Théophile Gautier

Émaux et camées, 1852


La Bonne Soirée


 
Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
Les cochers, transis sur leur siège,
        Ont le nez bleu.
Par ce vilain soir de décembre,
Qu’il ferait bon garder la chambre,
        Devant son feu !
 
À l’angle de la cheminée
La chauffeuse capitonnée
        Vous tend les bras
Et semble avec une caresse
Vous dire comme une maitresse :
        « Tu resteras ! »
 
Un papier rose à découpures,
Comme un sein blanc sous des guipures,
        Voile à demi
Le globe laiteux de la lampe
Dont le reflet au plafond rampe,
        Tout endormi.
 
On n’entend rien dans le silence
Que le pendule qui balance
        Son disque d’or,
Et que le vent qui pleure et rôde,
Parcourant, pour entrer en fraude,
        Le corridor.
 
C’est bal à l’ambassade anglaise :
Mon habit noir est sur la chaise,
        Les bras ballants ;
Mon gilet bâille, et ma chemise
Semble dresser, pour être mise,
        Ses poignets blancs ;
 
Les brodequins à pointe étroite
Montrent leur vernis qui miroite,
        Au feu placés ;
À côté des minces cravates,
S’allongent comme des mains plates
        Les gants glacés.
 
Il faut sortir ! — quelle corvée !
Prendre la file à l’arrivée
        Et suivre au pas
Les coupés des beautés altières
Portant blasons sur leurs portières
        Et leurs appas ;
 
Rester debout contre une porte
À voir se ruer la cohorte
        Des invités,
Les vieux museaux, les frais visages,
Les fracs en cœur et les corsages
        Décolletés,
 
Les dos où fleurit la pustule,
Couvrant leur peau rouge d’un tulle
        Aérien,
Les dandys et les diplomates
Sur leurs faces à teintes mates
        Ne montrant rien !
 
Et ne pouvoir franchir la haie
Des douairières aux yeux d’orfraie
        Ou de vautour,
Pour aller dire à son oreille
Petite, nacrée et vermeille,
        Un mot d’amour !
 
Je n’irai pas ! — et ferai mettre
Dans son bouquet un bout de lettre
        À l’Opéra.
Par les violettes de Parme
La mauvaise humeur se désarme :
        Elle viendra !
 
J’ai là l’Intermezzo de Heine,
Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
        Les deux Goncourt :
Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
Sur l’oreiller l’idée en rêve,
        Me sera court.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе

Βоissiеr : «Jе suis lе fоu du rоi, lе fоu соstumé d’оr...»

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βlémоnt : Βrumаirе

Rеnаrd : Lе Сосhоn

Νоuvеаu : «С’еst à lа fеmmе à bаrbе, hélаs ! qu’il еst аllé...»

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

De Αdа sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе