Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Les Poissons mélomanes


   
                                            car la musique est douce,
Fait l’âme harmonieuse et, comme un divin chœur
Éveille mille voix qui chantent dans le cœur.
Victor Hugo


    Musica me juvat ou delectat
LHOMOND (Grammaire latine)


                                    Les pianos
                                    des casinos
                                    aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer,
car — (tous les érudits le savent de nos jours) —
ils sont muets, c’est vrai, mais ils ne sont pas sourds !

                      Tout d’abord ils s’étonnent,
                      roulant des yeux peureux :
                      — « Peut-être bien qu’il tonne ? »
                      songent-ils à part eux —
                      Mais vite ils se rassurent
                                    et voyant que
                      nul éclair ne fulgure
                      ils battent la mesure
                                  avec leur queue !

                      Les sardinettes réjouies
                      pour ouïr ouvrant leurs ouïes
                                  dansent la ronde
                                  toute la nuit.
                                  Un grondin gronde :
                      — « Allez dormir avec ce bruit ! »
Mais les bars indulgents sourient à cette danse
                                  et jugeant que
ce sont jeux innocents, ils marquent la cadence
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Sonate en ré
                                  (mi, fa, sol, ré)
                      plus d’une jeune raie
                      langoureuse voudrait
                      être au moment du frai,
                      car elle se sent l’âme
                      pleine d’épithalame !
                                  Romance en sol
                                  (do, mi, fa, sol)
                      la Romance du saule
                      plus d’une jeune sole
                      pose pour doña Sol
                                  cependant que
                      les maquereaux galants
                      et les petits merlans
                                  doux et dolents
                      admirent sa tournure
                      et battent la mesure
                                  avec leur queue !

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
font rêver les poissons qui nagent dans la mer !
                                  Digue, don, don !
                                  C’est Offenbach !
                                  Digue dondaine !
                                  et non plus Bach !
                                  Joyeux, bon prince,
                                  levant la pince,
                                  le homard pince
                                  un rigodon !
                                  Digue dondaine !
                                  Digue, don, don !
Mais, horreur ! n’est-ce pas un air de l’Africaine ?
                      Saisi d’un tremblement
convulsif le homard songe à l’Américaine
                      (affreux pressentiment !)
                      Mais vite il se rassure
                                  et jugeant que
les pêcheurs sont couchés, il marque la mesure
                                  avec sa queue.

                                  Les pianos
                                  des casinos
                                  aux bains de mer
amusent les poissons qui nagent dans la mer...
                      Et puis lorsque l’automne
                      ferme les casinos
ah ! les pauvres poissons trouvent bien monotones
                      les nuits sans pianos...
                      Et dans leur souvenance
                      cherchant un air qui fuit
                      ils nagent en cadence
                                  mais pleins d’ennui !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 septembre 2019 à 12h12

Poissons musicologues
----------

J’entendis les poissons fredonner sous les eaux,
Eux qui improvisaient sur des rythmes sauvages ;
Le son se propageait tout au long du rivage,
Amusant les pêcheurs, surprenant les oiseaux.

Cependant les grillons chantaient dans les roseaux,
Faisant même danser les vaches sur l’herbage ;
Un invisible chat miaulait dans le bocage
Et l’aragne du bois dévidait son fuseau.

Sommes-nous en avril, que les poissons délirent ?
Ou peut-on croire qu’ils deviennent poissons-lyres,
Ou poissons d’un poème,ou poissons de roman ?

Peut-être ont-ils reçu des lumières divines,
Personne ne le sait, mais certains le devinent ;
Il leur reste à trouver des auditeurs cléments.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе