Xavier Forneret

Ombres de poésie, 1860


L’Infanticide


 
Infanticide ! — mot qui comporte l’horreur...
Qui pénètre d’effroi... qui frappe de stupeur...
Le roi de l’Odieux par le Crime-colosse,
Qui rit de la Nature et prend pied dans la fosse !..
 
Aurait-on dû jamais avoir à l’inventer
Pour dire l’action qui fait le plus douter ?
Une mère qui donne à son enfant la vie,
Et qui la lui reprend sans pitié quoiqu’il crie...
Malgré ses mouvements et ses crispations,
Ses souffrances de corps et ses convulsions...
Qui ne s’occupe pas, en sa rage cruelle,
Si son premier regard se tourne et va vers elle !
S’il a chaud, s’il a froid en dessous, en dessus ;
Si ses petites mains se joignent en Jésus,
Comme pour la prier de finir ses tortures
Et de le laisser vivre au sein des créatures ;
Pour la voir, la servir, la défendre, l’aimer,
Grandir en cet amour qu’on doit tant estimer.
 
 
Une Mère ! — Ce mot peut-il aller à l’autre ?
Oh ! je n’en trouve point, — point que celui d’apôtre
Du Démon incarné, affreusement maudit,
Dont le palais d’Enfer, au plus saisissant bruit,
Offre les hurlements ou le sang froid sauvage
De l’hyène qui flaire et dévore en sa cage
Quelques rouges débris, quelques os tout sanglants
Qui palpitent encore, et encore toujours fumants !...
 
Oui, c’est là de l’apôtre, à l’infernale race,
L’image de serpent, que faiblement je trace ;
Et pour la rendre mieux, sait-on ce qu’il faudrait ?...
Être père surtout de l’enfant qu’on tuerait ?
 
Maintenant, regardons la mère après son crime,
Après qu’elle a franchi, sans en mourir, l’abîme...
 
Un cadavre est près d’elle... il faut l’anéantir,
Et, loin de tous les yeux, le porter, l’enfouir !!
Elle commet cette œuvre effrayante, incroyable !!
En sa tête un calcul travaille, épouvantable,
Pour se débarrasser avec plus de bonheur
Du fardeau qui lui pèse à l’esprit (non au cœur).
Sur ce terrain de mort s’agite sa pensée,
Si ce n’est fait d’avance ; et sa force épuisée
Ne l’arrête jamais... ou du moins peu souvent,
Car, la Brave qu’elle est redoute un châtiment.
 
Avec trop de douceur, appliqué sur le Monstre :
Le nombre des forfaits accomplis le démontre.
Punition, Terreur, ô juges, magistrats !
À la Maternité feront faire un grand pas,
Cette Maternité, — dérision amère.
Que n’accepterait pas l’hyène et la panthère.
 
 
Soyez donc indulgents, Jurés ou Tribunaux,
Pour la femme vouée aux Esprit infernaux !
Pour celle qui tordant ou brisant les vertèbres
D’un pauvre petit ange, en d’épaisses ténèbres,
Afin de mieux cacher les morceaux d’un enfant,
Les arrange parfois sur un brasier ardent...
Les attise, les voit se fondre, disparaître...
Et de ce sacrifice attend tout son bien-être...
Son honneur garanti (son honneur, juste ciel !)
Par du sang répandu dont frissonne l’autel...
 
Oh ! vengeance !... oh ! cessez, hommes, pour votre gloire,
D’atténuer un crime à la face si noire...
Pour la mère qui tue on doit être de fer :
Frappez, juges, frappez !... pas de grâce !! et l’Enfer !!!
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе