,

Ou bien, serait-ce un code, un ténébreux langage
Inventé par un sage et facétieux humain,
Un noir signe tracé sur de blancs parchemins
Pour rendre à la noblesse un éternel hommage ?

Un talisman idoine à conjurer le sort,
Un mot pour se nommer, au mépris de la mort,
Un paraphe établi pour effacer la crainte ?

De l’emblème sacré devinant la clarté,
Le rhapsode lui trouve un air de vérité
Dont son âme d’esthète est plaisamment atteinte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 mars 2019 à 12h54

Alpha Camelopardalis
------------------------

L’étoile est escortée de planètes sauvages
Aux chétifs habitants, de leur sort incertains ;
Je ne sais presque rien de ces astres lointains,
Mais se rendre auprès d’eux serait un beau voyage.

Pline a dit qu’on y parle un ténébreux langage
N’ayant aucun rapport avec ceux des humains ;
Il écrivit cela sur un long parchemin,
Ce savant de jadis auquel je rends hommage.

La troisième planète a des jeteurs de sorts
Auprès des vieux tombeaux disant «Debout les morts»,
Le prêtre de ces lieux les contemple avec crainte.

L’étoile au long du jour diffuse sa clarté
Dont ils sont, tous ces morts, un peu réconfortés :
Les sorts à leur repos ne portent plus atteinte.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 octobre 2021 à 12h27

Monstre vénérable
---------

Très bizarre d’aspect mais pas vraiment sauvage,
Il semble accommodant, mais ce n’est pas certain ;
Il arpente le fond des océans lointains,
Sans pourtant se lancer vraiment dans un voyage.

Il raconte sa vie en un obscur langage
À chaque fois qu’il peut rencontrer des humains ;
Car il aime avec eux faire un bout de chemin
Sans jamais se charger d’inutiles bagages.

Il affirme qu’il est satisfait de son sort,
Rien ne lui a jamais demandé trop d’efforts ;
Nul ne lui imposa de charge ni d’astreinte.

Aimant des fonds marins la subtile clarté,
Il pense qu’il ne va jamais les déserter,
Car en ces profondeurs il peut vivre sans crainte.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lа Fоntаinе : Lе Sеrpеnt еt lа Limе

Lа Fоntаinе : Lе Rеnаrd еt lе Βustе

Τоulеt : «Τоutе аllégrеssе а sоn défаut...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Τоulеt : «Sоus lе sоir јаunе еt vеrt...»

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Νоël : Сhаnt dе Νоël

Riсhеpin : Ρаuvrе аvеuglе

Rоnsаrd : L’Αmоur оisеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе

Riсhеpin : Lе Μеrlе à lа glu

Ρérin : Αubе

Hugо : Ρоntо

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs аvеuglеs ...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Rоssignоl аvеuglе

Ρéguу : L’Αvеuglе

Αlbеrt-Βirоt : «Quе vаs-tu pеindrе аmi ?...»

Αlbеrt-Βirоt : Αuх јеunеs pоètеs

Hugо : À unе јеunе fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Unе (Sаmаin)

De Jаdis sur «J’аimе lа libеrté, еt lаnguis еn sеrviсе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Jаdis sur «Si tu m’еn сrоis, Βаïf, tu сhаngеrаs Ρаrnаssе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Αssis, lеs piеds pеndаnts, sоus l’аrсhе du viеuх pоnt...» (Соppéе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz