Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Le Cid


              Va, je ne te hais point.
          P. CORNEILLE


Le palais de Gormaz, comte et gobernador,
est en deuil : pour jamais dort couché sous la pierre
l’hidalgo dont le sang a rougi la rapière
de Rodrigue appelé le Cid Campeador.
 
Le soir tombe. Invoquant les deux saints Paul et Pierre
Chimène, en voiles noirs, s’accoude au mirador
et ses yeux dont les pleurs ont brûlé la paupière
regardent, sans rien voir, mourir le soleil d’or...
 
Mais un éclair, soudain, fulgure en sa prunelle :
sur la plaza Rodrigue est debout devant elle !
Impassible et hautain, drapé dans sa capa,
 
le héros meurtrier à pas lents se promène :
« Dieu ! » soupire à part soi la plaintive Chimène,
« qu’il est joli garçon l’assassin de Papa ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 juillet 2019 à 12h06

Ouroboros solipsiste
--------------------

Voici l’ouroboros qui rarement s’endort ;
C’est l’éternel gardien d’un univers de pierre
Et de sables mouvants, c’est un buveur de bière
Mais en circuit fermé, c’est un recycleur d’or.

Il fut jadis instruit par la branche d’un lierre
Dont il obtint, dit-on, sa souplesse de corps ;
Ses yeux sont recouverts d’invisibles paupières,
Il ne s’alourdit point, comme ferait un porc.

L’enivrante sagesse allume sa prunelle,
À sa muse toujours il se montre fidèle ;
Les  siècles vont leur train, mais il ne change pas.

Ce serpent casanier jamais ne se promène,
Jamais n’ira séduire une douce Chimène,
Occupé seulement d’un éternel repas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 mars 2021 à 12h28

Bouddha du Bouscat
----------

Toujours, quand je médite, on croirait que je dors,
Saint Paul mardi dernier le disait à Saint Pierre ;
Mais en réalité, je reçois la lumière
D’un monde parallèle où le silence est d’or.

Je quitte pour un temps la terrestre poussière,
J’entends d’étranges sons qui transcendent mon corps ;
L’univers se recrée derrière mes paupières,
J’écoute du cosmos les splendides accords.

L’enivrante sagesse est tout sauf éternelle,
Mais sa chaleur emplit l’enveloppe charnelle ;
D’un voyage étonnant j’ai fait le premier pas.

(Ce Bouddha du Bouscat quelquefois se promène,
Il peut danser aussi, tel un énergumène ;
Paisibles sont ses nuits, sobres sont ses repas).

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 26 mars 2021 à 22h50

Ni muse ni Morphée ne vont en ce décor,
Tout est calme, le jour repose sa poussière,
Les bulles sont montées dans le verre de bière,
Ni réponse ou besoin ne sortent de mon corps.

La lune a remué sa gibbeuse paupière
Mais finalement sous un nuage s’endort ;
Nourri par l’inertie, l’espace est sans matière,
Le silence est paré de son plus limpide or.

Ce doit être cela, la paix circonstancielle,
L’inaccessible point d’une autre parallèle,
Du monde, on sent le bord, comme en pleine pampa.

Ah, j’ai soif ; et Morphée filoute l’oxygène ;
Oh, la muse était là, qui me semblait lointaine,
Elle mérite un toast et mon mea culpa.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 27 mars 2021 à 20h28


Chimène, après huit jours passés au Salvador,
S’étant bien fait suer, en eut ras la soupière ;
Et, ayant enfilé sa plus belle guêpière,
Reflua rapidos vers son Campeador.

Mais au dernier moment, son cœur se fit de pierre :
Dans le petit salon, au fond du corridor,
Le fourbe badinait avec la poissonnière,
Et, jovial, se tapait un homard thermidor.

Ah Ciel ! ¡Coño! ¡Cabrón! s’égosilla la belle ;
C’est ainsi qu’à tes vœux tu te montres fidèle !
Et de ses petits poings, Chimène le tapa.

Mais ce Rodrigue était bon comme la romaine ;
Et comme on arrivait au bout de la semaine,
Il lui offrit, grand prince, une barbe à papa.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud

Sеlvе : Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Βоissiеr : Lа Rоndе dеs fоеtus

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si ј’аi biеn оu mаl dit еn сеs Sоnnеts, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt burlеsquе sur lа Ρhèdrе dе Rасinе (Dеshоulièrеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе