André Fontainas

(1865-1948)

 

 

André Fontainas

Crépuscules, 1897


La Fin du Fleuve


 
Nul souvenir des îles blondes ne persiste
En l’eau morose qui fuit la ville et les toits
S’y reflétant parmi des soleils d’améthyste
Aux soirs des miroirs d’autrefois ;
Elle ne roule qu’en vagues lourdes et tristes,
Haineuse des fêtes d’aurore et des lumières :
Toujours plus lourde, et plus morose et triste, vers
De sombres tournants d’angoisses et de cendres,
L’eau s’est enflée de telles bourbes
Et teinte de telles cendres
Qu’elle s’alentit de courbe en courbe
À ne plus, mourante, s’étendre
Qu’en marais vague entre deux rives malsaines ;
Là soufflent empestées les haleines
Qui retombent, froides bruines
Sous le vent âpre, des cheminées d’usines.
 
Et sur la rive, au fond des soirs,
Bâtiments bas de briques sales et noires,
C’est un fracas sans fin de marteaux et d’enclumes ;
Des chocs de pilons qui s’abattent sur du fer,
Éclaboussent les brumes
D’une lueur sinistre d’enfer
Et de flammes qui y rôdent
En éclairs prompts, et corrodent
L’air lourd du tranchant net de leur odeur cuivrée.
 
Là, suant des cheveux au torse,
Peinent sous les laves que crachent des brasiers,
Parmi la gerbe verte où luit l’acide acier,
Des fantômes — sont-ce des hommes ? —
Les bras toujours tendus en un geste de force.
 
Ô ces géhennes,
Et les labeurs de l’aube au soir
Où l’homme s’acharne à sa peine
Et gagne à ne pas vivre un pain sordide et noir !
 
Ces géhennes
Où nul n’exulte que le feu tordant du fer,
Le feu qui convie à sa joie
Les métaux tristes qui s’y trempent et la chair
Des esclaves qu’il guette et qu’il broie !
 
Et toujours mat de poix maussade et de brouillards
Le fleuve sous la poussière s’immobilise,
Opaque croûte ne roulant nul reflet,
Où se crispe hargneux parmi la torpeur grise
Et dolente des longs brouillards
Un saule pâle au bord du fleuve.
 
Et tel, nocturne et lourd de ses fanges velues,
En dépit des courants et des reflux,
Le fleuve jaune sans flots s’étale
Infiniment vers la mer occidentale,
Sous le ciel bas où les fumées fondent, nuages,
Leurs volutes en des menaces obstinées,
Le long des forges d’un rivage
Froid, sinistre, plat et monotone.
 
Parfois la nuit s’étonne,
Aux feux qui se brisent sur les eaux,
Du silence d’un navire qui y glisse ;
Et vers la mer occidentale
Le fleuve jaune sans fin s’étale
Jusqu’où soudain, impétueuses, bruissent
Les grandes eaux raidies en rumeurs ! les flots
De toute la mer, dont la houle refoule
Aux rivages d’estuaires la torpeur lourde
Du fleuve et tout son bitume et ses bourbes ;
Et là, en assauts brusques, la houle
S’acharne de son flux vorace sur le fleuve
Qui disparaît parmi la mer.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz