Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Apologie pour Georges Fourest


 
Je n’ai point cet esprit qui subjugue « les dames »,
j’incague la pudeur, convomis le bon goût,
et si mon Apollo, perruquiers et vidames,
vous offusque parbleu ! mon Apollo s’en fout !
 
Ma flave moricaude en exhibant sa fesse
époustoufla tel cuistre et tel justiciard
et mon géranium pondeur, je le confesse,
semble aux gens distingués terriblement criard.
 
« Je suis mal embouché, dit-on, scatologique,
scurrile, extravagant, obscène !... » Et puis après ?
Pour blaguer le héros langoureux ou tragique
à moi le calembour énorme, et l’à-peu-près !
 
Matagrabolisant le pleutre qui me rase,
me souciant très peu que l’on m’approuve ou non
et laissant aux châtrés l’exsangue périphrase,
eh ! bien oui ! j’ai nommé la Merde par son nom :
 
En cinq lettres j’ai dit l’horrifique vocable
sans même l’adorner d’un R comme Jarry ;
que si pour ce forfait votre courroux m’accable
je m’en vante, couillons, loin d’en être marri.
 
Si ce bas-bleu puant qui n’a plus ses menstrues
depuis mil neuf cent trois  sur un ton puritain
vient bégueuler parmi des chameaux et des grues
(oh ! comme puritain rime bien à putain !)
 
malgré tous ses chichis dont je ne suis pas dupe
pour payer leur salaire à ses ragots haineux
d’une main sans douceur je trousserai sa jupe
et fouaillerai sadiquement son cul breneux ;
 
je passementerai de clinquant ma défroque,
je me barbouillerai de sauvages couleurs,
j’entasserai le biscornu sur le baroque,
mes rimes hurleront tels des singes hurleurs !
 
Mon rire, mon Public, c’est le rire sonore,
idoine à brimballer tes boyaux triomphants
et qui découvrira la parure osanore
qu’un dentiste pour toi ravit aux éléphants,
 
c’est le rire cachinatoire, épileptique,
le rire vrai qui fait baver, pleurer, tousser,
pisser, c’est le moteur du grand zygomatique
et l’agelaste en vain tâche à le rabaisser.
 
Je ne diluerai pas mon encre avant d’écrire
et je m’esclafferai cynique et sans remord,
abandonnant aux salonnards le « fin sourire »
et le rictus amer à la tête-de-mort !
 
 

envoi


 
Aux pieds de Rabelais, le Duc, le Roi, le Maître,
Ô mes pères Scarron, Saint-Amant, d’Assoucy,
Colletet, Sarrazin, daignerez-vous permettre
qu’à vos côtés Fourest vienne s’asseoir aussi ?
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Νоus n’еntrоns pоint d’un pаs plus аvаnt еn lа viе...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеllе Νоémiе, аpprосhе, еmbrаssе-mоi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе