Paul Fort

La Tristesse de l’homme, 1910


La Grenouille bleue


 

I — Prière au bon forestier

Nous vous en prions à genoux, bon forestier, dites-nous-le ! À quoi reconnaît-on chez vous la fameuse grenouille bleue ?

 

À ce que les autres sont vertes ? À ce qu’elle est pesante ? Alerte ? À ce qu’elle fuit les canards ? Ou se balance aux nénuphars ?

 

À ce que sa voix est perlée ? À ce qu’elle porte une houppe ? À ce qu’elle rêve par troupe ? En ménage ? Ou bien isolée ?

 

Ayant réfléchi très longtemps et reluquant un vague étang, le bonhomme nous dit : eh mais, à ce qu’on ne la voit jamais.


 

II — Réponse au forestier

Tu mentais, forestier. Aussi ma joie éclate ! Ce matin je l’ai vue : un vrai saphir à pattes ! Complice du beau temps, amante du ciel pur, elle était verte, mais réfléchissant l’azur.

[...]


©  

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 3 novembre 2017 à 12h24

Invisible écureuil d’azur
---------------------------

« Bon forestier, je te demande
Où sont les écureuils d’azur.
Tu sais mieux que moi, j’en suis sûr,
Où trouver leur joyeuse bande ;

Je leur apporte des amandes :
Sortiront-ils du bois obscur ? »
Posant sur moi son regard pur,
Le forestier me réprimande :

« Nos écureuils mangent des pignes,
De les nourrir tu n’es pas digne ;
Eux-mêmes choisissent leurs mets,

Car la Nature est généreuse ;
Ces hôtes des forêts ombreuses,
Sache qu’on ne les voit jamais. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 septembre 2018 à 12h13

Empereur des canards
--------------------

Ce canard accomplit tout ce qu’on lui demande,
Aidé par son ministre, un écureuil d’azur.
Un dieu le favorise, et le druide en est sûr,
Ainsi que des devins la pittoresque bande.

Indulgente est la loi, légères les amendes ;
Le code en est subtil, mais il n’est pas obscur.
Le loyal empereur, le ministre au coeur pur
Prononcent rarement leurs sages réprimandes.

La terre de l’Empire est noire et généreuse,
Tout autour du palais sont des forêts ombreuses ;
Une cascade y tombe, et ne tarit jamais.

Nous n’avons pas assez de ces quatorze lignes
Pour tous les compliments dont ces maîtres sont dignes ;
Aussi nous préférons nous taire, désormais.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 1er octobre 2018 à 07h55

Armande à l’amende

Où trouver le bonheur ? Se désespère Armande,
De retour d’un séjour sur la côte d’azur,
Où l’a quitté celui qu’elle croyait si sûr,
Pour une midinette aux grands yeux en amande.

Elle fait une pause, dans un café, à Mendes
Dans lequel elle boit six double-Whisky purs,
Avant de repartir l’esprit trouble et obscur,
Ce qui lui vaut d’avoir une très forte amende.

De plus elle est menée dans une pièce ombreuse,
Surchargées de ces femmes en amour généreuses,
Mais qui tout comme elle, ne se marient jamais.

Sur les murs du cachot est inscrit cette ligne ;
« Le monde est au plus fins, le ciel est au plus dignes »*
Elle veut s’engager à l’être désormais.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 1er octobre 2018 à 07h57

"Le monde est aux plus fins, le ciel aux plus dignes."
Citation de John Petit-Senn ; Les bluettes et boutades (1846)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Lа Fоntаinе : Lе Liоn аmоurеuх

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Étаblissеmеnt d’unе соmmunаuté аu Βrésil (Jасоb)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе