Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Les Poissons mélomanes



                                            car la musique est douce
  Fait l’âme harmonieuse et, comme un divin chœur
  Éveille mille voix qui chantent dans le cœur !
V. H.


    Musica me juvat ou delectat
(LHOMOND. Grammaire latine)


                                    Les pianos
                                    des casinos
                                    aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer,
car (tous les érudits le savent de nos jours)
ils sont muets, c’est vrai, mais ils ne sont pas sourds !

                      Tout d’abord ils s’étonnent,
                      roulant des yeux peureux :
                      — « Peut-être bien qu’il tonne ? »
                      songent-ils à part eux —
 
                      Mais vite ils se rassurent
                                    et voyant que
                      nul éclair ne fulgure
                      ils battent la mesure
                                  avec leur queue !

                      Les sardinettes réjouies
                      pour ouïr ouvrant leurs ouïes
                                  dansent la ronde
                                  toute la nuit.
                                  Un grondin gronde :
                      — « Allez dormir avec ce bruit ! »
Mais les bars indulgents sourient à cette danse
                                  et jugeant que
ce sont jeux innocents, ils marquent la cadence
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Sonate en
                                  (mi, fa, sol, ré)
                      plus d’une jeune raie
                      langoureuse voudrait
                      être au moment du frai,
                      car elle se sent l’âme
                      pleine d’épithalame !
                                  Romance en sol
                                  do, mi, fa, sol :
                      (la Romance du saule)
                      plus d’une jeune sole
                      pose pour Doña Sol
                                  cependant que
                      les maquereaux galants
                      et les petits merlans
                                  doux et dolents
                      admirent sa tournure
                      et battent la mesure
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Digue, don, don !
                                  C’est Offenbach !
                                  Digue dondaine !
                                  et non plus Bach !
                                  Joyeux, bon prince,
                                  levant la pince,
                                  le homard pince
                                  un rigodon !
                                  Digue dondaine !
                                  Digue, don, don !
Mais, horreur ! n’est-ce pas un air de l’Africaine ?
                      Saisi d’un tremblement
convulsif le homard songe à l’Américaine
                      (affreux pressentiment !)
                      Mais vite il se rassure
                                  et jugeant que
les pêcheurs sont couchés, il marque la mesure
                                  avec sa queue.

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer...
                      Et puis lorsque l’automne
                      ferme les casinos
ah ! les pauvres poissons trouvent bien monotones
                      les nuits sans pianos...
                      Et dans leur souvenance
                      cherchant un air qui fuit
                      ils nagent en cadence
                                  mais pleins d’ennui !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 septembre 2019 à 12h12

Poissons musicologues
----------

J’entendis les poissons fredonner sous les eaux,
Eux qui improvisaient sur des rythmes sauvages ;
Le son se propageait tout au long du rivage,
Amusant les pêcheurs, surprenant les oiseaux.

Cependant les grillons chantaient dans les roseaux,
Faisant même danser les vaches sur l’herbage ;
Un invisible chat miaulait dans le bocage
Et l’aragne du bois dévidait son fuseau.

Sommes-nous en avril, que les poissons délirent ?
Ou peut-on croire qu’ils deviennent poissons-lyres,
Ou poissons d’un poème,ou poissons de roman ?

Peut-être ont-ils reçu des lumières divines,
Personne ne le sait, mais certains le devinent ;
Il leur reste à trouver des auditeurs cléments.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе