Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Les Poissons mélomanes


   
                                            car la musique est douce,
Fait l’âme harmonieuse et, comme un divin chœur
Éveille mille voix qui chantent dans le cœur.
Victor Hugo


    Musica me juvat ou delectat
LHOMOND (Grammaire latine)


                                    Les pianos
                                    des casinos
                                    aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer,
car — (tous les érudits le savent de nos jours) —
ils sont muets, c’est vrai, mais ils ne sont pas sourds !

                      Tout d’abord ils s’étonnent,
                      roulant des yeux peureux :
                      — « Peut-être bien qu’il tonne ? »
                      songent-ils à part eux —
                      Mais vite ils se rassurent
                                    et voyant que
                      nul éclair ne fulgure
                      ils battent la mesure
                                  avec leur queue !

                      Les sardinettes réjouies
                      pour ouïr ouvrant leurs ouïes
                                  dansent la ronde
                                  toute la nuit.
                                  Un grondin gronde :
                      — « Allez dormir avec ce bruit ! »
Mais les bars indulgents sourient à cette danse
                                  et jugeant que
ce sont jeux innocents, ils marquent la cadence
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Sonate en ré
                                  (mi, fa, sol, ré)
                      plus d’une jeune raie
                      langoureuse voudrait
                      être au moment du frai,
                      car elle se sent l’âme
                      pleine d’épithalame !
                                  Romance en sol
                                  (do, mi, fa, sol)
                      la Romance du saule
                      plus d’une jeune sole
                      pose pour doña Sol
                                  cependant que
                      les maquereaux galants
                      et les petits merlans
                                  doux et dolents
                      admirent sa tournure
                      et battent la mesure
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Digue, don, don !
                                  C’est Offenbach !
                                  Digue dondaine !
                                  et non plus Bach !
                                  Joyeux, bon prince,
                                  levant la pince,
                                  le homard pince
                                  un rigodon !
                                  Digue dondaine !
                                  Digue, don, don !
Mais, horreur ! n’est-ce pas un air de l’Africaine ?
                      Saisi d’un tremblement
convulsif le homard songe à l’Américaine
                      (affreux pressentiment !)
                      Mais vite il se rassure
                                  et jugeant que
les pêcheurs sont couchés, il marque la mesure
                                  avec sa queue.

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer...
                      Et puis lorsque l’automne
                      ferme les casinos
ah ! les pauvres poissons trouvent bien monotones
                      les nuits sans pianos...
                      Et dans leur souvenance
                      cherchant un air qui fuit
                      ils nagent en cadence
                                  mais pleins d’ennui !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 septembre 2019 à 12h12

Poissons musicologues
----------

J’entendis les poissons fredonner sous les eaux,
Eux qui improvisaient sur des rythmes sauvages ;
Le son se propageait tout au long du rivage,
Amusant les pêcheurs, surprenant les oiseaux.

Cependant les grillons chantaient dans les roseaux,
Faisant même danser les vaches sur l’herbage ;
Un invisible chat miaulait dans le bocage
Et l’aragne du bois dévidait son fuseau.

Sommes-nous en avril, que les poissons délirent ?
Ou peut-on croire qu’ils deviennent poissons-lyres,
Ou poissons d’un poème,ou poissons de roman ?

Peut-être ont-ils reçu des lumières divines,
Personne ne le sait, mais certains le devinent ;
Il leur reste à trouver des auditeurs cléments.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 juillet 2021 à 12h13

Poissons du miracle
--------

Le fils du charpentier, qui marchait sur les eaux,
S’aventurait aussi dans les déserts sauvages ;
Ses apôtres et lui, bien loin de tout rivage,
Au peuple ont expliqué que l’homme est un roseau.

Ils ont vanté le Dieu qui nourrit les oiseaux,
Fait les montagnes croître et verdir les herbages ;
Quand l’humain comme lui sera puissant et sage,
Sans frémir il verra la Parque et son fuseau.

Cinq pains et deux poissons furent les aliments
Offerts à cette foule à l’avarice encline ;
Bien nourris furent-ils, et surabondamment.

Nos frères poissons pris dans cette main divine
En sont reconnaissants, ton âme le le devine ;
Ils ont dit grand merci à ce Sauveur clément.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Rimbаud : Соntе

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «L’Hоmmе, lе fоrt Liоn ; lе Βœuf, еt l’Αiglе еn pоintе...»

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Hауеm-Grеgh : Ιnvосаtiоn

Βеrtrаnd : Jеаn dе Τillеs

Βruаnt : Grеlоttеuх

Ρаillеttе : Lе Rеssаutеur

Jаmmеs : «Εllе аvаit еmpоrté dеs brаsséеs dе lilаs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Jоurnéе prоvеnçаlе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе mаrdi à lаudеs : «L’оisеаu vigilаnt nоus révеillе...» (Rасinе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа villе dе Ρаris (Βеnsеrаdе)

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе