Xavier Forneret

Ombres de poésie, 1860


L’Infanticide


 
Infanticide ! — mot qui comporte l’horreur...
Qui pénètre d’effroi... qui frappe de stupeur...
Le roi de l’Odieux par le Crime-colosse,
Qui rit de la Nature et prend pied dans la fosse !..
 
Aurait-on dû jamais avoir à l’inventer
Pour dire l’action qui fait le plus douter ?
Une mère qui donne à son enfant la vie,
Et qui la lui reprend sans pitié quoiqu’il crie...
Malgré ses mouvements et ses crispations,
Ses souffrances de corps et ses convulsions...
Qui ne s’occupe pas, en sa rage cruelle,
Si son premier regard se tourne et va vers elle !
S’il a chaud, s’il a froid en dessous, en dessus ;
Si ses petites mains se joignent en Jésus,
Comme pour la prier de finir ses tortures
Et de le laisser vivre au sein des créatures ;
Pour la voir, la servir, la défendre, l’aimer,
Grandir en cet amour qu’on doit tant estimer.
 
 
Une Mère ! — Ce mot peut-il aller à l’autre ?
Oh ! je n’en trouve point, — point que celui d’apôtre
Du Démon incarné, affreusement maudit,
Dont le palais d’Enfer, au plus saisissant bruit,
Offre les hurlements ou le sang froid sauvage
De l’hyène qui flaire et dévore en sa cage
Quelques rouges débris, quelques os tout sanglants
Qui palpitent encore, et encore toujours fumants !...
 
Oui, c’est là de l’apôtre, à l’infernale race,
L’image de serpent, que faiblement je trace ;
Et pour la rendre mieux, sait-on ce qu’il faudrait ?...
Être père surtout de l’enfant qu’on tuerait ?
 
Maintenant, regardons la mère après son crime,
Après qu’elle a franchi, sans en mourir, l’abîme...
 
Un cadavre est près d’elle... il faut l’anéantir,
Et, loin de tous les yeux, le porter, l’enfouir !!
Elle commet cette œuvre effrayante, incroyable !!
En sa tête un calcul travaille, épouvantable,
Pour se débarrasser avec plus de bonheur
Du fardeau qui lui pèse à l’esprit (non au cœur).
Sur ce terrain de mort s’agite sa pensée,
Si ce n’est fait d’avance ; et sa force épuisée
Ne l’arrête jamais... ou du moins peu souvent,
Car, la Brave qu’elle est redoute un châtiment.
 
Avec trop de douceur, appliqué sur le Monstre :
Le nombre des forfaits accomplis le démontre.
Punition, Terreur, ô juges, magistrats !
À la Maternité feront faire un grand pas,
Cette Maternité, — dérision amère.
Que n’accepterait pas l’hyène et la panthère.
 
 
Soyez donc indulgents, Jurés ou Tribunaux,
Pour la femme vouée aux Esprit infernaux !
Pour celle qui tordant ou brisant les vertèbres
D’un pauvre petit ange, en d’épaisses ténèbres,
Afin de mieux cacher les morceaux d’un enfant,
Les arrange parfois sur un brasier ardent...
Les attise, les voit se fondre, disparaître...
Et de ce sacrifice attend tout son bien-être...
Son honneur garanti (son honneur, juste ciel !)
Par du sang répandu dont frissonne l’autel...
 
Oh ! vengeance !... oh ! cessez, hommes, pour votre gloire,
D’atténuer un crime à la face si noire...
Pour la mère qui tue on doit être de fer :
Frappez, juges, frappez !... pas de grâce !! et l’Enfer !!!
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе