Théophile Gautier


L’Épouseur de famille


 
L’épouseur de famille
          Fuit la fille
Qui n’a pour dot qu’un cu
          Sans écu.
Aussi, quoique jolie,
          Azélie
Se trouve vierge encor
          Faute d’or.
Le désir la picote
          Sous sa cotte,
Et souvent elle doit
          Mettre un doigt
Qui longtemps y repose
          Sur sa rose.
Le dard raide et fumant
          D’un amant
Ferait mieux son affaire,
          Mais que faire
Quand on est seule au lit
          Et qu’on lit
Un roman érotique
          Spermatique,
Qui fait rentrer le bras
          Sous les draps ?
La main partout lutine,
          Libertine,
Agace le bouton
          Du téton
Qui, sentant la caresse
          Se redresse,
Passe au ventre poli
          Sans un pli,
Tâte les fesses, rondes
          Mappemondes,
Entrouvre les poils longs,
          Bruns ou blonds
Et glisse triomphante
          Dans la fente
Où, sous le capuchon
          Folichon,
Le clitoris s’abrite,
          Rose ermite.
L’index frotte d’abord
          Sur le bord
La coquille rosée
          Arrosée
Du liquide élixir
          Du désir ;
Cherche le point sensible
          De la cible,
Et trouvant le ressort
          Bandé fort,
Fait jaillir Aphrodite
          Interdite
D’avoir joué ce tour
          À l’amour.
D’autres fois, plus lubrique,
          Elle applique
En long son traversin
          Sur son sein ;
Dans ses cuisses l’enferme,
          Fort et ferme,
L’étreint comme un amant
          Puisamment,
Lève les reins et frotte
          À sa motte
Le molasse phallus
          Tant et plus.
Ce sac de plume d’oie
          Qui se ploie,
Représente assez mal
          L’idéal.
Pourtant la pose est digne
          Du beau cygne
Qui, chez les Grecs, banda
          Pour Léda.
Hélas ! Sur la mortelle
          Aucune aile
Des cieux en frémissant
          Ne descend.
Aucun dieu de l’Olympe
          Ne la grimpe :
Les dieux, chauds autrefois,
          Sont très froids.
La jouissance arrive,
          Convulsive,
Tachant d’un jet subtil
          Le courtil.
Dans la petite coupe
          Une soupe,
Où manque le bouillon
          De couillon,
Par Vénus attrapée
          Est trempée ;
Et l’amour autre part
          Met son dard !
 
 

Moralité


 
Ma fille, sois ardente,
          Mais prudente,
Et sentant l’oreiller
          Se plier
Tout au bas de ton ventre
          Où rien n’entre
Ne va pas, pour jouir,
          Enfouir
Dans ta fleur élargie
          Ta bougie.
Bientôt le chandelier
          Tout entier
Suivrait, sans la bobèche
          Qui l’empêche.
Au fond du temple étroit
          Que le doigt
Respecte la membrane
          Diaphane,
Dont passera l’hymen
          L’examen.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе