Théophile Gautier

Émaux et camées, 1852


La Bonne Soirée


 
Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
Les cochers, transis sur leur siège,
        Ont le nez bleu.
Par ce vilain soir de décembre,
Qu’il ferait bon garder la chambre,
        Devant son feu !
 
À l’angle de la cheminée
La chauffeuse capitonnée
        Vous tend les bras
Et semble avec une caresse
Vous dire comme une maitresse :
        « Tu resteras ! »
 
Un papier rose à découpures,
Comme un sein blanc sous des guipures,
        Voile à demi
Le globe laiteux de la lampe
Dont le reflet au plafond rampe,
        Tout endormi.
 
On n’entend rien dans le silence
Que le pendule qui balance
        Son disque d’or,
Et que le vent qui pleure et rôde,
Parcourant, pour entrer en fraude,
        Le corridor.
 
C’est bal à l’ambassade anglaise :
Mon habit noir est sur la chaise,
        Les bras ballants ;
Mon gilet bâille, et ma chemise
Semble dresser, pour être mise,
        Ses poignets blancs ;
 
Les brodequins à pointe étroite
Montrent leur vernis qui miroite,
        Au feu placés ;
À côté des minces cravates,
S’allongent comme des mains plates
        Les gants glacés.
 
Il faut sortir ! — quelle corvée !
Prendre la file à l’arrivée
        Et suivre au pas
Les coupés des beautés altières
Portant blasons sur leurs portières
        Et leurs appas ;
 
Rester debout contre une porte
À voir se ruer la cohorte
        Des invités,
Les vieux museaux, les frais visages,
Les fracs en cœur et les corsages
        Décolletés,
 
Les dos où fleurit la pustule,
Couvrant leur peau rouge d’un tulle
        Aérien,
Les dandys et les diplomates
Sur leurs faces à teintes mates
        Ne montrant rien !
 
Et ne pouvoir franchir la haie
Des douairières aux yeux d’orfraie
        Ou de vautour,
Pour aller dire à son oreille
Petite, nacrée et vermeille,
        Un mot d’amour !
 
Je n’irai pas ! — et ferai mettre
Dans son bouquet un bout de lettre
        À l’Opéra.
Par les violettes de Parme
La mauvaise humeur se désarme :
        Elle viendra !
 
J’ai là l’Intermezzo de Heine,
Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
        Les deux Goncourt :
Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
Sur l’oreiller l’idée en rêve,
        Me sera court.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе