Théophile Gautier


L’Épouseur de famille


 
L’épouseur de famille
          Fuit la fille
Qui n’a pour dot qu’un cu
          Sans écu.
Aussi, quoique jolie,
          Azélie
Se trouve vierge encor
          Faute d’or.
Le désir la picote
          Sous sa cotte,
Et souvent elle doit
          Mettre un doigt
Qui longtemps y repose
          Sur sa rose.
Le dard raide et fumant
          D’un amant
Ferait mieux son affaire,
          Mais que faire
Quand on est seule au lit
          Et qu’on lit
Un roman érotique
          Spermatique,
Qui fait rentrer le bras
          Sous les draps ?
La main partout lutine,
          Libertine,
Agace le bouton
          Du téton
Qui, sentant la caresse
          Se redresse,
Passe au ventre poli
          Sans un pli,
Tâte les fesses, rondes
          Mappemondes,
Entrouvre les poils longs,
          Bruns ou blonds
Et glisse triomphante
          Dans la fente
Où, sous le capuchon
          Folichon,
Le clitoris s’abrite,
          Rose ermite.
L’index frotte d’abord
          Sur le bord
La coquille rosée
          Arrosée
Du liquide élixir
          Du désir ;
Cherche le point sensible
          De la cible,
Et trouvant le ressort
          Bandé fort,
Fait jaillir Aphrodite
          Interdite
D’avoir joué ce tour
          À l’amour.
D’autres fois, plus lubrique,
          Elle applique
En long son traversin
          Sur son sein ;
Dans ses cuisses l’enferme,
          Fort et ferme,
L’étreint comme un amant
          Puisamment,
Lève les reins et frotte
          À sa motte
Le molasse phallus
          Tant et plus.
Ce sac de plume d’oie
          Qui se ploie,
Représente assez mal
          L’idéal.
Pourtant la pose est digne
          Du beau cygne
Qui, chez les Grecs, banda
          Pour Léda.
Hélas ! Sur la mortelle
          Aucune aile
Des cieux en frémissant
          Ne descend.
Aucun dieu de l’Olympe
          Ne la grimpe :
Les dieux, chauds autrefois,
          Sont très froids.
La jouissance arrive,
          Convulsive,
Tachant d’un jet subtil
          Le courtil.
Dans la petite coupe
          Une soupe,
Où manque le bouillon
          De couillon,
Par Vénus attrapée
          Est trempée ;
Et l’amour autre part
          Met son dard !
 
 

Moralité


 
Ma fille, sois ardente,
          Mais prudente,
Et sentant l’oreiller
          Se plier
Tout au bas de ton ventre
          Où rien n’entre
Ne va pas, pour jouir,
          Enfouir
Dans ta fleur élargie
          Ta bougie.
Bientôt le chandelier
          Tout entier
Suivrait, sans la bobèche
          Qui l’empêche.
Au fond du temple étroit
          Que le doigt
Respecte la membrane
          Diaphane,
Dont passera l’hymen
          L’examen.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе