Xavier Forneret

J’ai rêvé qu’elle était morte


Elle


 
Mon Dieu ! si elle allait mourir !
    Si la pelle allait la couvrir,
    Avec son bec de bois qui ramasse la terre,
    Si sa sœur ou son frère,
    Pour la pleurer allaient venir !
 
Si la cloche toujours au guet
    Allait donner sa voix qui fait :
    Mort-mort, mort-mort, en hochant de la tête ;
    Et que le fossoyeur fit fête,
    Assis au bord de son creux fait !
 
Si la grande et jaune bougie
    Allait flamber sur cette vie
    Éteinte à tout jamais !
 
Si le drap noir sous sa croix blanche,
    Étendant ses bras sur la planche,
    Allait lui ôter l’air, si encore elle était !
 
Et si le prêtre aux chants de marbre
    Allait se mettre à cheminer
    Pour la conduire sous un arbre
    Et puis comme tous la laisser !
 
Si des autres les os allaient tomber sur elle,
    Dans sa maison construite sans truelle ;
    Si pour la voir encor j’allais être obligé
    De chercher dans ces os, son corps inanimé
                    Qui ne répondrait plus
 
À mes cris, à mes larmes ;
    Qu’on toucherait dessous, dessus
    Sans qu’il bougeât, — et que toutes les armes
    Qui viendraient le fouiller n’y trouveraient que chair
    Molle, et rendant un vent qui empoisonne l’air.
 
Si je ne reconnaissais pas sa bouche !
    Si sa figure était farouche !
    Si déjà ses traits étaient ravagés !
    Si ses beaux yeux étaient rongés !
    Si ses dents étaient serrées !
    Sous ses lèvres crispées ;
    Ses lèvres grimaçant, ses dents grinçant l’horreur !
    Si sa poitrine était ouverte,
    Et sa langue découverte,
    Par son cou déchiré, pendant,
    Et sa gorge saignant !
 
Je crois que j’aurais peur.
 
Peur ! eh ! de quoi peur ? d’une morte,
    Qui dans sa fosse apporte
    Un cœur à vous lorsqu’il battait,
    Que vous seul il idolâtrait ?
    Ce que vous avez eu pendant toute sa vie,
    Ce qui l’a sans cesse nourrie,
    Qui de son âme a fait un amour dans son corps,
    Qu’elle a toujours gardé, sans craindre le remords ?
 
Peur d’une femme à qui vous diriez : Que tu meures ?
    Je le veux, je le veux! Ne ris pas... tu l’effleures
    Ce sein sur qui tu mets la pointe d’un poignard ;
    Craindrais-tu la souffrance ?
 
« Allons, enfonce donc ! enfonce ! » — Et qu’un regard
    Vous dit en se fermant : « Voilà mon existence. »
    Des restes d’un tel corps pourrait-on avoir peur ?
    Je m’y cramponnerais, ainsi qu’un ver rongeur.
 
De deux je ferais un ; j’aime tant, qu’il me semble
    Que je lierais, chairs, os, entortillés ensemble ;
    De sorte qu’on dirait en y fixant ses yeux
    Jamais cet 1 de chair, n’a pu former un 2.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе