Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


La Négresse Blonde


 

    Quamvis ille niger quamvis tu candidus esses.
Virgile.
    Electro similes auroque capillos.
Ovide.
    Fulvoque nitet coma gratior auro.
Calpurnius.
    Et flavicomis radiantia tergora villis.
Claudien.


 

I


 
    Elle est noire comme cirage,
          comme un nuage
          au ciel d’orage
          et le plumage
          du corbeau
    et la lettre A, selon Rimbaud ;
          comme la nuit,
          comme l’ennui,
          l’encre et la suie !
          Mais ses cheveux,
          ses doux cheveux,
          soyeux et longs
    sont plus blonds, plus blonds
          que le soleil
          et que le miel
          doux et vermeil,
          que le vermeil,
    plus qu’Ève, Hélène et Marguerite,
    que le cuivre des lèchefrites,
          qu’un épi d’or
          de Messidor,
    et l’on croirait d’ébène et d’or
La belle Négresse, la Négresse blonde !
 
 
 

II


 
    Cannibale, mais ingénue,
    elle est assise, toute nue,
    sur une peau de kanguroo,
    dans l’île de Tamamourou !
    Là, pétauristes, potourous,
    ornithorynques et wombats,
    phascolomes prompts au combat,
    près d’elle prennent leurs ébats !
    Selon la mode Papoua,
    sa mère, enfant, la tatoua :
    en jaune, en vert, en vermillon,
    en zinzolin, par millions
    oiseaux, crapauds, serpents, lézards,
    fleurs polychromes et bizarres,
    chauves-souris, monstres ailés,
    laids, violets, bariolés,
    sur son corps noir sont dessinés.
    Sur ses fesses bariolées
    on écrivit en violet
    deux sonnets sibyllins rimés
    par le poète Mallarmé
    et sur son ventre peint en bleu
    fantastique se mord la queue
    un amphisbène.
L’arête d’un poisson lui traverse le nez,
    de sa dextre aux doigts terminés
    par des ongles teints au henné,
    elle caresse un échidné,
    et parfois elle fait sonner
    en souriant d’un air amène
    à son col souple un beau collier
    de dents humaines,
La belle Négresse, la Négresse blonde !
 
 
 

III


 
      Or des Pierrots,
de blancs Pierrots, de doux Pierrots
blancs comme des poiriers en fleurs,
      comme la fleur
des pâles nymphéas sur l’eau,
comme l’écorce des bouleaux,
comme le cygne, oiseau des eaux,
      comme les os
      d’un vieux squelette,
blancs comme un blanc papier de riz,
blancs comme un blanc Mois-de-Marie,
de doux Pierrots, de blancs Pierrots
      dansent le falot boléro
      la fanfoulla, la bamboula,
      éperdument au son de la
      maigre gusla,
      autour de la
      Négresse blonde.
 
 
 

IV


 
    Parfois un Pierrot tombe, alors
    brandissant un scalpel en or
    et riant un rire sonore,
    un triomphant rire d’enfant,
    vainqueur, moqueur et triomphant,
    en grinçant la Négresse fend
    la poitrine de l’enfant blême
    et puis scalpe l’enfant blême
    et, de ses dents que le bétel
    teint en ébène, bien vite elle
    mange le cœur et la cervelle,
    sans poivre, ni sel !
    Ah ! buvant — suave liqueur ! —
    le sang tout chaud, cervelle et cœur,
    à belles dents, sans nul émoi,
    elle dévore tout, et moi,
    Négresse, je t’apporte ici
    mon cœur et ma cervelle aussi,
          mon foie itou,
          va ! bâfre tout,
          trou laï tou !
    car, sans mentir, j’ai proclamé
          que dans ce monde
    laid, sublunaire, terraqué
          et détraqué
    pour qui n’est pas un paltoquet
          comme Floquet*,
    seule fut digne d’être aimée
la blonde Négresse, la Négresse blonde !...
 
 
______
* Il faut bien avouer que le nom du respectable et feu M. Floquet vient ici comme des cheveux sur la soupe. Mais bah ! (Note de l’Auteur.)

Commentaire (s)
Déposé par monod le 10 juillet 2015 à 10h27

le peintre Richarme qui a réalisé dans les années 45 à 49 des équivalences des poèmes de Mallarmé, a illustré également par un grand dessin et une gouache ce poème. si vous souhaitez plus d’information vous pouvez me contacter par mail ou voir le sire Richarme
régine monod
présidente de l’association Richarme

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Βеаuјеu : «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Sérénаdе

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Jаmmеs : Lе Dеuil du соnsеillеr muniсipаl

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Vеrlаinе : «Ν’еst-се pаs ? еn dépit dеs sоts еt dеs méсhаnts...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

Νоаillеs : Lеs Rеgrеts

Τоulеt : L’Ιngénuе.

Riсhеpin : Βеаuté mоdеrnе

Τоulеt : «Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе

Αpоllinаirе : Lе Hibоu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаriе (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Dе tоi lа dоuсе, еt frаîсhе...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur Dilесtiоn (Sаmаin)

De Jаdis sur Sоnnеt nuptiаl (Αјаlbеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Jаdis sur «Quаnd ј’аpеrçоis tоn blоnd сhеf соurоnné...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur Lеs Νègrеs (Jаmmеs)

De Сurаrе- sur «J’étаis еn libеrté quаnd сеllе qui m’еngаgе...» (Lа Rоquе)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De Сhristiаn sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сhristiаn sur «Соmmе unе bеllе flеur аssisе еntrе lеs flеurs...» (Rоnsаrd)

De dеsfоrgеs sur Sуmphоniе inасhеvéе (Μilоsz)

De Ιо Kаnааn sur L’Éсhо (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе